MARK ROTHKO (1903-1970)

Publié le par lesdiagonalesdutemps


Rothko est peut être le peintre dont j'ai e plus de plaisir à voir une toile, car celle-ci m'absorbe, me mange... Pour cela il faut plusieurs conditions. Tout d'abord que la toile soit assez grande, ce qui est généralement le cas. Comme à mon avis beaucoup de peintres Rothko a un seul format dans lequel, il s'exprime pleinement. En ce qui le concerne ce sont les grandes dimensions. Contrairement à la plupart des toiles de cette taille, il ne faut pas pour celles de Rothko prendre du recul, mais être devant elles à une distance entre un et deux mètres, ainsi on pénètre vraiment dans le monde nuageux du peintre. Il est bon également d'être seul devant la toile et dans un environnement calme. On voyage alors à l'intérieur de la toile qui n'a pas de fin; vous remarquerez que la peinture se continue sur "la tranche" du tableau. Malheureusement la peinture de Rothko est l'une des oeuvres qui passe le plus mal en reproduction. Pour l'apprécier il faut être devant un original. Ma visite de la rétrospective Rotko au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris en 1999 fut un de mes plus beaux rendez vous avec la peinture moderne. Si il est difficile de voir des oeuvres du peintre en France, en revanche les grand musée américains en sont bien pourvus en particulier ceux de New-York. 




















Publié dans peinture

Commenter cet article