Love! Valour! Compassion!

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

love-valour.jpg

 

 

 

USA, 1997, 108 mn 
Réalisation: Joe Mantello, scénario: Terrence McNally d'après sa propre pièce, musique: Harold Wheeler, image: Alik Sakharov, montage: Colleen Sharp
 

Avec: Justin Kirk, Stephen Bogardus, John Benjamin Hickey, Stephen Spinella, Jason Alexander, Randy Becker
 

Résumé

 

L'action se déroule sur trois week-ends; celui Memorial Day, puis celui de la fête nationale, le 4 Juillet, et enfin lors de celui de la fête du Travail. Le lieu est à la vaste et belle maison de Grégoire Mitchell (Stephen Bogardus) qui se trouve au bord d'un lac. Grégoire est un est un danseur et un chorégraphe réputé. Mais ce début de sa quarantaine son corps se ressent de sa longue carrière. Il désire mettre en scène une version du Lac des cygnes dansé que par des garçons en tutu. Il vit avec son jeune amant, Bobby Brahms ( Justin Kirk ) qui a la particularité d'être aveugle. Les deux hommes ont invité leurs amis pour ces trois week end de fête. Le groupe des invités compose d'Arthur Pape (John Benjamin Hickey) et de Perry Sellars (Stephen Spinella) qui sont ensemble depuis 14 ans et qui sont des modèles pour leurs amis. «C'est très stressant.>> avoue Perry. Il y a Buzz Hauser (Jason Alexander) qui est le créateur des costumes des ballets de Gregory. Il est le gay plus flamboyant de la bande. Buzz connait tout de la comédie musicale. Son attitude de clown tragique masque son angoisse de vivre avec le SIDA. Il y a aussi John Jeckyll (John Glover) qui est le Pianiste-répétiteur de Gregory, c'est un compositeur raté. Il a amené sa dernière conquête un Jeunes, danseur latino nommé Ramon Fornos (Randy Becker), dont la nature coquette et chaude enflamme le groupe. Ils seront rejoints dans un deuxième temps par le frère jumeau de John Jeckyll, James (également magistralement joué par Glover). James est un ours en peluche par rapport à son frère. Lui aussi est malade du SIDA ce qu'il fait qu'il sympathise rapidement avec Buz...


L'avis de la critique

Si l'on joue au pédant, ce qui est parfois bien agréable, on peut trouver les racines de Love! Valour! Compassion! les pièces de Tchekhov et tracer sa lignée de l'Oncle Vania (1899) en passant par des films aussi divers que La règle du jeu de Jean Renoir (1939) , certains opus d'Ingmar Bergman comme  Sourires d'une nuit d'été (1955)  et l'hommage que lui rendit Woody Allen en 1982 avec Comédie érotique une nuit d'été... La liste pourrait être interminable car on peut penser qu'il y aura toujours des films sur les amis qui se réunissent pour un week-end. La meilleure variation gay sur ce thème est le version cinématographique de Terrence McNally de la pièce à succès Love! Valour! Compassion!

 

10-LVC.jpg

Love! Valour! Compassion! A été créé Off-Broadway au Manhattan Theater Club, en 1994, avant de s'installer à Broadway en 1995 et remporté le Tony award de la meilleure pièce. Pour le film 1997, McNally a adapté le scénario et la mise en scène de Joe Mantello. La plupart des acteurs ayant crées la pièce ont repris leur rôle devant la caméra à l'exception de Nathan Lane qui jouait The Birdcage et ne pouvait pas se libérer ainsi le rôle important de Buzz Hauser est allé à Jason Alexander découvert pour les européens dans Seinfeld. 

 

08-LVC.jpg

Love! Valour! Compassion! Est un de ces film, où il ne se passe pas grand chose si l'on parle d'action pure, mais qui apparaît comme un régal pour les émotions. Si le décor est idyllique, même s'il y a un serpent ou deux dans ce jardin d'Eden. John est peu le paria du groupe (Perry est incapable de le supporter), mais tout le monde aime Ramon, ou tout au moins chacun le désire. L'habitude de Ramon de ce promener nu (pour le plus grand plaisir des spectateurs). Cette bonne coutume est un rappel constant pour les autres de leur âge avancé et de l'usure de leur corps. Ramon est attirée par Bobby. Il se faufile silencieusement une nuit dans sa chambre, quand tout le monde est endormi...

 

Dans d'autres films, ce rendez-vous qui pourrait constituer l'intrigue principale, mais Love! Valour! Compassion est une comédie dramatique dans laquelle tous les personnages sont sur un pied d'égalité. Est un appel d'offres et à la méditation lyrique sur la vie et les amours de ces camarades. Il est complètement tirée par ses acteurs fine et son dialogue exceptionnel. Clignote subtile de caractère co-exister avec les attendus garce one-liners, et le réalisme est saisissant. Un sens de l'humour maintient le film de devenir larmoyant. Sur leur 14e anniversaire, Perry commence sa déclaration d'amour à Arthur - en face de tous leurs amis - en disant: «Je suis mariée à l'homme le meilleur dans le monde, même s'il ne met pas le bouchon du dentifrice et serre le tube au milieu ...

 

13-LVC.jpg

Le film vaut surtout pour de tels moments d'émotion et de vérité comme aussi cet intermède sous la forme d'un jeu de rôle entre John et Ramon qui devient sérieux lorsque John, perdu dans une rêverie, à des bouffées de souvenirs qui le ramène à son adolescence; il se souvient Padraic («l'orthographe irlandaise»), qui avait 17 ans et qui fut sa première rencontre sexuelle. C'est un monologue étonnant. L'ambiance est cassée quand John découvre Buzz et Perry tapi dans son placard à l'écoute de chaque mot. Arthur avoue que «je suis butch. Je peux attraper une balle. J'aime vraiment bien mes deux parents. Je déteste l'opéra. Je ne sais pas pourquoi, je dérange d'être gay." 

 

07-LVC.jpg


Lors du troisième week end, lorsque l'état de James s'aggrave, une bouffonnerie de Buzz allège l'atmosphère, en colère, il hurle: «Je veux voir une Sound of Music, où l'ensemble de la famille Von Trapp décède dans une vraie avalanche dans les Alpes."

 

15-LVC.jpg

Deux des meilleures scènes du film, est l'interlude agréable dans lequel Buzz et James commence à tomber amoureux l'un de l'autre; puis celle où à la demande de Buzz, James ouvre sa chemise pour lui montrer les lésion carposi. Buzz se penche en avant touche la poitrine de son ami, puis embrasse les traces de la maladie. Cette scène est l'une des plus déchirantes de tout le cinéma gay.

 

20-LVC.jpeg


Autre séquence forte du film lorsque la plupart des hommes se déguisent en danseuses classique avec tutu pour répéter le lac des cygnes. James se joint à la danse mais s'effondre. La répétition se poursuit pendant que chacun des hommes dans un poignant monologue raconte à l'auditoire comment il va mourir. Deux vont mourir du sida, mais McNally nous rappelle que la mort nous attend tous. La gravité du propos est minée par les images en fond de ces l'Homme à la fois ridicules et gracieux comme des ballerines.

 

16-LVC.jpeg

On peut voir le film comme une célébration de l'amitié. Mais le thème majeur est comment vivre avec le SIDA. Il met aussi en exergue la « culpabilité du survivant» thème qui est le sujet souterrain des «  TÉMOINS » de Téchiné. C'est Perry qui se sent le plus habité par cette culpabilité, tandis que Grégoire compose avec elle. Pendant l'intervalle entre l'écriture de la pièce, et le tournage du film, de grands progrès dans le traitement contre le sida a été fait. Mais si le film est daté, il est en rien démodé, les sentiments qui y sont si bien mis en scène, sont éternels. A certains égards, « Love! valour! Compassion! Est devenu un peu un film d'époque.

06-LVC.jpg


Il est assez inhabituel de voir montrer autant de nudités dans un film américain, même indépendant. Mais elle n'est jamais gratuite, ce qui est encore plus rare. Lorsque tous les résidant de la belle maison vont se baigner nu dans le lac, ce bain de minuit évoque les nageurs nus dans les peintures homoérotique de Thomas Eakins...

19-LVC.jpeg


Love! Valour! Compassion! a été comparé à juste raison avec la pièce qui fut séminale pour toute la représentation des gays d'abord au théâtre, puis au cinéma, Les Garçons de la bande (la pièce date de 1968 et son adaptation au cinéma de 1970). D'ailleurs le personnage de Ramon évoque brièvement The Boys In The Band en déclarant que nous (les gays) ne savons pas aimer, c'est parce que nous ne nous aimons pas; je pense que c'est un clin d'œil délibéré. Lorsque l'on compare les deux films on a du mal à réaliser qu'il n'y a qu'une trentaine d'années qui les sépare.  Par exemple  Personne ne se plaint d'être gay dans le film de McNally.  La grande différence entre les deux films, est l'absence de tout dégoût de soi dans le plus récent. Si des personnages de McNally, comme John Jeckyll, sont méchants ou malheureux, être gay n'a rien à voir avec cela.

05-LVC.jpg


Pour des raisons que je n'ai jamais compris, de nombreux cinéphiles moderne et critiques souvent méprisent souvent les films adaptés de pièces de théâtre. Pourtant dans le cinéma gay, il se trouve que ce sont souvent les meilleurs films, citons par exemple L'escalier, BENT Love! Valour! Compassion! est un bon exemple d'une pièce de théâtre, très théâtrale, qui est parfaitement adaptée au cinéma . Sur scène, la pièce durait près de trois heures. Le « quatrième mur » était continuellement rompu pour que chaque personnage s'adresse directement au public, souvent dans des apartés qui commentaient la scène en train de ce jouer. Dans l'adaptation cinématographique beaucoup de ces textes ont été fondus dans les dialogue ce qui Ces fioritures sont éliminés dans le film, ce qui fonctionne à merveille et donne plus de rythme au texte qu'il n'en a dans sa version pour la scène..

18-LVC.jpeg


Le casting est excellent sans doute parce que la production a eu le bonne idée de reprendre la quasi totalité des acteurs qui avait créé la pièce, ce qui est malheureusement assez rare. J'avais quelques appréhension au premier abord pour le jeu de Jason Alexander qui joue Buzz craignant de ne voir en lui que le personnage de Seinfeld mais ce dernier est vite sorti de mon esprit en voyant la performance d' Alexander. John Glover est brillant dans le double rôle. Faisant de chacun d'eux un personnage unique de plein droit. Stephen Spinella créé le rôle de Walter Avant d'apparaitre dans Angels in America à Broadway et de figurer dans de nombreuses séries. C'est aussi un grand plaisir que de retrouver Justin Kirk avant son mémorable rôle dans Angel in America et celui de tonton irresponsable qui l'a fait découvrir du grand public dans la série Weeds.

04-LVC.jpg


Il y a peu de reproche à faire à Love! Valour! Compassion! Sinon que l'on aurait aimé en savoir un peu plus sur chacun des personnages tant ils sont attachants comme par exemple la résolution de histoire entre Gregory et Ramon

Love! Valourl compassion! Est l'un des joyaux du cinéma queer.

 

www.imdb.com/title/tt0119578/
22-LVC.jpeg
 
09-LVC.jpg 

01-LVC.jpg

03-LVC.jpg
02-LVC.jpg
11-LVC.jpg
23-LVC.jpeg
 

http://rapidshare.com/files/257158864/Love_Valor_Compassion.avi.001

 

 
http://www.imdb.com/title/tt0119578/


Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us



http://rapidshare.com/files/249321803/Love_Valor_Compassion_1997.avi.001
http://rapidshare.com/files/249326344/Love_Valor_Compassion_1997.avi.002
http://rapidshare.com/files/249330779/Love_Valor_Compassion_1997.avi.003
http://rapidshare.com/files/249335025/Love_Valor_Compassion_1997.avi.004
http://rapidshare.com/files/249341170/Love_Valor_Compassion_1997.avi.005
http://rapidshare.com/files/249345701/Love_Valor_Compassion_1997.avi.006
http://rapidshare.com/files/249349788/Love_Valor_Compassion_1997.avi.007
544x288 7x104537KB=697MB
br.jpghttp://rapidshare.com/files/249354171/Love_Valor_Compassion_1997.srt
31464007.pnghttp://rapidshare.com/files/249597394/Love_Valor_Compassion_1997cz.sub
en.jpghttp://rapidshare.com/files/249597395/Love_Valor_Compassion_1997en.srt
es.jpghttp://rapidshare.com/files/249597396/Love_Valor_Compassion_1997es.srt
polski.pnghttp://rapidshare.com/files/249597397/Love_Valor_Compassion_1997po.txt

Unir / Join:
http://www.jaist.ac.jp/~hoangle/filesj/

Leitor Completo / All in one directshow player:
http://www.baixaki.com.br/download/the-kmplayer.htm

Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us



544x288 7x104537KB=697MB
Unir / Join:
Leitor Completo / All in one directshow player:

 

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article