Li Mingshun où la célébration du mâle asiate

Publié le par lesdiagonalesdutemps

li20061027104327

La mondialisation a des effets inattendu comme l’émergence de ce peintre chinois et fier de l’être dont à mon avis on ne risque pas de rencontrer les œuvres dans les grandes expositions dévolues aux artistes contemporains chinois dont je vous ai déjà entretenu ou de celle qui a lieu en ce moment à Paris et qui ne devrait pas tarder à recevoir ma visite.

 
Li Ming Shun Boy
Li Ming Shun Boy Li Ming Shun Boy
Li Ming Shun Boy Li Ming Shun Boy
Li Ming Shun Boy Li Ming Shun Boy
Li Ming Shun Boy Li Ming Shun Boy
Li Ming Shun Boy
liimage002
J’ai donc “rencontrer” Li Mingshun  sur le net; je précise tout de suite que je n’ai donc vu des reproductions de ses œuvres uniquement sur mon ordinateur et ne parlant pas le chinois, je nai que de piètres renseignement sur sa personne, mais on comprendra en lisant la suite la raison de sa relative discrétion. Il est né en Chine en 1964 et vit à Huangshi.
Sa profession de foi m’a laissé pantois dans le contexte chinois actuel. En voici des extraits significatifs:<< Je peins les figures masculines asiatiques. J'aime les peindre parce que je suis chinois et très fier de mon héritage antique. J'ai visité beaucoup de musées autour du monde, et j’ai constaté que la majeure partie de l'art figuratif y montre des corps presque exclusivement occidentaux, la plupart du temps des femmes. Alors j’ai senti qu'il est de ma responsabilité de montrer la beauté des corps asiatiques au monde, et de souligner la gloire négligée du corps masculin asiatique. C'est ma mission, mon rêve, ma passion. Mes brosses sont comme ma voix, pour dire la vérité et la beauté du corps masculin asiatique à un monde  qui est la plupart du temps peu familière avec cette beauté. Il y a un rythme dans mon art. Il suit le rythme du corps masculin. J'aime ses lignes sinueuses, coulant comme des vagues, comme de la musique. Je capture sa beauté avec de petits changements de lumière et de couleur, visant à trouver la beauté du tout dans les détails subtiles des corps. Ma peinture est souvent douce, mais je veux que les contemplateurs ressentent fortement le sujet de mes peintures. Tous les chefs d'œuvre ont l'énergie intérieure et je veux que mes peintures aient ce genre de puissance. 
li200817222064
Je dois toujours être inspiré par un modèle, ainsi je sélectionne seulement ceux que je connais, seuls ceux là peuvent m'aider à créer un chef d'œuvre. Mes modèles sont tous mes amis. La plupart sont de jeunes étudiants. Ils ne sont pas simplement beaux , ils sont intelligents et accomplis. Je les peins à l’age d'or en leurs vies, quand leurs corps sont les plus proches de la perfection, quand leur enthousiasme et leur excitation et leur énergie sont les plus intenses. Telles sont les qualités que j'essaye de capturer. Les modèles prennent leur temps de regarder mes peintures, pour comprendre mes techniques, pour absorber ce que j'essaye d'exprimer en mon travail. Quand  tous les deux estimons que je peux les apporter vivants sur la toile, nous participons ensemble à la création d'une peinture. Ils veulent faire partie de l'histoire du déploiement de l'art de la nudité asiatique masculine. Ils comprennent que je suis un maître de cette forme d'art, et qu'ils sont aussi privilégiés pour être peints car je dois les peindre.  je me suis voué à l’excellence grâce à des techniques  soigneusement appris durant ma scolarité. Pour moi, peindre est un travail d'amour.
li200764114736 
Mes peintures doivent avoir des qualités émotives puissantes, cela doit être présent dans chaque partie du tableau. Si une peinture n'est pas aussi accomplie que je peux la faire, je ne veux pas la montrer au monde! Quand je commence un tableau  je fais un bon nombre de dessins préliminaires pour étudier l'éclairage, la ligne, les ombres, l'anatomie, la composition, les rapports entre les masses. Ensuite  je dépose quelques lignes pour définir l'espace sur la toile. Après, j'emploie une huile très mince, pour installer la figure. Alors je peins en plusieurs séances, posant les couleurs pour créer un effet plus riche. Pour la chair je modifie la tonalité. La réalisation d’ une grande peinture à l'huile peut prendre un ou deux mois. Souvent je travaille à plusieurs toiles simultanément. Mon art évolue constamment. Il reflète  ma vie et mes sentiments. Il se nourrit de mes expériences. Mais bien que mes modèles puissent changer ainsi que  mes techniques, mes thèmes ne changeront jamais. Je serai toujours un peintre qui se consacre à la beauté du corps masculin asiatique.>>.
li200752603248
Comme on peut le remarquer la modestie n’est pas l’ apanage des seuls artistes occidentaux. Cette profession de foi n’est pas sans rappeler les fanfaronnades politiques de l’époque du grand timonier. Le style de peinture de Li Mingshun semble lui aussi appartenir à cette où les imagier du régime chinois célébraient la grandeur de celui-ci. Mais chez notre artiste ce n’est pas le communisme de Pékin qu’il faut porter au pinacle mais la beauté du mâle asiate, ce que je ne lui contesterais pas... Son discours, qui ne va pas sans une certaine naïveté, et sa façon de concevoir la beauté masculine n’est pas loin de ceux d’un Arno Breker.
li20061027103923 
Si sa technique est honnête, liée à une parfaite connaissance de l’anatomie toute droit issue des écoles d’Art chinois qui dans la jeunesse de Li Mingshun, il est né en 1964, enseignaient encore les vertus du réalisme socialiste, ce qui l’a visiblement beaucoup marqué, elle est loin d’être exceptionnelle et  n’a pas le brio de celle d’un Sacrevoir par exemple, lui aussi attaché à la célébration des jeunes corps masculins. Le style de Li Mingshun est assez platement photographique et peut être comparer à celui de Lohmuller autre peintre exclusivement de la beauté garçonnière. Si la maitrise de la représentation du corps est indéniable, le peintre de parvient pas a sublimer son réalisme appliqué par un décalage quelconque, le contexte où pourrait se trouver le jeune homme par exemple... Ses meilleurs travaux sont ceux où la tchnique employée comme le pastel, le force à s'évader de la reproduction naturaliste. Li Mingshun travaille généralement sur d'assez grands formats dont la plus petite dimension est rarement inférieure à 1 mètre.
li2007515223747
Le peintre chinois utilise aussi bien l’huile que l’acrilyque ou l’aquarelle pour mettre en valeur les très jolis garçons qu’il croque. Il n’est pas maladroit non plus en tant que photographe. Ses images les plus intéressantes sont celles où il met en scène sa production avec une sorte de mise en abyme de ses tableaux.

Publié dans peinture

Commenter cet article