Les Années Douces de Jiro Taniguchi & Hiromi Kawakami

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Je suis toujours heureux lorsqu'au hasard de mes promenades sur la toile je découvre un site qui parle mieux que je l'aurais fait d'une oeuvre et dont en plus je partage certains gout, pas tous heureusement, car je cherche plus la différence que la similarité, ne serait-ce que pour apprendre. Il en est ainsi sur ce site du ranch sans nom (http://leranchsansnom.free.fr/) tenu par un bison qui semble toujours assoiffé des meilleurs jajas, un site à consommer sans limitation. Ci-dessous en exemple des articles qu'on peut y savourer, un billet sur un magnifique ouvrage qui est en bonne place dans ma bibliothèque...

Les Années Douces [Jiro Taniguchi - Hiromi Kawakami]

Par le Bison le 28 janvier 2012

Catégorie : 5 étoilesAsie

Dans le bar où elle a ses habitudes, Tsukiko, la trentaine, fait la connaissance d’un homme solitaire et élégant, de plus de trente ans son aîné. Elle réalise qu’elle le connaît : il fut autrefois son professeur,Le Maître. Elle est célibataire, il est veuf. Une complicité s’installe autour de ce comptoir, ils prennent l’habitude de se revoir dans ce même bar, au hasard de leur emploi du temps, juste pour boire une coupe de saké et se réchauffer d’un udon bien fumant ou de tofu frits.

« Les années douces » fut d’abord un roman deHiromi Kawakami, pour lequel elle reçut le prix Tanizaki en 2001. En utilisant les mots de l’auteure, Jiro Taniguchi ajoute les dessins, images de douceur ou de tendresse, images d’un Japon décalé où les bons sentiments fleurissent les pages comme des fleurs de cerisiers tapisseraient les pelouses du parc Ueno. En clair, c’est beau ! C’est intense !

Vous me demanderez certainement ce qu’il y a de beau et d’intense dans cette histoire ?

 

Justement presque rien. Juste des sentiments, le sens profond de l’amitié, la compagnie, les dérives vers l’amour, les histoires de vieillesse, les histoires de solitude, les histoires de saoulerie… Des tranches de vie au quotidien, totalement banales, totalement sans intérêt. Et c’est pour cette raison que cette lecture est indispensable. Juste pour retrouver le bonheur de respirer un peu de fraîcheur, de sentir l’odeur des yakitoris caramélisés ou des ramen fumants, de capter quelques fragrances de bonheur instantané et éphémère. Vivre l’instant présent pour saisir la justesse du sentiment, les bribes d’un amour naissant, l’ivresse d’une amitié discrète et sincère. Juste pour réfléchir sur le sens profond de la vie et ses trois valeurs fondamentales : l’amitié, l’amour et le saké.

2 Tomes et une vingtaine de nouvelles, émerveillé par la qualité quasi photographique du dessin de Jiro Taniguchi, et une évidence m’apparait subitement : « J’ai envie d’une coupe de saké ». Moi aussi, je veux me retrouver aux cotés de cette belle femme plongée dans ses réflexions solitaires. Moi aussi, je veux boire une coupe de saké et l’inviter à partager quelques banalités de ma vie. Moi aussi, je veux, après avoir fait connaissance avec l’auteure dans « Le temps qui va, le temps qui vient», [re]découvrir « Les années douces » version Hiromi Kawakami et mettre ainsi plus de mots sur ces rencontres au comptoir d’un bar. Juste parce que voir une femme de cette beauté assise toute seule en train de boire une coupe de saké me donne particulièrement envie de la rejoindre. Juste parce que l’amitié est faite d’écoute, de silence et de coupes de saké.

A propos de ces «années douces » – le roman – Utopie surRock’n Livres :

L’histoire est sobre, sensible, beaucoup de délicatesse, de compréhension, d’écoute et de partage entre ces deux êtres.
Elle se déroule la plupart du temps dans les petits bistrots de Tokyo, on y boit beaucoup de saké et de bière, on y parle beaucoup de cuisine comme souvent dans la littérature asiatique.
Le temps s’écoule-t-il vraiment pour ces deux êtres ? il y a une atmosphère assez irréelle, ce qui n’empêche pas le lecteur d’être surpris et d’être dans l’attente.

Voyager par les livres… Lettres Exprès :

Ils prennent plaisir à partager de petites choses, de bons repas, des verres de saké, une promenade au marché, une cueillette de champignons, une fête des cerisiers en fleurs. Toutes choses qui donnent envie de partir au Japon séance tenante !

Demain, je boucle mon sac, je monte dans le métro, je change à Chatelet-Les-Halles direction Roissy-Charles-De-Gaulle, je grimpe dans l’avion. 17 heures après, visite au-dessus des nuages et de la Sibérie, j’atterris, me dégourdis les jambes, enlève les fourmis qui fourmillent à mes pieds, monte dans le train, change de métro, arrive à bon port, je commande un Yoichi ambre à reflets verts.

pour retrouver des mangas sur le blog: Une vie dans les marges de TatsumiBakuman,  Tatsumi,  NomNomBâ de Shigeru Mizuki,  Tezuka à Japan expo 2011Ayako de Tezuka,  Color Mandarake à Tokyo,  Thermae Romae de Mari Yamazaki,  Tsubasa et L'ile des téméraires,  Makoto Kobayashi : Michaël, Le Chat qui Danse (Glénat; 1998),  Billy Bat de Naoki Urasawa et Takashi NagasakiLes Années Douces de Jiro Taniguchi & Hiromi KawakamiLes villes d'Adachi Mitsuru par Xavier Guilbert

Publié dans Bande-dessinée

Commenter cet article