Le sanctuaire de Yasukuni-jinja, Tokyo, Japon

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

DSC01631.JPG

 

Le sanctuaire shintoiste de Yasukuni-jinja est un immense espace dédié aux 2,5 millions de combattants qui se sont sacrifiés pour défendre leur pays de 1868 à la fin de la seconde guerre mondiale. Il a été créé en 1868 alors pour honorer les défunts de la guerre civile qui a précédé l'avènement de l'ére Meiji. C'est aussi un des nombreux oasis de calme et de verdure de la capitale japonaise. On y rentre en passant par une grande porte qui ouvre sur une large allée jusqu'à la statue de Omura Musujiro (1824-1869) l'initiateur de l'armée japonaise moderne. Puis on passe sous un immense torii pour accéder au sanctuaire proprement dit.

 

DSC01633.jpg

 

DSC01635.JPG

Outre le temple et les différents lieux dédiès à des activités traditionnelles, scène de théâtre Nô, salle pour les rencontres de sumos... le principal intérêt de l'endroit est le musée Yushukan qui présente un panorama, surtout à partir de l'ère Meji des guerres qu'a livrées l'armée japonaise.

 

DSC01636.jpg

Les collections sont impressionnantes, avec à l'entrée un véritable "zéro", l'avion emblêmatique de l'aviation japonaise durant la dernière guerre. 

 

images-0361.jpg

 

DSC01641.JPG

 

De nombreuses vitrines pédagogiques, même pour ceux qui ne lisent pas le japonais (il y a quelques indications en anglais), évoquent les grandes batailles de l'armée japonaise. Dans certaines de ses présentations, on peut voir des effets personnels de soldats tombés au combat, uniforme taché de sang, lettre à la famille...

 

DSC01648.JPG

 

DSC01649.jpg

 

DSC01650.jpg

 

DSC01653.jpg

 

DSC01654.JPG

 

DSC01655.jpg

 

DSC01656.jpg

 

DSC01657.JPG

 

DSC01658.JPG

 

Plusieurs tableaux et quelques sculptures sont mis au service de l'héroisation du soldat japonais...

 

images-0364.jpg 

 

DSC01639.JPG

 

DSC01640.JPG

 

DSC01643.jpg

 

DSC01644.JPG

 

DSC01645.JPG

 

DSC01646.JPG

 

DSC01647.JPG

 

DSC01659.JPG

 

DSC01660.JPG

 

Le tableau immédiatement ci-dessus montre les vedettes suicides qu'à la fin de la guerre les japonais lancèrent contre les navires de guerre américains. Ces gestes héroiques, tout comme ceux des pilotes des avions kamikazes ou des marins qui dirigeaient les torpilles suicides provoquèrent que peu de dégâts à la flotte américaine.

De superbes maquettes de la flotte nipponne de la dernière guerre donnent une réalité matérielle au lecteur passionné de Zipang que je suis...

 

images-0362.jpg

 

DSC01661.JPG

 

DSC01652.JPG

 

images-0365.jpg

 

images-0366.jpg

 

 

La salle la plus spectaculaire est celle présentant une réplique d'un planeur utilisé par certains kamikazes ainsi qu'un sous marin torpille monoplace utilisée pour des opérations suicides. Un manga très intéressant de Syuho Sato, L'ile des téméraires, raconte cet épisode des torpilles suicides. 

 

DSC01651.JPG

 

DSC01669.JPG

 

DSC01667.JPG

 

Une vaste vitrine offre une reconstitution impressionnante d'une attaque de navires américains par une escadrille américaine. 

 

DSC01665.jpg

Le plus émouvant sont les murs de photographies de tous ces jeunes hommes qui sont morts au combat.

 

images-0363.jpg

 

images-0367.jpg

Tokyo, octobre 2011

 

<< Je ne manque jamais d'aller à Tokyo, au temple de la guerre, le Yasukuni (...) Un geste, un voeu qui voudrait protéger le nouveau Japon? Je ne sais, mais c'est ainsi. C'est aux jeunes hommes que je soge, les morts d'hier et ceux que je croise dans les rues, c'est tout un peuple pris au piège par une clique dénaturée. Vaincre, oui. Mais honorer les morts honorables. D'aillerrs, c'est une affaire entre soi et soi: les mort s'en moquent.>>.

Claude Michel Cluny, L'or des dioscures 

 

Très bonne émission de la fabrique de l'histoire sur entre autre le sanctuaire et qui donne la parole aux nationalistes japonais. Pour l'écouter cliquez sue la flèche ci-dessous.

 

La Fabrique de l'Histoire

La Fabrique de l'Histoire

Syndiquer le contenupar Emmanuel LaurentinLe site de l'émission
Emission La Fabrique de l'Histoire

du lundi au vendredi de 9h06 à 10h

Ecoutez l'émission54 minutes

Seconde Guerre Mondiale au Japon - 2/4 0

15.06.2010 - 09:05 Ajouter à ma liste de lectureRecevoir l'émission sur mon mobile

L’extrême droite japonaise ou comment patriotisme rime avec révisionnisme ! , un documentaire de Alain Lewkowicz, réalisée par Doria Zenine

 

Au Japon, les révisionnistes et autres négationnistes n’existent pas ! on est « acceptionniste » ou « non acceptionniste » d’une version de l’histoire écrite par les vainqueurs au moment de la reddition sans condition de l’empire impérial déchu le 9 septembre 1945. Une histoire qu’une partie de la population japonaise qualifie d’officielle et qui ne présenterait qu’une version partielle et idéologiquement orientée au service d’un impérialisme américain soucieux d’humilier la nation japonaise dont l’identité et les fondements s’incarnaient en la personne de l’empereur, véritable divinité vivante. Disciple de Yokio Mishima, écrivain brillant, exalté et nationaliste militant, l’extrême droite japonaise tente de réécrire l’histoire d’un Japon qui ne saurait s’appréhender autrement que comme victime. Celle des bombes atomiques américaines. La défaite et ses conséquences, on ne veut plus en entendre parler. Jour après jour, les 100 000 militants extrémistes que compte l’archipel tentent de revenir aux fondamentaux : « Le samouraï vaincu, en se faisant seppuku, renverse sa défaite en victoire ».

Avec Tsuruoka Hiditochi, Kimiko Nezu, Yamaura Yoshihisa, Yuko Tojo, Daphné Ogawa

 

Il n'est pas inutile d'écouter l'émission ci-dessous avant de visiter le sanctuaire

 

 

2000 ans d'histoire 2009 06 30 Le massacre de Nankin (rediff 2007 12 13).mp3

 

Pour retrouver Tokyo sur le blog:  sanctuaire de Yasukuni-jinja,  Le jardin national Shinjuku-Gyoen, Tokyo, Japon,  mon florilège du musée d'art moderne de Tokyo, Japon,  un soir à Shibuya, Tokyo, Japon,  Le bureau de Goebbels à Okaihabara, Tokyo, Japon,  Un joli photographe sur Ginza, Tokyo, Japon,  Contrastes japonais du parc Hama Rikyu à Tokyo,  la jeunesse tokyoite fait les magasins...,  Mandarake à Tokyo,  Takeshita dori, la rue la plus animée de Tokyo,  Tokyo, Shibuya street art et garçons à Tokyo hommage à Rotella ? à ... Tokyo Tokyo, la nuit

Commenter cet article