LE PLAISIR DE CHANTER

Publié le par lesdiagonalesdutemps


Fiche technique :


Avec Marina Foïs, Laurent Deutsch, Jeanne Balibar, Julien Baumgartner, Nathalie Richard, Caroline Ducet, Evelyne Kirschenbaum, Guillaume Quatravaux, Frédéric Karakozian, Dominique Reymond, Antoine Gouy, Pierre Maillet et Vernon Dobtcheff. 

 

Réalisation : Ilan Duran Cohen. Scénario : Ilan Duran Cohen et Philippe Lasry. Image : Christophe Graillot. Musique : Philippe Basque. Montage : Fabrice Rouaud.


France, 2008, Durée : 98 mn. Actuellement en salles.

 

 

 


Résumé :

Deux agents des services secrets français et amants sans enthousiasme, Philippe et Muriel (joués par Laurent Deutsch et Marina Foïs qui forment un couple aussi mal assorti qu’improbable, lui en petit vieux précoce, elle en cadre supérieur déjà désabusée), doivent mettre la main sur une clé USB qui contient tous les secrets d’un banquier suisse, mais surtout trafiquant d’uranium enrichi, qui vient de mourir. Il aurait laissé la précieuse clé à Constance (Jeanne Balibar), sa veuve. Cette dernière, très très bête et fantasque, s’est inscrite au cours de chant d’Eve, professeur quinquagénaire et mère abusive de Joseph, jeune et beau ténor.



Pour approcher la veuve peu éplorée, nos deux espions décident eux aussi de fréquenter le même cours. Mais ils ne sont pas seuls à avoir eu cette idée, depuis que la riche veuve s’est éprise d’art lyrique l’endroit fourmille de barbouzes qui vocalisent, dont un escort boy exhibitionniste (Julien Baumgartner), qui fait du renseignement pour arrondir ses fins de mois et qui tout en étant l’amant (entre autres) d’un espion iranien, lui aussi fort intéressé par la fameuse clé, va tomber amoureux de l’apprentie cantatrice...

 


L’avis critique

Le scénario aussi emberlificoté que peu réaliste n’est pas l’important de l’affaire, il ne sert qu’à être la trame de cette épatante comédie d’espionnage qui ressuscite un genre que l’on avait un peu malheureusement perdu de vue depuis Le Grand blond à la chaussure noireLes Barbouzes ou encore le trop méconnu Moustachu. Dans un mélange qu’il n’était pas facile de réussir, un peu de Rivette, une pincée de Lautner, une dose d’Yves Robert, Duran Cohen ajoute un ingrédient bien trop absent chez ses prédécesseurs : le sexe. Si certains penseront qu’il est un peu abusif de ranger Le Plaisir de chanter dans la rubrique des films gays, Ilan Duran Coen (ouvertement gay lui-même) nous offre tout de même une scène drôlatique de fellation où Julien Baumgartner, entre deux assauts goulus, fait son rapport à son amant et néanmoins patron, un nounours iranien aussi velu qu’un yéti.



Mais surtout, nous avons droit à la nudité intégrale longuement explorée du même Julien Baumgartner, découvert dans le très gay À cause d'un garçon et qui possède une de ces beautés qui n’est jamais plus belle que lorsqu’elle commence à se faner. Le garçon nous montre son sexe ballant, gonflé et attendrissant ; malheureusement son érection est hors champ durant sa séance de masturbation devant une Jeanne Balibar éberluée. Le moins que l’on puisse dire est que Julien Baumgartner n’est pas inhibé par le fait de jouer nu, pas plus que Marina Foïs qui ne nous cache rien de sa belle maturité.

Le réalisateur, fidèle à la confusion des genres, explore toutes les sexualités avec Jeanne Balibar au lit avec une amie de passage (Caroline Ducet) à la funeste destinée, ou le désir d’enfant qui taraude Muriel.



Mais la plastique des acteurs n’est pas le seul intérêt du film car si l’œil s’y rince, l’oreille est aussi comblée par des dialogues tantôt décalés tantôt ciselés où fusent les mots d’auteur, du Guitry du XXIe siècle. Dans son personnage, Jeanne Balibar révèle des talents comiques (que je ne lui soupçonnais pas) en conne d’anthologie. Elle m’a d’autant plus fait rire, que n’étant pas un ségolâtre, son indéniable ressemblance avec la grande prêtresse de Poitou-Charente (même grand pif à piquer les gaufrettes par paquet de quinze, même sourire extatique de madone de sous préfecture) a pour moi renforcé l’effet comique des situations. Laurent Deutsch se tire très bien d’un rôle ingrat de faire-valoir. Aucun des personnages secondaires n’est sacrifié. Et ils sont tous parfaitement distribués.



C’est avec plaisir que l’on retrouve Nathalie Richard (une actrice de Rivette, justement déjà présente dans La Confusion des genres) en oto-rhino maffieuse acoquinée avec un bear et un prostitué angélique et pervers à la fois. C’est aussi avec joie que l’on revoit Guillaume Quatravaux, le beau mec de Les Petits fils, qui réussit à faire exister un rôle de potiche (une très belle potiche tout de même). Evelyne Kirschenbaum est extraordinaire en mère possessive et professeur de chant. Si tous les acteurs sont remarquables et bien dirigés, ils sont aussi bien filmés, que ce soit nus dans un lit, caressés par une lumière dorée, ou en surplomb d’une piste d’aéroport, nimbés de lumière bleue.

Pour son troisième film après le déjà torride et réussi La Confusion des genres et l’émouvant Les Petits fils, il a aussi signé en 2006 le convainquant téléfilm Les Amants du Flore sur les amours de Sartre et Beauvoir, Ilan Duran Cohen s'est lui-même exercé à la discipline lyrique durant l'année précédant le tournage, en prenant des cours sous la férule d’Evelyne Kirschenbaum, qui joue le professeur de chant dans le film. Et Marina Foïs, Lorant Deutsch et Jeanne Balibar et les autres se sont mis au diapason. Sans trucages ni doublages, ils nous montrent qu'ils possèdent de bien belles voix. Voilà des acteurs qui ne demandent qu’à briller dans de futures comédies musicales, qu’on se le dise à commencer par Ilan Duran Cohen dont c’était la première idée lorsqu’il a mis ce film en chantier.



Comme dans La Confusion des genres et Les Petits fils, Ilan Duran Cohen a mêlé dans le casting du Plaisir de chanter acteurs amateurs et professionnels. « J'aime faire appel à des acteurs très différents qui ne sont pas uniquement acteurs, et que je choisis comme s'ils étaient neufs, rien que pour moi, sans faire référence à leurs précédents rôles, à leur passé de comédien », confie le réalisateur. « Ces mélanges sont dangereux mais très excitants. Et puis, je suis mal à l'aise dans les clans, les familles de comédiens, c'est une façon d'assurer sa liberté. Moi-même, je n'ai pas de famille de cinéma, j'apparais peut-être comme un OVNI, on ne sait pas si je suis plutôt romancier ou réalisateur. » On a pu aussi constater qu’il était d’une grande fidélité puisque nombre des comédiens qui apparaissent dans Le Plaisir de chanter se trouvaient dans ses films précédents.



Le Plaisir de chanter est la comédie de l’année, un film érotique déguisé tour à tour en film d'espionnage ou en comédie musicale, qui sait faire rire en étant sensuel.

 

LE_PLAISIR_DE_CHANTER_2008_diaporama_22portrait


Commentaires lors de la première diffusion du billet


le plaisir d'être nu

j'ai vivement apprécié la liberté qui se dégage de ce film. Liberté par rapport au scénario, réduit au rôle de simple prétexte ; liberté de se montrer nu sans aucune gêne ; liberté de transcender tous les genres existants pour en créer un nouveau, qui ne ressemble à aucun autre.
Le film serait parfait si Lorant Deutsch s'était mis au diapason des autres comédiens. Hélas, il paraît bien étriqué, refusant même, selon ses propres dires, de se montrer nu alors que tous ses partenaires l'ont accepté.

Posté par lucie, 06 janvier 2009 à 20:06

réponse à Lucie

Je ne peux qu'aller dans le sens de votre pertinent commentaire. Je pense que Deutsch se vit comme une vedette (qu'il n'est pas) à la différence de ses partenaires quand à être étriqué c'est exactement le rôle le personnage est petit dans tous les sens de ce terme

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article