Le clan

Publié le par lesdiagonalesdutemps


France, 2004, 90mn 
 
Réalisation: Gaël Morel, scénario: Christophe Honoré, Gaël Morel, image: Jean-Max Bernard, son: Camille Rocailleuxe   

avec: Nicolas Cazalé (Marc), Stéphane Rideau (Christophe), Thomas Dumerchez (Olivier), Salim Kechiouche (Hicham), Bruno Lochet (le père), Vincent Martinez (professeur), Jackie Berroyer (Robert), Aure Atika (Emilie), Nicolas Paix (Montana), Mathias Olivier (Ryan), Gary Marie (Luc), Geordie Piseri-Diaz (Jeremy), Clément Dettli (Henry), Pierre Vallin (Sly), Janine Ribollet (Mère de Sly) 






Résumé 

Trois frères, Christophe (
Stéphane Rideau), Marc (Nicolas Cazalé) et Olivier (Thomas Dumerchez ) doivent faire face à leur chagrin après la mort de leur mère. Marc est un jeune homme tombé dans la drogue qui est obsédé par la pratique de la capoeira, une danse sportive brésilienne et par celui des les arts martiaux. Il pense que son seul ami est son chien. L'animal est tué par un trafiquant de drogue en représailles du retard de paiement de Marc pour sa drogue. Christophe, le frère aîné de Marc, vient de terminer de purger une peine de prison. Il essayer de remettre sa vie en ordre en étant un travailleur sérieux Il essaye de se tenir à distance de Marc et voudrait obtenir le pardon de son père (Bruno Lochet) pour avoir été en prison lors de la mort de la mère. Enfin il y a Olivier, le plus jeune des 
 
L'avis critique
 
Le titre «Le Clan», se réfère à celui que forme les trois frères et leur père après la mort de la mère. Alors que le titre international estt «Le Clan, Trois esclaves danseurs (3 Dancing Slaves). Ce titre a été choisi parce que la pratique des trois frères de la capoeira, une discipline qui mêle danse et arts martiaux originaire du Brésil,  était traditionnellement pratiqué par les esclaves. Il est utilisé comme une métaphore, les trois frères sont esclaves de la perte de sa mère. Mais aussi, il met l'accent sur ce qui est le plus réussit dans le film la peinture de ce lumpen prolétariat auquel semblent condamné cette fratrie. 
La multiplicité des points de vue, ceux de chacun des enfants de la disparue se reflète dans la structure du film qui dans sa première partie est divisé en trois parties afin d'examiner le parcours personnel de chacun des trois frères.  Les trois personnages sont très bien définis, et leurs motivations sont facilement interprétées par le spectateur.  Ensuite le scénario a tendance à s'éparpiller se déplaçant rapidement d'un frère à un autre, en décrivant 
Une des particularités du film est l'absence de personnages féminins. Même si c'est autour de la figure de la mère, dont tous les protagonistes sont traumatisés par la mort, que tourne cette histoire. 

 
Il ya de nombreuses parties de l'intrigue qui ont des lacunes importantes, et curieusement sont sacrifiées en faveur d'autres scènes qui sont complètement inutiles par rapport à l'histoire. Malheureusement se sont souvent ces scènes qui sont le plus convaincante. Particulièrement celles qui ont trait à la condition ouvrière, le passage entre Christophe et son chef d'atelier (Jackie Berroyer parfait) sonné très vrai. Morel qui est issu de la classe ouvrière, ce qui n'est pas fréquent pour un cinéaste, sait de quoi il parle et cela se sent. Il n'est jamais aussi bon que quand il laisse de coté ses fantasme et se rapproche du naturalisme, là il n'est pas loin d'un Mike Leigh. La partie la plus faible du scénario est dans la relation homosexuel entre Olivier et Hicham.


 
On ne sait rien de l'origine de cette relation pas plus que les raisons de leur rupture. Les scènes de sexe sont ridicules comme la masturbation à l'aide d'un téléphone portable ou le grotesque rasage de cul. On sent que le cinéaste dans cette dernière scène se fait plaisir au détriment de la cohérence du scénario. Morel est soudain pris de pudeur dans la scène de sexe entre Hicham et Olivier dans laquelle la caméra va se perdre dans les nuage comme dans les pires téléfilms américains puritains. Néanmoins le décor de cette province alpine aux HLM plantés dans un paysage de vacances est bien utilisé.
Les acteurs, bien choisis et bien dirigés réussissent par leur talent, Nicolas Cazalé fait une composition étonnante, à éviter que le film sombre dans le ridicule et l'incohérence.


The-Clan-01-.jpg
The-Clan-02-.jpg
The-Clan-04-.jpg
Autre film de Gael Morel chroniqué sur ce blog:

File Size
  Cover/le clan.jpg 0.7 MB
  Cover/Le.Clan.1.jpg 67.7 KB
  Cover/Le.Clan.2.jpg 20.4 KB
  Cover/Le.Clan.3.jpg 29.2 KB
  Cover/Le.Clan.4.jpg 38.4 KB
  Cover/Le.Clan.5.gif 0.2 MB
  Le Clan (3 Dancing Slaves, Gaël Morel, French, 2004) - espantalho.avi 699 MB
  Le Clan (3 Dancing Slaves, Gaël Morel, French, 2004) - espantalho.srt 62.9 KB
  Le Clan (3 Dancing Slaves, Gaël Morel, French, 2004) ENG - espantalho.srt 53.4 KB
  Le Clan (3 Dancing Slaves, Gaël Morel, French, 2004) ESP - espantalho.srt 72 KB

Trackers

Tracker Seeds Leechers
http://tpb.tracker.thepiratebay.org/scrape

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article