Le bagne de la honte de Frédéric Bertocchini & d'Eric Ruckstuhl

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Blog de bdcorsu :Ruckstuhl, auteur bd., l' intégrale du bagne de la honte titrée.

 

 

Blog de bdcorsu :Ruckstuhl, auteur bd., LE BAGNE DE LA HONTE DCL éditions

 


Lorsque l'on tombe sur une merveille tel que l'album " Le bagne de la honte" on se dit que l'on n'a pas arpenté le Salon du livre en vain. Cette manifestation que je fréquente depuis la nuit de mes temps a en ce qui me concerne la vertue (je crois que c'est à peu près la seule) de me faire découvrir des ouvrages, surtout chez les petits éditeurs, dont je n'ai jamais entendu parler. Et je dois dire à ma grande honte, d'autant que ce ne sont pas des débutants, que je n'avais jamais entendu parler de Frédéric Bertocchini ni surtout de Ruckstuhl, peut être parce que ce dernier s'est plus ou moins spécialisé dans l'Histoire de la Corse (comme son nom ne l'indique pas).

 

Capture-d-ecran-2013-03-30-a-07.05.11.jpg

 

 


Cet oppressant album ressuscite un bagne d'enfants en 1855 près d'Ajaccio, à Castellaciu, la colonie horticole de Saint Antoine, en plein second empire où l'état déportait les mauvais sujets du continent, comme dit un commentaire la merde au loin ça pue moins, pour les rééduquer. Ces enfants avaient été arrêté pour de petits larcin ou pour vagabondage sur les routes de France. Les colons avaient de 8 à 20 ans. 160 y ont trouvé la mort en 11 ans.  L'histoire est racontée par l'un des jeunes bagnards Antoine Teurice qui contrairement à presque tous les réprouvés sait lire et écrire. Ce dernier, qui est donc le narrateur, est l'ami, et au début le protecteur, de Joachim Evain, un petit breton, le véritable héros du récit. Joachim Evain, envoyé au bagne pour un vol à l'étalage. Il a onze ans lorsqu'il arrive à la colonie. C'est l' enfant témoin de la dureté de son époque. Il nous fait entrer de plein pied dans cette d’histoire. Tous les enfants envoyé à la colonie sont des continentaux. Autour de Joachim, gravite une multitude de personnages secondaires. Nous trouvons d'autres enfants, mais aussi des gardiens comme Giocanti et Ottaviani, ou encore le directeur du pénitencier. 

 

 

 

Le scénario est fortement ancré aussi bien géographiquement, mais il ne tumbe jamais dans le régionalisme, qu'historiquement, la guerre de Crimée; des bateaux de l'escadre française s'y rendant apparaissent dans les premières pages. Frédéric Bertocchini en a tiré un scénario de l'enquête qu'a mené René Santoni, le bagne pour enfants d'Ajaccio. Il s’agit donc bien d’une BD historique, avec des personnages réels pour la plupart. Tous les noms sont véritables, même si l'histoire est romancée déclarent les auteurs.

 

 


On sent que les auteurs sont sérieusement documentés comme d'ailleurs nous le prouve les pages bonus à la fin de l'ouvrage. D.C.L. est un petit éditeur qui fait bien son travail. Frédéric Bertocchini déclare:

 


<< Disons que j'ai travaillé à partir d'une base d'informations et de documents réels. C'est-à-dire que tout ce qui concerne le pénitencier est vrai : les conditions de vie, les travaux des bagnards, l'architecture des bâtiments, les costumes, les us et coutumes carcéraux, jusqu'aux personnages. C'est-à-dire les enfants eux-mêmes ! Nous avons gardé les noms véritables ainsi que leur description physique, les gardiens, les personnages pénitentiaires (prêtre, directeur, médecin, etc...)

 

Il me semble que cette histoire, néanmoins bien découpée, aurait mérité un album de plus pour rendre plus palpable la durée du calvaire de ces garçons.

 

Capture-d-ecran-2013-03-30-a-07.00.38.jpg


Le seul bémol que je ferais au scénario est la platitude des textes, ce qui est un comble pour une trame romanesque d'une telle force. Si rien n'a été édulcoré, beaucoup de choses sont suggérées. Il faut lire entre les lignes ou plutôt entre les cases.

 


L'attrait principal du "bagne de la honte", malgré son intrigue passionnante, est le dessin, une merveille, entre Joubert et Lepage. Ruckstuhl dont la souplesse et la sensualité du trait est bien mis en valeur par une mise en page dynamique, est aussi à l'aise pour représenter un corps adolescent qu'un navire de haut bord. Il faut saluer également la belle mise en couleur de Rémy Langlois dont la palette lumineuse aide à faire passer l'extrême noirceur du récit. 

 

Blog de bdcorsu :Ruckstuhl, auteur bd., Planche: Le bagne de la honte (DCL éditions)

  

Blog de bdcorsu :Ruckstuhl, auteur bd., Bagne de la honte tome 2 DCL éditions

 

Blog de bdcorsu :Ruckstuhl, auteur bd., Bagne de la honte tome 1 DCL éditions

 

Blog de bdcorsu :Ruckstuhl, auteur bd., dédicace de la bd : le bagne de la honte DCL éditions

 

 

Blog de bdcorsu :Ruckstuhl, auteur bd., pré maquette en valeur de gris de la couverture tome 2

 

Blog de bdcorsu :Ruckstuhl, auteur bd., L' ouvrage de René Santoni qui a servi de référence pour la bd.....

 

P.S. Comme je ne suis pas certain que cet album soit dans toutes les librairies voici ci-dessous l'adresse e-mail de son éditeur. 

 

http://www.editionsdcl.fr/liens.php.

Publié dans Bande-dessinée

Commenter cet article

ismau 01/10/2013 18:14

Cette histoire de bagne pour enfant me rappelle aussi une lointaine lecture d'adolescence, qui m'effrayait autant qu'elle me ravissait : le fameux « Miracle de la rose » de Jean Genet, si
terrible et si poétique récit de son expérience de jeunesse à la colonie pénitentiaire de Mettray .
« Chaque paysan touchant une prime de cinquante francs par colon évadé qu'il ramenait, c'est une véritable chasse à l'enfant, avec fourches, fusils et chiens qui se livrait jour et nuit dans
la campagne de Mettray » (On trouve d'ailleurs la même scène dans le film « Vauriens » pour la colonie de Belle-Ile )
Mais avec Genet, évidemment, on est dans une autre dimension : « Félicitons-nous qu'il reste assez de cruauté, sans quoi la beauté ne serait pas »

lesdiagonalesdutemps 01/10/2013 19:33



Il y a une scène également semblable dans Alcyon de Pierre Hébrard bien adapté dans le téléfilm de Cazeneuve, il y a un billet sur ce film dans le blog.


Genet a-t-il lu Sade?



Vladislav 30/09/2013 14:25

Cette histoire de bagne pour enfants, me rappelle la lecture du livre "Les enfants du bagne" de Marie Rouanet que j'avais lu en 1992, qui m'avait marqué et choqué, ne connaissant pas l'existence
de
tels bagnes qui punissaient durement des enfants dont parfois le seul crime était d'être orphelin. La même année est sorti le film de Gérard Poitou-Weber : "La révolte des enfants" que j'ai du
voir
à la TV un peu plus tard. Sur le même thème est aussi sorti en 2006 le film "Vauriens "de Dominique Ladoge. Plus généralement on peut dire que le thème du (mauvais) traitement des enfants dans
notre proche passé est très peu abordé, la honte nous étouffe surement sur ce sujet, on préfère montrer ce que les pays du Thiers monde sont capables de faire aujourd'hui dans ce domaine,
oubliant
que nous, occidentaux, faisions aux enfants il y a encore peu, et ce dont nous sommes surement encore capables à l'heure actuelle de façon souvent institutionalisée.

lesdiagonalesdutemps 30/09/2013 15:03



Merci de votre commentaire et de rappeler le beau film de Gérard Poitou-Weber qui était un ami et qu'il ne faut pas oublier entre autres pour tout ce qu'il a apporté au cinéma comme réalisateur,
producteur, distributeur et éditeur de d.v.d. sous le label Doriane film, pan de son oeuvre poursuivi aujourd'hui par son épouse qui continue à éditer documentaires et films d'auteurs



eric Ruckstuhl 26/04/2013 00:04

Je vous remercie, et n' ayez crainte , je cite toujours mes sources .
De plus , en ce moment , je dessine d' autres images du bagne de la honte pour la création d' une émission destinée à France 3 et dont l' un des réalisateurs n' est autre que Laurent Santoni , fils
de René Santoni , auteur de l' ouvrage qui a inspiré cette bd ( la Colonie horticole de Saint Antoine )
Quant à l' envie de revoir la Corse , si vous vous y rendez, prenez contact avec nous ....

lesdiagonalesdutemps 26/04/2013 07:15



Merci pour ces bonnes nouvelles.


Je ne manquerais de vous faire signe à mon passage dans l'ile.



Eric Ruckstuhl 25/04/2013 18:56

Bonjour,
Tout d' abord, merci pour votre article , et me permettez- vous de diffuser votre critique sur mon blog et de la partager.
Nous sommes heureux de voir que certains de nos fidèles lecteurs comprennent tout le travail de recherches documentaires et de réalisation graphique que nécessite une bd...

lesdiagonalesdutemps 25/04/2013 21:11



Aucun problème pour mettre sur votre blog ou site, j'en serais honoré, ma critique de ce bel album à condition de mentionner l'adresse de mon blog, qui comme vous l'avez sans doute remarqué n'est
pas dévolu qu'à la Bande dessinée. Ce médium peut être comme d'autres une formidable source d'enseignement et de plaisir. Le bénéfice qu'en tire le lecteur est souvent proportionnel au travail et
au savoir, un peu au talent des artistes (ce qui est valable je crois pour tous les moyens d'expression.).


P.S. Vous m'avez donné l'envie de revoir la Corse