Lausanne. - hôtel Beau Rivage par Bernard Delvaille

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Avec ta cravate achetée dans Burlington Arcade
Tu as l’air de quoi le long des delphiniums du parc
Au bord du lac dans l’odeur des tilleuls
Après la pluie de huit heures du soir
Avec ton étui à cigarettes en or et tes Benson and Hedges
À quoi ressembles-tu devant ton whiskey irlandais
Dans ce bar aux fumées blondes comme le pianiste
À minuit dans le bruit des glaçons dans les verres
Avec ta chemise entrouverte brodée à tes initiales
Qu’attends-tu dans cette chambre d’hôtel bleue
Qui ouvre sur les paulownias  d’avant l’aube
Avec ton poignet aux veines vives et ta seringue
Tu n’inspires pas confiance tu ne seras pas un beau mort
Tu vas donner du souci à la direction de l’hôtel 

 Bernard Delvaille

Encore une fois j'ai découvert ce beau texte, pour moi très évocateur, d'un auteur dont je ne connaissais jusqu'ici que le journal, très recommandable et paru aux éditions de La table ronde, sur le blog de Michel Frontière que vous pouvez retrouver ici .

Publié dans livre

Commenter cet article