La ville dont le prince est un enfant d'Henry de Montherlant à la télévision?

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Month001.jpg

 

Month002.jpg

 

Month003.jpg

 

Month004.jpg

 

Month004_2.jpg

 

Month004_3.jpg

 

Month004_4.jpg

 

Bruno, fidèle commentateur et contributeur du blog, a découvert avec ces documents rares, 4 pages du Télé 7 jours n°575 du 30 avril 1971, la quasi preuve que la pièce de Montherlant serait passée à la télévision, diffusée sur la deuxième chaîne, en couleurs, le mardi 4 mai 1971. Le problème est que ni lui ni moi, pourtant grands admirateurs de la pièce, je rappelle que je suis l'éditeur en dvd de la version filmée par Christophe Malavoy, nous nous souvenons de cette émission. En outre lorsque j'ai voulu acheter ce programme, dont je doutais de l'existence, à l'I.N.A, cette administration a été à l'époque, ii y a un peu plus de dix ans, incapable de m'en fournir la moindre image.

Encore une fois je lance un appel: Si un lecteur a vu à l'époque cette retransmission qu'il m'en confirme l'existence. Si un visiteur a la copie de la captation qu'il rentre en contact avec moi. Merci d'avance.

 

pour retrouver Henry de Montherlant sur le blog: Demain il fera jour d'Henry de Montherlant au Théâtre de l'Oeuvre dans une mise en scène de Michel Fau,  Lorsque Egermeier photographiait l'intimité de Roger Peyrefitte et d'Henry de Montherlant,  Le "chevalier" de la correspondance Montherlant - Peyrefitte: Henry HoussayePeyrefitte et EgermeierLa ville dont le prince est un enfant d'Henry de Montherlant à la télévision?


Publié dans télévision et radio

Commenter cet article

Alexandre Perrier 16/06/2014 00:14

Bonjour, Merci Martialpour ces nouveaux éléments précieux, je n'imaginais pas que le sujet recelait tant de secrets à ralonge. Ce qui est sûr c'est que la captation est sans public, mais tout est fait pour faire croire à une pièce filmée (aucuns pans extérieur, couloir, animation par une fenêtre etc...). Vu les droits, je ne pense pas que l'I.NA. la distribura gratuitement, et de toute façon il y a un travail de reconstruction à faire, plusieurs séquences disjointes et différences de teinte et de niveau sonore. Si Meyer à réellement fait un film, il doit y avoir un master quelque part, l'I.N.A n'a que la copie d'une retransmission TV.

Concernant une éventuelle rencontre avec le proprio des "Diagonales du Temps" plus de nouvelles, je ne comprends pas les raisons de ce silence, mais de mon coté je suis toujours intéressé.

B.A. 25/08/2014 15:17

C'est une bonne action que vous avez fait là.
En ce qui concerne je ne vois pas bien où est le problème, j'en sais quelque chose puisque j'ai édité La ville, version Malavoy. Les droits de Montherlant sont simples idem pour ce qui a été diffusé par feu l'ORTF. En ce qui concerne la qualité technique, je ne sais rien en ce qui concerne La Ville de Meyer sinon ce que dise les commentaires du billet. Pour les Célibataires qui est à mon avis le chef d'oeuvre de Montherlant le film lors de sa rediffusion il y a quelques années était bonne.

Martial 25/08/2014 14:53

J'ai fait remarquer à l'INA qu'il ne proposait aucune oeuvre de Montherlant et j'ai attiré son attention sur la qualité de La Ville version Jean Meyer et sur celle de l'adaptation des Célibataires par Jean-Louis Curtis et Jean Prat. En réponse, viennent d'être mis en ligne sur le site de l'INA Le Cardinal d'Espagne (c'est la version actuellement commercialisée en DVD) et La Reine morte dans la réalisation de Lazare (alors Roger) Iglesis, qui date de 1961. Pour les 2 oeuvres que j'ai citées, et éventuellement d'autres titres de Montherlant, des études vont êtres menées pour voir ce qui peut être inscrit au catalogue de l'INA. On m'a prévenu que ce serait long, car il y a l'aspect technique et aussi la question des droits.

Alexandre Perrier 29/01/2014 13:32

Merci de ces information précieuses, n'hésitez pas à me contacter par Email, je suis intéressé par une rencontre à votre convenance pour étudier la question dans la mesure où vous avez un peu de
temps à me consacrer.

Martial 15/06/2014 13:36

Grâce à http://books.google.fr, j'ai retrouvé trace des propos de Montherlant que j'évoquais plus haut :

"Jean Meyer a tourné cet été le film de "La Ville", avec toute la merveilleuse distribution de la création, Paul Guers, Jean Deschamps, et les garçons, Didier Haudepin, Philippe Paulino dont le Bon Dieu — qui me devait bien ça ! — a permis qu’il conserve les visages et les tournures qu’ils avaient en 1967, quand l’un avait seize ans l’autre treize." ("Entretien avec Henry de Montherlant", par Pierre de Boisdeffre, La Revue de Paris, octobre 1969).

Bruno 15/06/2014 12:02

"La Marée du Soir" Gallimard 1972 p.142
"Le passage à la télévision française de l'excellent film de Jean Meyer tiré de La Ville me vaut de la "presse télévisuelle", les premiers articles désagréables qui aient été écrits sur cette pièce depuis vingts ans qu'elle a été présentée au public. Il parît que le tact et le style la font passer. Loué soit Dieu !"....
note datée 8 juin 1971

Martial 14/06/2014 21:49

Merci de m'avoir signalé l'erreur. J'ai corrigé le titre du fichier. L'article est du 31 mai 1971, comme indiqué à la main sur la photocopie que j'ai mise en ligne.

À part le moyen que vous a donné Alexandre Perrier
http://www.inatheque.fr/consultation/centres-de-consultation-paris.html
je ne vois pas comment il est possible de visionner ce film.

Je vais suggérer à l'Ina de le mettre en ligne sur son site ina.fr. Si nous sommes plusieurs à faire la même demande, peut-être aurons-nous une chance. Le catalogue des émissions disponibles en ligne s'enrichit régulièrement.

Vous pouvez aussi contacter "Europe 1 télécompagnie", société coproductrice du film :
http://www.encyclocine.com/index.html?menu=72608&film=40705
Il s'agit bien de la société qui gère la radio :
http://www.societe.com/societe/europe-1-telecompagnie-542168463.html
Elle a coproduit par le passé plusieurs films dont un autre de Jean Meyer, Tartuffe.

B.A. 14/06/2014 17:51

Merci pour toutes ces informations
Je suppose que pour l'article d' Elle, il s'agit de 1967 et non 1957.
Pour moi ce film est une véritable arlésienne. J'ai même pendant longtemps de son existence puisque je n'ai jamais réussi à en voir que serait-ce qu'un petit bout. En vue de son édition en dvd, J'ai essayé de l'acheter à l'INA qui n'a pas été capable de m'en montrer une seule image, alors que le contrat était déjà rédigé!
Donc si vous connaissez un moyen de voir le film soyez assez aimable de me l'indiquer.
Encore merci pour vos commentaires.

Martial 14/06/2014 16:35

Dix millions de téléspectateurs, c'est le score que fit "La Ville", lors de son passage à la télé, selon "Elle" :
http://www.mediafire.com/view/zj336w0lgo0dqgf/Elle,_31-5-1957.pdf
http://www.mediafire.com/view/cu5wcz1vba94tu6/Haudepin_et_Paulino.pdf

J'ai vu le film lors de sa diffusion. Je dis bien "film" car ce n'était pas la captation d'une pièce, mais un vrai film tourné en studio, et sur plusieurs jours. Bien sûr, le texte de la pièce était respecté, et non "adapté" comme dans la version Decoin-Malavoy.

Le réalisateur était Jean Meyer, dont ce n'était d'ailleurs pas le premier film. En sus de ses innombrables mises en scène de théâtre, il est présenté sur Wikipédia et IMDB comme réalisateur de trois films de cinéma. "La Ville" n'est pas du nombre, sans doute parce qu'il ne parvint pas à sortir ce film en salle. C'était pourtant son intention, comme indiqué dans un article du Figaro publié au moment du tournage, en 1969. (Malavoy, vous le savez, avait eu la même intention.)

Pour diffuser ce film, l'ORTF a attendu que la carrière de la pièce touche à sa fin. On peut s'étonner, d'ailleurs, qu'elle n'ait pas attendu que les représentations soient tout à fait terminées (la pièce s'est jouée au théâtre Michel jusqu'à la rentrée 1971).

Comme l'indique un article en ligne sur le net
http://doc.rero.ch/record/133492/files/1970-06-18.pdf
la télé suisse a diffusé le film un an avant l'ORTF.

Montherlant parle du film de Meyer dans ses Carnets. Je n'ai pas le volume chez moi, mais ça doit être dans "La Marée du soir". Il y remarque que la diffusion de ce film a suscité les premières critiques désagréables à propos de "La Ville". SI j'ai bonne mémoire, il se félicite aussi que Haudepin et Paulino aient conservé, en 1969, la même apparence qu'au moment de la création de la pièce.

lesdiagonalesdutemps 29/01/2014 13:53



je vous contacte



Alexandre Perrier 29/01/2014 11:41

Je suis tout à l'écoute des conseils venant de toute part, et même s'il s'agit d'une forme de "mécénat", je suis prêt à m'y consacrer si personne ne veut le faire. Le problème est que je ne connais
pas grand chose au domaine de l'édition. Montparnasse ne m'a pas répondu, je contacte donc Dorian et continue à m'instruire dans le domaine. Merci pour l'enthousiasme de Xhristophe, s'il désire me
contacter en privé, vous pouvez lui transmette mon Email.

lesdiagonalesdutemps 29/01/2014 13:05



Si vous voulez nous pouvons nous rencontrer pour que j'essaye de vous faire profiter de mes pâles lumières.


Il faut savoir que pour éditer un film en dvd il faut


- acheter les droits du film (c'est pareil pour une captation) pour cela il faut trouver l'ayant droit. pour la ville cela semble être l'I.N.A. (voir tout de même si l'ayant droit de Montherlant
Jean Claude Barrat a son mot à dire). Pour acheter des droits faut-il encore que le propriétaire veule vendre, ce qui n'est pas toujours le cas en particulier pour l'INA qui a plus ou moins sa
propre maison d'édition.


- Dans votre cas il faudra prévoir un budget de restauration (appelons ça ainsi). L'idéal est que ce soit "l'habilleur" du d.v.d qui prenne cela en charge


- un dvd est habillé; je m'explique il faut faire les différents écran et surtout la navigation dans le dvd. Cela un coût très variable.


- un dvd digne de ce nom  s'accompagne de bonus. Je vous rappelle que je met à votre disposition gratuitement les bonus que l'on trouve dans le dvd que j'ai édité certains iront tout à fait.
Un habilleur malin aura aucune peine à récupérer sur mon dvd ce qui vous intéresse; en revanche je vous préviens que vous aurez beaucoup de mal à obtenir quelque chose de Paul Guers ou d'Haudepin
à moins qu'ils est beaucoup changés, il y a les acteurs qui ont joué Souplier, il y a peut être quelque chose à voir de ce coté là; donc prévoir un peu de sous pour ces bonus.


- une fois que l'autoring est terminé vous aurez une cassette mère qui vous permettra de presser les dvd. C'est surtout là qu'il est intéressant pour vous de passer par une maison d'édition
existante qui aura des bien meilleurs prix que vous en solo car dans ce cas vous serez obligé de payer à la réception des dvd sinon c'est à 60 jours


- il faut penser à la jaquette le plus économique est le boitier plastique transparent. Il faut réaliser une maquette (si vous passez par un maquettiste cela peu couter assez cher). Pour que cela
ne soit pas trop cheap je vous conseille de faire imprimer votre jaquette recto-verso cela est plus joli et permet de faire passer des information. Dans votre cas cette jaquette sera un gros
problème à moins que vous trouviez des photos de plateau (en couleur je n'en connais pas). Elles existent avec beaucoup de chance l'INA en aura. Il est quasiment impossible de se servir de
captures d'écran pour la dite jaquette.


- Maintenant vous avez votre dvd. Il faut le distribuer et c'est pour cela que Dorian qui distribuait mes produits serait parfait car ils sont éditeur et distributeur.


Je pense qu'il faudrait leur proposer une co-édition apparaitrait alors sur la jaquette Dorian et votre nom ou le nom de la firme que vous auriez créée (je ne connais pas les statuts d'auto
entrepreneur mais pour le peu que je connais cela me parait adapté à votre projet)


Après vous avoir parlé de dépense je vais vous parler de recette. Il doit être possible en regard du coté culturelle de l'opération d'avoir une subvention du C.N.C (et peut être d'autres) qu'il
faut demander en amont d'ou encore l'intérèt de passer par dorian qui a une grande habitude de la chose. Il faut la demamder très tôt car il faut que "avec l'aide du CNC" soit visible en entame
du dvd et sur la jaquette.


Voila un petit topo qui j'espère vous donnera une idée de ce qui vous attend. 



xristophe 28/01/2014 17:14

Eh bien je ne vous dirai pas : "J'en accepte l'augure et j'ose l'espérer / Ainsi toujours les dieux vous daignent inspirer ?" ajoutant un point d'interrogation un peu moqueur qui n'est pas dans le
texte je crois, car - si réelle soit votre expérience, en ces matières comme en tant d'autres, vous n'êtes tout de même pas l'un de ces prêtres, romains, nommés "augures" justement, par métonymie,
qui professionnellement annonçaient par contrat infailliblement l'avenir aux autres mortel... Je sens trop de "pessimisme" dans l'eau limpide de votre clairvoyance... Je vous dirais bien de changer
d'humeur et que tout changera... Certes je n'ai pas l'âme de me sentir thaumaturge à ce point... Néanmoins, à chaque fois ou presque que j'ai pris "mes désirs pour (comme vous dites) des réalités"
- c'est alors que, le plus souvent, si je me souviens bien, je les ai vus réalisés...

lesdiagonalesdutemps 29/01/2014 07:12



Je voulais seulement prévenir les futur éditeur de la ville de Meyer que je souhaite que cela serait du mécénat (on reste romain) et pas une affaire vraiment rentable, mais pour bien des titres
je n'ai pas fait autre chose avec Platypus. Je pense que c'était mon devoir de prévenir un éditeur néophyte pour lequel s'il ne s'allie pas avec un label existant, il lui sera très difficile
d'avoir l'aide C.N.C qu'un tel titre devrait pouvoir obtenir avec un éditeur déjà existant. Dorian film étant la meilleur piste (ils sont aussi distributeur).



xristophe 28/01/2014 00:34

J'ai juste dit "pessimiste" ! - et en me centrant sur la seule Psychologie, que je désire conserver individuelle et indépendante du Politique (m'en occupe plus...) et du Sociologique (qui ne parle
que depuis l'extérieur et fait douter qu'un intérieur existe, vive et résiste). Pour l'anecdote d'Ismau, si elle est "triste", nous serons d'accord qu'elle l'est davantage pour le jeune homme et
ses "contemporains" (un mot de Montherlant ! - son dédaigneux et répétitif "Mes contemporains" ! - VS lui-même) que pour l'Oublié qui doit rire : puisqu'il n'est pas la seule victime de cette
amnésie générale (une maladie qui va passer), séquelle de 68, j'en suis d'accord, et qui est une espèce d'Alzeimer de la jeunesse, c'est en train de s'améliorer... J'ai une amie professeur de
Faculté depuis des années et qui a vu ça arriver, enfler (à partir de De Gaulle, on ne situe plus par rapport à Louis XIV), mais qui commence à régresser... (Dommage je riais bien...)

lesdiagonalesdutemps 28/01/2014 07:17



L'inculture ne régresse pas c'est le contraire et cela est irréversible à moins d'une contre révolution, simplement se met en place une société où quelques uns seront détenteur du savoir au
milieu d'une grande masse obscurantiste. Comme c'est largement le cas aux Etats unis et en Angleterre où l'accés aux études est très sélective. 



xristophe 28/01/2014 00:02

Alexandre Perrier, l'inespéré, l'incroyable inventeur (au sens "explorateur, découvreur de trésors") du film de la représentation de "La Ville dont le..." la plus prestigieuse de tous les temps...
(siècle dernier - pour la gouverne du brillant hypocagneux ami du fils d'Ismau), et que vous appeliez tant de vos vœux avant que n'en vouloir plus entendre du tout parler (étrange et cher B.A...) -
me prend de vitesse pour la liste des représentations, quasiment innombrables, disant assez, de sa pièce et de l'immortel Montherlant, l'actualité brulante... Je redonne avec un court complément
(et espérant un effet méthode Assimil sur vous-même et le reste du monde) la présentation de la représentation dont j'avais découvert la trace sur un mur du XVIème arrondissement : "En 2006, la
pièce est montée à Paris au Théâtre du Nord-Ouest, avec une interprétation remarquée de Sevrais par Maxime Raoust" (simplement sur Wikipédia - avec deux renvois vers internet)Pas de doute, ce
sera(it) bien un best-seller...

lesdiagonalesdutemps 28/01/2014 07:10



J'ai simplement l'honnèteté, en professionnel  de l'édition que je suis prévenir de la réalité d'un marché. Il y a plein de gens qui font des fixettes sur tel ou tel chose et qui croient que
leur cas est une généralité et se bercent d'illusions. Il ne faut jamais prendre ses désirs pour des réalités. Il est bien sûr que je serais acheteur du dvd de la ville mais je ne suis pas
représentatif (c'est un euphémisme) du marché des "produits culturels".



Alexandre Perrier 27/01/2014 12:48

Représentations de "La Ville"" :
- 1967-71 au Théâtre Michel puis tournée en France
- 1974 au Théâtre des Mathurins
- 1993 au Théâtre Hébertot
- 2006 au Théâtre du Nord-Ouest
- 2007 à Bruxelles Comédie Claude Volter.

On peut espérer que d'ici une dizaine d'année on la reverra à Paris. Hors les classiques, quelle pièce du théâtre du XXe siècle est jouée si souvent ? (je pose la question, n'ayant aucune idée de
la réponse).

Rééditée 3 fois dans folio, quelle pièce de théâtre du XXe siècle totalise un tirage total à plus de 300 000 exemplaires entre 1951 et nos jours ?

Une question indiscrète, combien avez vous vendu de DVD du téléfilm de Malavoy ?

lesdiagonalesdutemps 27/01/2014 13:00



merci pour ces informations


En ce qui concerne les ventes  c'est assez difficile à dire disons environ 1500 exemplaires. Le dvd a été mis en place à peu près correctement, plus que certains et moins bien que d'autres
des titres de ma maison d'édition. J'en ai encore quelques centaines d'exemplaires...



ismau 26/01/2014 23:36

Une anecdote un peu triste mais amusante, intéressante je ne sais pas, pour alimenter encore la discussion :
Au moment même où hier soir j'étais en train de lire cet échange, un ami de mon fils vient me saluer . J'en profite immédiatement pour lui demander s'il connaît Montherlant ! ( Je précise qu'il a
25 ans, élève brillant ayant fait des études de lettres supérieures, hypokhâgne et kâgne )
Il me réponds : - de nom ... seulement
Et ajoute, sans doute par politesse : - de quelle époque est-il ?
Je lui dis : - des années 40, 50 ...
Et lui : - mais ...euh... de quel siècle ?

Une deuxième anecdote concerne un détail, celui de votre comparaison entre la Pléiade si prestigieuse et sérieuse, et Folio qui parfois  effectivement « vaut bien mieux que la
Pléiade », la preuve :
Il y a quelques temps, je reprends la lecture de " Du côté de chez Swann " en Pléiade . Arrivé à la page 308 ... incroyable, il manquait les 33 pages suivantes ! ( édition de juin 68 ...
ce doit être ça le problème ! )
Heureusement, je trouve rapidement un Folio au supermarché le plus proche, et en plus découvre une préface extrêmement intéressante , celle d'Antoine Compagnon ( que j'ai préférée à celle d'André
Maurois version 68 )

lesdiagonalesdutemps 27/01/2014 07:24



On peut tout de même admettre en lisant votre anecdote que je ne suis pas seulement un screugneugneu décliniste et pessimiste comme le suggère Xristophe, mais il est patent que les jeunes
n'apprennent pas grand chose à l'école. Mais je ne pensais pas tout de même qu'un étudiant de 25 ans! en lettres ne pouvait même pas situer chronologiquement Montherlant (mais qu'a-t-il fait
toutes ces années). C'est le résultat de la stupide culture pour tous qui est en fait la culture pour personne. On en voit le résultat concret chez nos romanciers qu'un quarteron de critiques
portent au pinacle et qui ne produisent de pauvres livres qui n'arrivent pas à la cheville des romans anglo-saxons.


Autre exemple dans un tout autre domaine, lorsque j'ai commencé à travailler, en tant qu'ingénieur de bureau d'études en 1973 à la CIMT, un des principaux constructeurs de matériels ferroviaires,
nous faisions des projets en particulier pour un R.E.R. pour le Canada nous sous-traitions la fabrication à une entreprise qui s'appelait Bombardier dont les cadres me paraissaient beaucoup moins
performants que leurs homologues français. Aujourd'hui lorsque je vais à Paris, je prend un joli R.E.R étudié par la firme canadienne Bombardier. Les constructeurs français de matériels
ferroviaires ont quasiment disparu! 



xristophe 26/01/2014 14:42

...pour en revenir aux arguments terre à terre : la seule réédition d'une "curiosité", comme vous dites, de "Moustique" en Poche, n'est pas un argument CONTRE le reverdissement du succès commercial
(je choisis ce mot taquinant mais tout à fait pertinent au débat) de Montherlant : c'est, AU CONTRAIRE un signe étonnant d'embellie - il semble ! On édite même "Moustique" de Montherlant ! (Je
crois avoir entr'aperçu "La Ville" - comme par hasard... - j'espère ne pas rêver ! - dans un Folio apparu récemment).

Et, par ailleurs, autre point important, on peut rééditer sans l'espérance d'un best-seller ! ! ! Comme si cela ne se faisait pas tous les jours. Comme s'il n'y avait pas mille accès plus ou moins
irrationnels (mais ce mot est trop fort), disons inattendus, vers l'édition. (Et même la gloire : ainsi je vais bientôt me lancer, pour devenir riche, dans la peinture. J'envisage de renchérir sur
Matisse + Picasso, aux enchères)

Pour cette représentation de la Ville que même vous vous ne connûtes pas, c'est juré: il y a un peu plus de cinq ans... Je suis tombé (trop tard) sur des affiches dans le XVIème arrondissement,
autour de la Maison de la Radio. J'ai pê photographié (street art ?); puis j'ai approfondi, certainement par Google. Je m'en vais rechercher. (Il y avait même quelques traces - quelque part -
d'argument au soutien, à la résurrection de l'Immortel... Si je mens je vais en enfer)

lesdiagonalesdutemps 26/01/2014 16:12



Bien sûr que l'on édite sans espoir de best seller, j'en sais quelque chose mais il faut tout de même en avoir les moyens. Vous me dites que "Moustique" est reparu en poche? Je l'avais édité par
"La table ronde", je crois... 



xristophe 26/01/2014 14:11

Voici une remontrance sévère très amicale ! - une fois n'est pas coutume... Car - vous perdez l'humour, je trouve... et vous vous faites du mal... Vous vous raidissez dans une attitude binaire
d'intransigeance affreusement pessimiste, où votre subtilité d'homme complexe, concret-abstrait, si cultivé, si artiste et ouvert semble étrangement parfois s'ensevelir d'un coup ; je me dis : quel
dommage... (C'est ce que je comparai quelque jour, je vous l'avais écrit, comme exemple d' "humeur", à la mystérieuse haine-souffrance de mon cher Capitaine Nemo - qui me "traumatisa" obscurément,
enfant!) Vous prophétisez présomptueusement des tragédies oraculaires quasi cosmogoniques, vous vous plaisez à vaticiner furieusement comme l'Ecclésiaste, quelle dépense inutile ! ou comme
Cassandre (qui, elle, disait la vérité, je sais, mais ça n'était qu'un personnage mythologique...). Alain Finkielkraut, en butte à tant de basses persécutions publiques stupides ne se laisse pas
aller, bien loin de là, à cette noirceur dont vous semblez vous barbouiller, comme on dit "à plaisir", peut-être "masochistement" (vous, vous, un hédoniste !). Pour sortir de ces généralités (voir
la suite)...

lesdiagonalesdutemps 26/01/2014 16:06



Je crois être surtout réaliste mais la disparition de l'humain je vais jusque là et je ne suis pas loin de la souhaiter ne me désepère en rien puisqu'il y aura toujours les poulpes peut être les
corbeaux et certainement certaines chauves souris des bestioles qui me plaisent beaucoup plus que les humains aujourd'hui où je lutine beaucoup moins... 



xristophe 26/01/2014 00:02

D'ailleurs le "troisième âge" (quelle expression) - et surtout avec l'aide du "quatrième" - est numériquement majoritaire, de plus en plus ! C'est donc une "classe" qui monte ! donc, que le
commerce flatte, car en plus elle est riche !!! (Il paraît... bon, ça n'est pas mon cas mais - je suis encore loin du troisième âge) (Cette remarque sérieuse, pour contrer votre "on ne fait pas de
ventes avec le troisième âge"... Si, justement !)

lesdiagonalesdutemps 26/01/2014 08:50



Je le regrette vous vous trompez. J'ai tout de même fait des études de marché pour ma petite maison d'édition et les produits culturelles sont peu achetés par les personnes âgées même si pour un
titre comme la ville il y aurait un effet nostalgie mais à mon avis insuffisant. La plupart des français et en particulier les ainés sont considérablement ramollis du bulbe abêti qu'ils sont par
des décennies d'abrutissement télévisée et de propagande égalitariste.



xristophe 25/01/2014 23:42

Je sais, je sais pour la Pléiade, ça m'a même assez énervé ! Mais on trouve "Les garçons" en folio (qui vent bien mieux que la Pléiade), ainsi que "Le Songe" (étonnant...), "La petite infante de
Castille" - et le quatuor des "Jeunes filles", "Le chaos et la nuit", "La rose de sable"... Au "Livre de poche" il y a également quelques titres (dont un curieux, un ouvrage inconnu, pê inédit
même, oublié titre, nom d'un loupiot comme "Moustique", qqch comme ça) - (et - sûrement d'autres). On a rejoué "la Ville" elle-même il n'y a pas longtemps, ça n'a pas pu vous échapper, moi je ne
l'ai su que trop tard. Je sens un verdissement printanier se lever pour cet auteur - de style si "moderne" et si spontané, si libre et si décontracté, en même temps que de frappe parfaite ;
(l'alliance des deux en fait justement la merveille - paradoxale ? - dont on a déjà des exemples au Grand Siècle). Ce sont les préjugés, qui seront oubliés bientôt et sembleront stupides, sur le
style supposé "grandiloquent" et le théâtre "en carton-pâte" etc. Et puis il faut aider cela, y contribuer : je m'étonne qqfois, excusez-m'en l'aveu, qu'une personne aussi énergique et si active,
si douée, avec un tel humour etc (vous vous reconnaissez je pense à ce succin croquis...) sombre parfois dans des marasmes pessimistes, à cause d'une ou deux poignées de crétins, jeunes en plus,
godelureaux sans avenir, alors que tout porte à penser que le siècle qui vient (dont nous verrons la fin) sera montherlantien ou bien ne sera pas... Ainsi que disait l'autre - lui bien surestimé,
par contre, à propos de la beauté "convulsive")... (Non non, je suis à jeun...)

lesdiagonalesdutemps 26/01/2014 08:45



Moustique n'est pas un chef d'oeuvre mais c'est une curiosité à lire (qui a mystérieusement disparu de mes bibliothèques, encore un) surtout pour les amateurs de culottes courtes. Et bien si cela
m'a échappé je n'ai pas revu cette reprise de la ville. Il y a en effet comme vous dite un petit commencement de verdissement idem pour Anouilh, la raison principale en est le desert d'auteurs
français pour le théâtre. Il y a bien Besset mais il n'a pas "la carte" comme le dirait Michel Ciment! Le siècle qui vient est celui en Europe de la fin de la civilisation occidentale (le grand
remplacement) sauf sursaut violent (dans tous les sens du terme) de l'occident.



xristophe 25/01/2014 17:53

A moi, un mot... "sur l'optimisme au sujet de la mise en DVD de la version Meyer de La Ville dont" (deux alexandrins soudés de travers - en vue de l'impact commercial de ce projet !); je penche
comme M. Alexandre pour l'idée d'un succès probable et vous trouve, cher B.A, bien étrangement maussade ! Est-ce vraiment le moment de chanter partout que Montherlant n'est plus qu'un has been et
un ringard... ("Pitié pour Montherlant" comme l'écrit Angelo dans un article dont la teneur en de consistants éloges est meilleure que le titre allusif aux "Jeunes Filles") Plutôt rappeler qu'il
est immortel, comme personne n'en doutait du reste, au temps qu'il était non seulement vivant mais Académicien, et passait pour "tutoyer" Racine et Chamfort aux yeux de lecteurs plus avisés que
ceux aujourd'hui: revenons-en là, et tout ira bien. (Et puis je ne me sens pas en voie de disparition, "personnellement", comme admirateur du tandem Montherlant-Haudepin - lequel je préfère (ce
dernier) chez Peyrefitte-Delannoy du reste - mais c'est une autre histoire qui me toucha de près...)
Toujours sur la même pertinence : ma métaphore de l'autre jour des chefs-d'œuvre tronqués Parthénon et Satiricon portait non sur la pièce mais sur, bien sûr, la représentation - autre "monument".
Et pour Le Partage de Midi (c'est bien ça, en effet, merci) sans métaphore c'était l'exemple d'une représentation tronquée et pourtant éditée - avec succès.

lesdiagonalesdutemps 25/01/2014 19:06



Je ne dis pas que Montherlant est un hasbeen, il a écrit des oeuvres remarquables au premier plan desquelles ont peut ranger "Les célibataire", Malatesta, La ville, La guerre civile et quelques
autres mais les moins de cinquante ans l'ignore complètement et on ne fait pas des ventes de dvd avec le troisième âge. C'est comme ça je n'y peux rien. Je savais qu'en sortant en dvd "Je ne
ferais pas de grosses ventes mais je l'ai fait pour me faire plaisir, j'ai vécu ainsi toute ma vie et je continue et aussi accessoirement pour avoir un prix à cannes que je n'ai pas eu! Personne
ne connait plus didier Haudepin. La plupart de ceux qui ont vu la représentation mise en scène par Meyer sont morts, c'est statistique, il y a pesque 50 ans! Nous sommes le dernier carré qui ne
se rend pas mais qui meurt. Montherlant est peut être immortel mais pas ses admirateurs. L'inculure de masse règne depuis 68. Il n'y a plus de bourgeoisie cultivée donc plus d'acheteurs de
Montherlant. Un exemple ses essais sont épuisés dans la Pleiade et pas réédités.



Alexandre Perrier 24/01/2014 17:48

J'ai oublié : j'ai recopié attentivement le générique et étrangement, il n'y a pas de "réalisateur" mais "mise en scène de Jean Meyer" et un assistant réalisateur : Gérard Adeline. La production
est ORTF, le Théâtre Michel et Europe 1 télécompagnie.

lesdiagonalesdutemps 24/01/2014 21:56



Vous êtes un homme sérieux. Je pense que l'intitulé du générique veut dire que c'est Gérard Adeline qui est le responsable de la captation.



Alexandre Perrier 24/01/2014 17:40

Je connais bien la pièce, et je l'ai vue deux fois à l'INA je peux dire qu'elle est entière, mais il y a des raccords à faire. Concernant les Ed Montparnasse, ils ont édité "Le Cardinal d'Espagne"
et "Le Maître de Santiago"en 2011 et 2012, je ne crois pas qu'il ont dû en vendre beaucoup, ils vendraient surement plus de "La Ville...". je n'ai aucune expérience dans l'édition de DVD (secteur
qui marche quand même mieux que l'édition de livres), si quelqu'un veut se lancer avec moi, je suis partant pour devenir "auto-entrepreneur" !. Il faudrait regrouper les bonnes volontés et s'y
mettre, je crois qu'il reste un public suffisant (les admirateurs de Haudepin, de Montherlant, etc...) pour vendre en vendre quelques milliers. En 2022 on commémorera le 50e anniversaire de sa
mort, c'est une occasion à saisir.

lesdiagonalesdutemps 24/01/2014 21:41



Je ne veux pas vous décourager mais les admirateurs de Montherlant et encore plus ceux de Didier Haudepin sont un peu comme les pétainiste ils sont hélas en voie de disparition en raison de leur
grand âge.


Non l'édition de dvd est beaucoup plus sinistré que l'édition livre car les films sont facile à pirater et en outre se prète plus volontier car peu fragile. Comme j'ai été éditeur de film d'abord
en VHS puis en dvd durant quinze ans je connais un peu la question. Comme vous le savez sans dote j'ai édité la version filmée par Malavoy dans ce double dvd, il y a des bonus qui conviendraient
parfaitement à l'édition de "La ville" version Meyer tel que le dossier illustré Montherlant, et bien d'autres choses que je mettrais à votre disposition gratuitement (je suis le producteur de
ces bonus) si vous finalisez votre projet.



xristophe 24/01/2014 14:22

Pourquoi dire du mal des éditions Montparnasse... Que la captation soit incomplète, ce sera(it) dommage, mais non du tout rédhibitoire... On n'a qu'un bout du Satiricon... il manque des pierres au
Parthénon... J'ai vu un très beau Claudel, par la Comédie Française (dont votre camarade Michel Aumont, qui en fait état dans votre interview) bizarrement amputé de tout un acte...

lesdiagonalesdutemps 24/01/2014 15:56



Je ne dis pas du mal des éditions du Montparnasse qui sont plutôt moins mauvaises que d'autres mais ce n'est tout de même pas Criterion, édition américaine qui est un peu La Pleiade pour le
cinéma (La Pleiade collection unique au monde mais qui a tendance à périclter) à mon sens le meilleur éditeur de dvd au monde. Pour la France l'excellence me parait être Carlotta, Ad vitam est
également très bien mais je ne les vois pas éditer "La ville". Je m'autorise tout de même un petit jugement sur ce milieu car j'en ai fait partie de longues années et hélas je le connais bien et
que dire de la distribution et de la vente au particulier qui était jusqu'à peu quasi exclusivement dans les tristes mains de la FNAC. La vente via la toile va peut être faire bouger les lignes.
Mais pour une captation de "la ville" le véritable problème pour un éditeur est la rarefaction de son public potentiel avec la mort de la bourgeoisie cultivée. Je rappelle que grosso modo hier
bourgeoisie induisait culture ce qui n'est absolument plus vrai aujourd'hui elle induit fric, ce qui n'est pas la même chose.


Je ne trouve pas très pertinente vos comparaisons car il est impossible de voir le Parthénon en entier ni de lire un Satiricon complet alors qu'il est possible lors d'une reprise "la ville" en
intégralité. Je vous rappelle qu'elle a été reprise (et pas seulement en France) depuis sa création. Une captation incomplète serait envisageable seulement comme bonus d'une autre captation celle
ci entière.


De quel Claudel parlez vous (le partage de midi?)... 



xristophe 24/01/2014 14:12

Ainsi donc, cette comète existe, et même, elle est habitée ! Un conquérant, nouvel Alexandre, s'y est déjà posé : pour Alexandre, hip hip hip... bravo ! merci...

Alexandre Perrier 24/01/2014 12:44

Je réponds à vos questions : La captation est un vrai fouillis, le début est à la fin, en tout il y a 6 séquences il faut jongler, le son est bon mais la couleur change de dominante entre les
séquences. Il faut aller à F.Mitterrand, obtenir une carte de consultation "chercheur" (avoir un motif "recherche personnelle"), l'Inathèque est au secteur "P". La manipulation de l'outil
informatique est un peu compliquée, mais les intervenants expliquent aux néophytes. Ensuite on regarde la pièce, 1h40, avec un casque. On peut faire des saisies d'écran qui seront transférées sur
CD-R (en apporter un) après avoir rempli un formulaire d'engagement de non diffusion et avoir obtenu l'accord de la documentaliste. J'ai récupéré une cinquantaine de photos. J'ai contacté il y a
4/5 jours les Ed Montparnasse qui ont édité du Montherlant en DVD, pas de réponse. L'INA n'éditera le DVD qu'en co-production, donc il faudrait faire quelque chose. Merci de réponse et pour votre
Blog si intéressant.

lesdiagonalesdutemps 24/01/2014 13:32



C'est bien dommage que j'ai ces informations si tard alors que j'ai abandonné cette activité d'édition. Malheureusement sans me pousser du col je ne vois pas d'éditeurs potentiels pour une telle
opération et certainement pas les éditions du Montparnasse (quoique on ne sait jamais). Si je suis ceptique c'est que je connais bien l'inculture crasse et la profonde bêtise des milieux de
l'édition de dvd. Mais on peut toujours espérer... Il n'y a pas que les éditions Montparnasse vous pouvez toujours aller voir également du cté de BQHL, d'Optimale et peut être plus sérieusement
vers celui de Dorian film, il doit y avoir peut être quelques éditeur qui pourrait être intéressé. La première condition c'est que la captation soit complète 1h 40 cela me parait peu. Je suis un
peu inquiet sur le sujet de l'intégralité lorsque vous me dites qu'il y a six séquence ce qui ne correspond pas à un découpage de la pièce et Je comprend pas comment le début puisse être à la
fin. La captation ne serait-elle pas montée?


A propos de vos saisies d'écran qui seraient très bien pour mon blog, celles-ci entre-t-elle dans la non diffusion? Savez vous qui est le réalisateur de cette captation. Il est peut être encore
de ce monde (c'est indispensable d'avoir la référence de l'équipe technique pour l'édition)
Je vous remercie de vos réponses et je m'excuse pour les nouvelles questions mais j'ai tellement cherché cette captation dont j'ai douté de l'existence (et je ne suis pas le seul) en raison
principalement des magouille de l'INA que j'espère vous comprendrez mon intérèt qui n'est que le reflet de bien des personnes qui s'interesse à l'oeuvre de Montherlant. 



Alexandre Perrier 23/01/2014 22:46

J'ai vu cette émission en le 4/05/1971 à la télé. Elle est visible à l'Inathèque à la BN Paris sur demande. Je l'ai vue... elle est en plusieurs morceaux mais entière et en couleur (qualité très
moyenne) mais acteurs excellents. Son édition en DVD est un must, mais il y a des droits d'auteurs, Je serai prêt à participer à un montage financier si cela peut aider. Me contacter

lesdiagonalesdutemps 24/01/2014 07:09



Merci de votre précieux témoignage et de votre offre généreuse mais je ne suis plus éditeur. Peut être que l'INA l'éditera comme elle l'a faite pour le Cardinal d'Espagne.


La captation est elle complète? Je pose cette question car vous écrivez qu'elle est en plusieurs parties ce qui est curieux. Qu'entendez vous par qualité très moyenne et enfin où se trouve
l'inathèque est-ce sur le site Richelieu ou à la Grande bibliothèque? 



xristophe 23/01/2014 21:37

...et moi-même, où avais-je la tête ce 4 mai 71, pour n'avoir pas repéré le passage de cette comète... (Commotion) (Je vais faire une enquête dans mes carnets, mes agendas... quelle négligence -
dont je me sens coupable !) Quand je pense que j'ai connu quelqu'un à l'Ina, jadis, très haut placé, qui eût tellement aimé me faire plaisir en faisant par exemple ce genre de recherche, où vous
achoppâtes. Les ratés de l'Histoire... C'est presque comparable au retard de Grouchy... Pourtant un espoir naît. Je vous vois très têtu sur cette enquête. Je sais bien que vous dîtes qu'il est
devenu un peu difficile... mais, Paul Guers, l'acteur génial de cette représentation, justement interviewé dans ce Télé 7 jours... ne croyez-vous pas qqch possible, à essayer, auprès de lui? Vous
qui êtes un autre artisan de la gloire de ce chef d'œuvre de Montherlant)

lesdiagonalesdutemps 23/01/2014 21:58



Le problème c'est qu'il y a dix ans Paul Guers a reffusé toute communication avec moi.


J'ai toujours des doutes sur ce passage à la télévision de la pièce. J'ai une supposition la dessus ce programme a pu tonber un jour de grêve et comme c'était peut être un filmage en direct la
représentation aurait été annulé car à priori personne s'en souvient, ce qui est tout de même curieux. La question de l'existence de cette captation est toujours posée...