La revue Le débat sur l'enseignement de la Shoah

Publié le par lesdiagonalesdutemps

J'aime bien la revue "Le Débat", dirigée par Marcel Gauchet. Elles est un peu moins que d'autres colonisée par la doxa ambiante. Le dernier numéro en date, celui de l'été 2013, se penche sur la question de l'enseignement de l'Histoire. On peut y lire en particulier une interview d'un certain Wirth, docte ponte du mamouth, il est inspecteur général de l'éducation national. Le Débat suggère bien à cet inoxydable optimiste que parait être Wirth que les élèves sont particulièrement ignares en Histoire, ce n'est pas qu'ils seraient brillant ailleurs. Mais ce n'est pas l'avis de monsieur Wirth qui concède seulement qu'une éventuelle baisse de niveau serait le résultat de la massification de l'enseignement. Autrement dit que l'on accueil n'importe qui au collège. J'espérais que Wirth mentionne au moins le fait que l'absence d'une quelconque sélection n'était peut être pas étrangère à ce fait, et que cette éventuelle baisse du niveau des élèves puisse être corrigée par exemple, par le retour de l'examen d'entrée en sixième. Cela ne semble pas lui avoir un instant effleuré l'esprit... Pensez donc cela défavoriserait les élèves issus des quartiers "sensibles". "Sensible" est le mot de cette interview tout en langue de coton. Cette sommité de l'éducation nationale concède tout de même qu'il y a une difficulté: << Il y a une autre difficulté dont il faut parler : c'est la difficulté d'aborder certaines questions sensibles dans certaines classes pour des raisons qui tiennent à la mémoire familiale. Ce n'est pas très fréquent, mais il existe des témoignages sur la difficulté de parler dans certaines classes de la Shoah.>>. Au cas où vous n'auriez pas parfaitement compris ce que veut dire ce monsieur dans sa langue académique, est que lorsque le professeur d'Histoire aborde la question de l'extermination des juifs lors de guerre de 39-45, les élèves d'origines maghrébines qui jusqu'alors sommeillaient ou pensaient à la prochaine meuf qu'ils allaient niquer, soudain glapissaient de joie et éructaient que ce bon Adolf n'en avait pas estourbi assez... 

Publié dans métapolitique

Commenter cet article

Le Boeuf 15/09/2013 11:56

Vous avez raison: puisque vous m'invitez à davantage de confidences, j'utiliserai l'adresse que vous me proposez.

Le Boeuf 08/09/2013 12:11

Si j'ai tardé à répondre ce n'est pas tant à cause de l'identité des nos "amis communs" que le travail de préparation (puis le bilan) du festival d'Aurillac au cours duquel nous présentions deux
spectacles.
Néanmoins, force est de reconnaître que cet aveu me coûterait puisque vous en ayant -malencontreusement?- fait la remarque il y a quelques années (?) de cela, vous aviez presque aussitôt retiré les
photos de mon ami que nous nous contenterons ici d'appeler Pierre H. (j'avais eu le temps cependant d'en effectuer copies)
Disons cependant qu'ayant sensiblement le même âge que vos modèles de La Varenne-1984-86, il est assez logique que j'en ai déjà croisé quelques uns. Même si seul P.H. incarnait alors mon Grand A.

lesdiagonalesdutemps 14/09/2013 23:10



J'aimerais que vous soyez un peu plus bavard sur Pierre H.


pour cela voici mon mail: bernar.a@wanadoo.fr


je n'ai jamais retiré des photos de Pierre. Je ne me souviens pas que quiconque m'est parlé de Pierre...


J'attend de vos nouvelles avec impatience.



Le Boeuf 13/08/2013 13:14

Précisément, c’est bien parce que j’y décèle une personnalité originale et hors normes que j’emprunte vos diagonales et que leurs affûtages et/ou meulages ne me pose pas réellement problème. Sinon,
l’antinomie précédemment évoquée entre la forme et le fond de l’article. Mais, somme toute, nous ne sommes pas à un paradoxe près. L’époque fourmille de contradictions qui, dans ce cas, frôle
davantage l’hypocrisie.
Un autre point sans doute m’a porté à m’intéresser à vos publications. Le fait que nous ayons été voisins dans les années 84-86, ce qui semble un âge d’or de vos galeries photos. Et de fait, je
nous constate des amitiés communes.
J’habitais alors rue Caffin, chez un ami, comme on dit pudiquement et dont le profil n’est pas sans rappeler le votre. Dans une version plus gauchisante cependant. Comme quoi, j’ai l’éventail
large… mais la taille fine (tentative d’humour assez ratée, j’en conviens). Bien à vous. BernAr

lesdiagonalesdutemps 13/08/2013 13:37



J'ai habité des années chez mes parents l'avenue Jeanne d'Arc, non loin de la rue Caffin puis après un long détour par La Baule et Bruxelles, j'ai migré sur les bords de Marne dans ces années
84-86. Je ne sais pas si ces années sont l'âge d'or de ma production photographique dont ce blog donne un minuscule aperçu d'abord parce que j'espère qu'elle n'ai pas complètement terminée et
surtout je suis loin d'avoir numérisé toutes mes photos en argentique et autres diapositives, travail de romain que je fais petit à petit dans le plus grand désordre. Je serais curieux que vous
m'indiquiez nos amitiés communes...



Leboeuf 05/08/2013 20:02

Ne voyez aucune ironie dans mes propos. Bien qu'il me soit inhabituel de "passer la pommade", j'admire sincèrement vos passions partagées pour la littérature et les compte rendus que vous faites de
"vos musées".
Cependant ne cédez pas à cette facilité de balayer d'un revers de manche une divergence de point de vue en m'assimilant à un prêcheur de la bien-pensance. Ma grande curiosité implique un hyper
éclectisme et mon intérêt pour les parcours en marge des sentiers balisés me place très loin des préjugés et les lieux communs. Et qu’importe si mes chevilles en gonflassent de cet excès
vanitesque.
Si j’avais déjà remarqué la chose, c’est juste que les errances orthographiques, dans ce cas présent, desservaient la cohérence du propos. Voyez-y davantage la marque d’un esprit taquin que
l’injonction d’un tenant de la Pensée Dominante.
Concernant la "jeunesse accablée", il va de soi que j’avais saisi le distinguo avant que votre euphémisante "jeunesse très voyante et d'importation récente" ne vienne le souligner.
Pour autant, l’Histoire me semble construite de brassages pluriethniques et d’assimilations multiculturelles et cela n’est pas Pensée Unique que de le constater.
Soucieux cependant de ne pas couper court à ces épistolaires échanges je suis prêt à mettre ce point de détail en sourdine.
Je n’élude pas par ailleurs les autres points de votre réponse mais conscient de la longueur de ma prose je ne souhaite pas vous en infliger indigestion.
Je reste donc tout disposé à discuter plus longuement de cette "limite" évoquée et ses guillemets attenants. De l’opportunité d’une "correction relecture" qui ne pourrait être qu’un affutage de vos
diagonales. Ou même de mes pantoiseries et de leur conditionnement présupposé. Si, bien sûr, vous étiez prêt, vous aussi, à changer d’air.

lesdiagonalesdutemps 05/08/2013 20:50



J'essaye, j'essaye d'affuter mes diagonales mais la meule est bien usée et le pédalage d'une mollesse affligeante (c'est une meule à pédale comme la vieille machine à coudre Singer de ma grand
mère). D'ailleurs si vous retournez par exemple sur le billet sur la biographie de l'abbé Mugnier vous vous apercevrez qu'il a été affuté par rapport à sa publication matinale. J'ai tendance à
relire, pas toujours, mes billets une fois qu'ils sont en ligne, puis à les modifier, affutage, affutage (je vois bien Céline dire cela).


Tout cela pour vous dire que je ne balaie pas d'un revers de main vos remarques, j'essaye d'améliorer le modèle comme disait Boris Vian à propos des bombes atomiques dans une de ses chansons.


Il me semble que mis à part les nombreuses fautes diverses, il y a aussi les images qui disparaissent, un véritable mystère pour moi, et les phrases qu'on ne parvient pas à effacer lorsqu'elles
sont en bas d'un article, autre étrangeté, vous devriez être intéressé par mon blog si vous aimez les parcours en marge. Le mien est tellement en marge qu'il y a bien longtemps que j'ai perdu la
page...


Quand à l'assimiliation puriethnique je suis prêt à me brasser avec un norvégien, même avec un polonais s'il oublie sa bondieuserie, j'irais jusqu'au sicilien, il y en a de très jolis vous pouvez
le vérifier sur le blog même; c'est plus bas que cela me pose problème. Que voulez vous je n'ai pas le brassage universel.



Leboeuf 02/08/2013 08:57

D'ordinaire très admiratif de votre regard d'esthète et vos critiques cinéma, je le suis beaucoup moins dès lors que vous vous aventurez sur ce terrain politique.
"Chacun ses opinions" nous enseigne ce que vous qualifiez de doxa et, sur ce point, je n'irai pas polémiquer.
En revanche, je constate un étrange paradoxe à se plaindre, d'une perte de valeurs, du vide culturel des nouvelles générations et de l'état de l'enseignement en alignant autant de fautes de frappe,
d'orthographe et/ou d'étourderie. Ne craignez vous pas qu'ici, la forme ne discrédite le fond?
Certaines pourront être attribuées au clavier, lequel comme chacun sait à cette fâcheuse tendance à déraper. Il n'empêche que toute chronique se doit d'être relue avant publication.
Aussi, quand vous accablez la jeunesse (dont je ne suis pas, ce n'est pas une querelle de chapelle) et déplorez son nivellement par le bas, je suis troublé de découvrir autant de fautes, voire
d'incohérences "syntaxico-lexicales" dans des journaux aussi réputés (sic!) que Libération, le Parisien ou "Le Monde", journal prétendument de référence.
Sachez par ailleurs, qu'à l'exception de quelques images -un peu limite pour ma part- je reste pantois et admiratif face à votre curiosité d'esthète et vos pertinences cinématographiques. En toute
sincérité. BernAr

lesdiagonalesdutemps 02/08/2013 09:35



Cela m'amuse toujours que l'on mentionne fautes et autres défauts uniquement dans mes poulets qui osent contrarier le catéchisme bien pensant ambiant.


D'autre part je n'accable nullement la jeunesse dans sa totalité, seulement une certaine jeunesse très voyante et d'importation récente.


Contrairement aux journaux que vous citez, je n'ai sous la main ni correcteur ni relecteur néanmoins dans le futur je vais essayer d'améliorer la chose écrite.


En ce qui concerne les photos limites ou pas (j'aimerais beaucoup avoir des précisions sur ces "limites") en revanche je ne peux quasment rien; je profite de cette réponse pour m'excuser du fait
que certaines n'apparaissent que sporadiquement alors que d'autres se montrent dans un format que je n'ai pas choisi!


Ne restez donc pas pantois, vous le seriez moins si vous n'étiez pas aussi conditionné par l'air du temps. Un conseil changez d'air. C'est déjà un bon début néanmoins que de visiter mon site...