La pornographie, vue par Truman Capote

Publié le par lesdiagonalesdutemps

La pornographie n’entraîne pas un homme dans la rue pour y commettre des viols ; si elle avait un effet, ce serait tout le contraire. Après tout, le but essentiel de la pornographie est d’activer la masturbation ; elle sert donc à relâcher les tensions sexuelles et non à les exaspérer. Les gens qui se rendent coupables de viol ou d’autres agressions sexuelles souffrent d’un état pathologique, une sorte de pulsion claustrophobe qui les entraîne à se libérer de leurs frustrations sexuelles par la perpétration d’un acte de violence. Ils ont été stimulés par des tendances internes qui ne trouvent à s’exprimer que dans la violence, et un ouvrage salace aurait sur leur comportement autant d’effet qu’un exemplaire du Christian Science Monitor. La pornographie n’a pour eux aucun sens ; si elle en avait, ils achèteraient des ouvrages pornographiques et resteraient chez eux à se masturber tranquillement. Mais pour ceux qui sont moins malades mais ont quand même des problèmes sexuels, la pornographie peut constituer une forme très salubre de soulagement et servir de tranquillisant à la libido.

Truman Capote,  Interview de Playboy (Eric Norden, Playboy, 15 mars 1968)

Publié dans citations

Commenter cet article

Alain.M 02/07/2013 05:48

tout ceci est tellement vraie, mais aller faire comprendre cela à civitas ou autres coincé du c..