La piste 116, la nuit transfigurée, la dernière charge illustrés par Michel Gourlier

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Michel Gourlier vu par un très beau site riche de belles images de la jeunesse

 

10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 

10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La piste 116” de Jean-Claude Alain. J’aime beaucoup ce livre du point de vue des illustrations qu’il contient, Michel Gourlier je pense, a pris beaucoup de plaisir à illustrer ce livre. Le trait est bien sûr très reconnaissable avec des visages multiples de profil ou de ¾, le détail dans la chevelure, et un début d’arrondissement de son trait. Particularité, l’expression des visages dans une sorte de mélancolie, aucun sourire, les lèvres sont droites, ou plutôt au repos d’une émotivité. Michel Gourlier a pourtant toute la palette d’expression pour faire des têtes joyeuses, mais il faudra attendre encore un peu pour voir apparaitre quelques visages souriants. 10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.
10 illustrations de Michel Gourlier de 1958 tirées de “La nuit transfigurée” de Jean-Paul Benoit. En 1958, le trait de Michel Gourlier peut encore être confondu avec celui de Joubert. La caractéristique de son trait s’affirme d’année en année et n’a plus rien à voir avec celui de 1953, les visages sont bien moins anguleux et commencent à s’arrondir (les mentons, le nez…). Les premiers dessins de Michel Gourlier avaient parfois une apparence d’affiche de propagande russe, avec des visages stylisés un peu fermés sur des profils volontaires. Ses dessins sont des réalisations faites à l’encre de Chine, l’encre de chine ne pardonne pas la médiocrité du geste, ses dessins sont faits généralement d’une traite et dans l’action. Notez l’application sur les remplissages et les mises en contrastes, les détails des cheveux et aussi un très grand respect des proportions sur cette série.

Voici une série de petit dessin tiré de la série Rouge et Or Souveraine du Roman de Jean-François Pays “La dernière charge” illustré par Michel Gourlier. (de 1963)

La série Rouge et Or à l’avantage de fournir des dessins plus grands et surtout en tirage couleur ou noir et blanc de très haute qualité. J’ai choisi ici les “petits dessins” qui font les têtes de chapitre.

J’ai tagué les photos et pas mis dans une haute résolution, je m’explique sur le fait: un peu de pub ne fait de mal et l’autre point ça fait bizarre de voir que quelques personnes s’approprient les scans sans dire ou il les ont pris… Mais je ne le ferait pas systématiquement sur tout les dessins. D’ailleurs les livres se trouvent pour 5 ou 10 euros très facilement il ne faut pas s’en priver !

Thème assez fréquent dans le dessin de Michel Gourlier c’est le garçon blessé ou dans l’inconscience ou dans le sommeil. Le trait reste excellent et l’expression au rendez-vous.

la chute dans l’abîme, noter quelques erreurs dans les proportions des garçons sur la falaise, sinon j’aime beaucoup les proportions des cuisses et du coté très Gourlier du visage.

Pour 1963, dans la collection Rouge et Or Michel Gourlier commençait à laisser des sentiments passer.Apres 1968 les choses sont très différentes, cela s’affirme. Avec certains auteurs, Michel Gourlier sera très light et ne fera pas de dessins avec la moindre allusion à ses passions. Avec Jean-François PAYS (dont il est l’illustrateur à 100%, je crois ?) Michel va parfois assez loin dans le trait homo-érotique.

Le thème du taureau, très prisé chez les deux, l’écrivain et le dessinateur…

Pour retrouver Michel Gourlier:  Retour sur Michel Gourlier,  Quelques souvenirs sur Michel Gourlier (réédition complétée)Michel Gourlier,  Précisions sur Michel Gourlier et Pierre JoubertLa piste 116, la nuit transfigurée, la dernière charge illustrés par Michel Gourlier      

 

 

Publié dans illustration

Commenter cet article

xristophe 26/08/2012 20:10

Merci bcp pour cette technique précision quasi antropologique... Enfin, JE SAIS ! (un peu déçu, fantasmatiquement, mais au moins c'est plausible et puis... j'aurais été par trop jaloux des amateurs
qui eussent été par trop heureux, quand même, de tous ces jolis "pueri" sans rien dessous !!!)

xristophe 25/08/2012 14:51

Quelle trouvaille, les trésors "rouge et or" de ce site... Quel artiste affolant, ce Gourlier... J'aime peu les pourtant beaux dessins de (titre du premier) ; mais tant ceux de "La nuit
transfiguée" ; et de "La dernière charge" (que je "n'ai" qu'en Signe de piste); Gourlier pour moi est l'artiste des shorts et des jambes nues, des longues cuisses de garçons s'offrant à notre vue,
la concupiscence attisée au maximum (!), ou s'étreignant "ambiguement" (c'est-à-dire sans ambiguïté)dans ces tenues ; ces shorts si chouchoutés de fétichisme sublimé par sa précision et son art;
culotte courte envoûtante des garçons d'autrefois; obsédant parfum des dessous, sous le fragile esquif de la culotte assurant de façon précaire le transport d'un secret à tout instant susceptible
de "fuites"...! Et puis des tuniques "grecques" (avec décors...), plus courtes encore et "exposant" plus encore que le short moderne la pudeur du joli garçon... (qui me dira s'ils avaient "quelque
chose dessous", ces jeunes éphèbes de miel?) Mais j'ai l'air d'oublier Gourlier, ses synthèses d'idéal garçonnier : non, et elle furent une "commotion" dès mon enfance...

lesdiagonalesdutemps 25/08/2012 18:06



Les jeunes grecs comme les jeunes romains avaient sous leur tunique un pagne en fait une longue bande de tissu avec laquelle ils se drapaient puis nouaient un peu comme les japonais de basses
classes avant l'ère Meji.



Dotepocus ! 23/08/2012 15:45

Il y a plusieurs éditions de la série de Toukaram, le texte de JL-Pays n'a pas changé mais l'inspiration de Michel Gourlier oui, il a illustré cela avec beaucoup de sensualité. La collection Rouge
et or est plus luxueuse et l'avantage d'avoir fait naître la couleur.

lesdiagonalesdutemps 23/08/2012 16:16



Comme je l'ai déjà dit je n'ai que l'édition en Signe de Piste mais ce que vous m'écrivez me donne l'envie de me procurer celle de Rouge et or.



bruno 20/08/2012 16:50

Merci pour cette belle reprise.
Il est amusant de comparer les illustrations de "Toukaram" dans les deux versions que M. Gourlier a donné d'une part au "Signe de Piste" et d'autre part à "Rouge et Or". Et ce n'est pas ce qui
vient immédiatement à l'esprit que l'on constate dans cette belle littérature : la sensualité exacerbée est chez..."Rouge & Or" ;-)

lesdiagonalesdutemps 20/08/2012 19:43



Je n'ai malheureusement que l'édition du Signe de Piste