La France en relief dans la nef du Grand Palais

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Numeriser.jpeg

 

DSC03066.JPG

 

DSC03068.JPG

 

La première exposition de la Maison de l'histoire de France (qui risque, au train où vont les choses, d'être la seule) est une belle réussite. Elle présente seize plans-reliefs de villes. Ils proviennent des réserves du musée des Invalides. Ils font partie des 260 plans en relief, dont il demeure une centaine. Ils ont été réalisés entre 1668 et 1873. En 1668, Louvois, ministre de la guerre de Louis XIV passe commande du plan relief de Dunkerque. Cette commande fera école jusqu'à l'époque de Napoléon III. Les villes ainsi transformées en maquette au 1/600 ou au 1/400, sont essentiellement des cités fortifiées qui sont situées aux frontières de la France, parfois ce sont des conquêtes récentes. Certaines ne sont plus aujourd'hui dans le territoire nationale. Ces maquettes permettaient de voir les points faibles des défenses des villes et ainsi de les renforcer. Elles nous racontent deux siècles d'architecture militaire.

On est éberlué par la qualité d'exécution de ces objets qui en fait des oeuvres d'art. L'équipe qui s'attelait à leur élaboration ne semblait pas avoir de limites dans la reproduction des détails, par exemple y sont figurées les cabanes de jardin dans une propriété! Pour une fois la maniaquerie militaire a eu du bon car si elle n'a pas beaucoup fait avancer, par sa soif absurde de détails, l'efficacité des fortifications, elle a légué à la postérité ces merveilles.

Avant de fabriquer la maquette on envoyait des ingénieurs militaires et des topographes faire des relevés précis mais aussi des dessins des façades des bâtiments bordant les rues, ainsi il ne manque pas une fenêtre aux maisons. En témoignent quelques reproductions, trop rares à mon goût, de ces travaux préparatoires. On voit même des aquarelles faites avec beaucoup de talent destinées à renseigner les artisans qui vont fabriquer les plan-relief sur la couleur par exemple des montagnes. On leur fournissait également des échantillons de terre! Sont figurées avec beaucoup de minutie les cultures, il ne manque pas un cep de vigne, car celles-ci pouvaient aider l'ennemi à tenir le siège.

On peut voir les plans-reliefs des villes suivantes: Fort-Barraux, Montmélian, Exilles, Fenestrelle, Embrun, Grenoble, Briançon, Mont-Dauphin, Besançon, Neuf-Brisach, Strasbourg, Luxembourg, Berg-op-Zoom, Saint-Omer, Cherbourg et Brest.

Les plans sont composés de tables en bois de chêne qui s'ajustent comme un puzzle. Des lames de bois, de différentes épaisseurs, restituent les accidents du relief, qui est ensuite affiné à l'aide de papier mâché. L'eau est figurée par des aplats de peinture à l'huile. La surface des sols est obtenue par pulvérisation de sable fin sur un lit de colle. Pour la végétation a été utilisée de la soie, finement hachée pour les prairies ou en fines chenilles enroulées autour de fils de fer pour les arbres et autres bouchures. Les maisons sont taillées dans du bois de tilleul. A l'entrée de l'exposition on voit dans une vitrine, burins et emporte-pièces nécessaires pour ces opérations de sculpture. Chaque maison est ensuite peinte ou recouverte de papier gravé. Afin que les raccords entre les tables ne soient pas trop visibles, les contours des différentes tables épousent les lignes des éléments paysagers, routes, rivières...

Certains plans comme celui de Strasbourg a été actualisé jusqu'en 1870. On y voit la gare... Certaines "miniatures" sont immense, celle de Cherbourg fait 160 m2. 

On est particulièrement ému devant les représentationss de villes presque complètement détruites lors de la seconde guerre mondiale comme Cherbourg et Brest. Au niveau de ces villes l'exposition est sonorisée par des bruits de bombardement. Sur un écran sont projetées des images d'avions pilonant la ville.

Un système de miroirs et de passerelles, des longues vues permettent une vision globale et en détail des plans. Les cartels qui racontent l'histoire des plans et par la même occasion celle des villes et des guerres qui ont amené à ces fortifications, sont clairs et concis. Lors du vernissage les photographies étaient autorisées, j'espère qu'il en sera de même ensuite. La boutique vend de beaux catalogues et de jolies cartes postales.

 

 

 

DSC03069.JPG

Montmélian

 

DSC03070.JPG

 

DSC03071.jpg

Fenestrelle

 

DSC03072.jpg

Fenestrelle

 

DSC03073.jpg

 

DSC03074.JPG

 

DSC03075.JPG

 

DSC03076.JPG

 

DSC03077.JPG

 

DSC03079.jpg

 

DSC03080.JPG

 

DSC03081.JPG

 

DSC03082.jpg

 

DSC03083.JPG

 

DSC03084.JPG

 

DSC03085.JPG

 

DSC03086.JPG

 

DSC03087.JPG

 

DSC03088.jpg

 

DSC03090.JPG

Embrun

 

DSC03091.JPG

Embrun

 

DSC03092.JPG

 

DSC03093.JPG

 

DSC03094.JPG

Mont-Dauphin

 

DSC03095.JPG

Mont-Dauphin

 

 

 

DSC03097.JPG

Grenoble

 

DSC03098.JPG

Grenoble

 

DSC03099.JPG

Grenoble

 

DSC03100.JPG

Neuf-Brisach

 

DSC03101.jpg

Strasbourg

 

DSC03103.JPG

Strasbourg    

 

 

DSC03105.JPG

 

DSC03106.jpg

Luxembourg

 

DSC03107.JPG

 

DSC03108.JPG

 

DSC03109.JPG

Saint-Omer

 

DSC03110.JPG

Saint-Omer

 

DSC03111.JPG

 

DSC03112.JPG

 

DSC03114.JPG

 

DSC03115.JPG

Cherbourg

 

DSC03116.JPG

 

DSC03117.jpg

 

 

 

DSC03119.JPG

 

DSC03120.JPG

Brest

 

DSC03121.JPG

Paris, janvier 2012

 

jusqu'au 17 février 2012    

Commenter cet article