La chasse au trésor de Jean Le Gac

Publié le par lesdiagonalesdutemps

affichelegac.jpg

 

 

En raison d'une censure aussi inique qu'inopinée mon précédant blog a subitement disparu de la toile, victime du politiquement correct et de l'hypocrisie bigote, sans me prévenir. Pour cette raison certains billets dans leur forme initiale ont disparu à tout jamais en particulier ceux liés à des évènements ponctuels. Trouvant dommage qu'il n'y est plus de trace des expositions que j'ai visitées naguère, je me propose de réintroduire dans ce blog les photos que j'ai prises de ces évènements  ou des articles que j'ai écris ces derniers sont republiés dans leur état initial.

 

legacautravail.jpg

Le Gac au travail

Les artistes contemporains qui nous font sourire et même rire (un rire admiratif s’entend), ne sont pas légion. La quasi totalité faisant même plutôt dans le sinistre et le déprimant et intime le spectateur: regardez mon installation: elle dénonce l’incurie des grands et notre fin prochaine; je suis la nouvelle Cassandre. En plus si l’on considère les tenants de l’art conceptuel qui savent dessiner et qui ne pensent pas que seul le moche, le presque rien et même le rien (je vous renvoie à la réjouissante théorie du presque rien et du pas grand chose de l’irremplaçable Cueco, http://perso.orange.fr/hotelbeury/hotelbeury_html/hotel_beury_cueco.html) nous arriverons à peine à organiser un bridge et si enfin en plus de ces qualités rarissimes on cherche que notre oiseau rare soit un pédagogue franc du collier, il n’y en a plus qu’un, c’est Jean Le Gac qui se présente lui même comme à la périphérie de l’art contemporain http://pedagogie.ac-toulouse.fr/culture/epargne/legacartiste.htm. Cela tombe bien car l’impétrant  a eu la bonne idée de m’inviter au vernissage de sa Chasse au trésor, installation sise dans la chapelle du musée d’Archéologie nationale du château de Saint-Germain-en-Laye (http://www.musee-antiquitesnationales.fr/). De quoi il retourne et à quoi cela ressemble, le mieux est de laisser la parole à l’artiste: << Pour le musée nationale d’archéologie de Saint-Germain je propose une œuvre au sol. Sur la base de couvertures militaires soudées ensemble orthogonalement, avec des variantes, aux fortes coutures apparentes formant dessin selon des périmètres inspirés des chantiers de fouille, seraient aménagées des “ouvertures”, aux formes irrégulières, où apparaîtraient des peintures sur toile fragmentaires, des textes et des photographies..;>>. C’est la description clinique de ce que l’on voit, mais ce qu’il ne dit pas c’est que surtout il nous offre un passeport pour bien des voyages imaginaires. Ce programme est en outre enrichi par la spécificité du lieu, qui fait que le soleil jouant dans les rosaces gothiques de la chapelle projette (il en était ainsi tout du mo¬ins le jour du vernissage) un feston d’ombre sur l’oeuvre.

 

foto-1384.jpg

 

foto-1383.jpg

 


L’installation est centrée sur la figure de l’archéologue, parente, tout du moins dans l’imaginaire du peintre, mais aussi dans l’imaginaire populaire qu’il traduit si bien, d’autres archétypes rencontrées dans son oeuvre. L’archéologue ne peut il pas apparaître aux yeux de certains comme un voleur? Et il y a foule de monte en l’air chez Le Gac. Le fouilleur fut un peu espion parfois, aventurier souvent... Cet archéologue fantasmé (Indiana Jones), très années 30, possède bien sûr les attributs chers au peintre, casque colonial, bas de molletière, vareuse... Les tableaux peint par Le gac rappelle ceux de Iacovleff (www.russie.net/article.php3?id_article=1052)  le peintre qui suivit la croisière noire puis la croisière jaune en 1932, ce n’est bien sûr pas un hasard...

 

foto-1387.jpg

 

foto-1388.jpg


Le Gac (http://www.postershop.fr/Le-Gac-Jean-k.html) est un des rares artistes, à l’instar d’un Bernard Faucon (http://www.bernardfaucon.net/), d’un Etienne Martin (http://www.insecula.com/contact/A009089.html) ou au cinéma d’un Podalydes, à tirer des réminiscences de son enfance, des œuvres qui ne soient pas niaiseuses mais au contraire stimulantes.

 

foto-1391.jpg

 

foto-1393.jpg


Ce qu’il y a de merveilleux chez ce créateur c’est qu’il n’oublie jamais la probité de l’artisan qu’il me semble tout artiste devrait être aussi, ni le souci pédagogique, probablement hérité de son ancien métier de professeur de dessin.

 

foto-1397.jpg


La mise en scène d’une activité, ici, l’archéologie, veut dire pour LeGac une profonde, observation et réflexion sur celle-ci: << Il y a en archéologie des “instants d’apparition” magiques pour un peintre quand sous la brosse délicate ou le pinceau du fouilleur se révèle par fragments un vestige du passé...>>. Comme il le raconte avec beaucoup d’élégance dans le passionnant et précieux petit catalogue de l’exposition (édition de la réunion des musées nationaux 25€, en faisant un judicieux parallèle entre le métier d’archéologue et celui d’artiste peintre.

 

foto-1398.jpg


On peut voir La chasse au trésor aussi comme un hommage aux archéologues en particulier à Victor Segalen (victor.segalen.free.fr/biosegalen.htm) et à Dominique Roussel.

 

foto-1404.jpg

 

foto 1390

 

foto-1396.jpg


La légèreté du plasticien n’implique pas l’inculture, mine de rien, en passant, Le Gac invite, comme il le ferait au délicieux buffet de son vernissage, ses inspirateurs, compagnons de voyage et autres mentors. En se promenant sur les planches, chemin initiatique, et aussi passerelle qui permet de découvrir cette œuvre horizontale dans cette architecture verticale, nous recevons les saluts, plus ou moins discrets, de Stevenson, Edgar Poe, Victor Segalen, Michel Butor,  H. Rider Haggard, Borges, Hergé, Pierre Edgar Jacob... Dans d’autres de ses installations nous avions eu le plaisir d’y croiser Maurice Leblanc, ou plutôt Arsène Lupin, Souvestre et Allain, je veux dire Fantomas...

 

foto-1406.jpg

 

foto-1399.jpg

 

foto-1400.jpg

 

foto-1401.jpg

 

foto-1402.jpg

 

foto-1405.jpg


Il ne faudrait surtout pas penser, après cette kyrielle de noms intimidants que cette chasse au trésor soit un pensum, que l’artiste ait réussi à “alourdir” son œuvre, but qu’il s’était proposé avec cette nouvelle performance, j’ose ce terme car comme presque toujours Le Gac se met en scène par photos et dessins interposés. Voilà une œuvre qui est à la fois post moderne et subtilement autofictionnelle. L’humour est la caractéristique de cette pensée. Avec ses facéties Le Gac  nous donne le vertige, c’est un maître de la mise en abîme, et nous fait nous interroger sur la nature de l’art nous conduisant à une délectation toute proustienne.

 

foto-1386.jpg

 

foto-1407.jpg


S’il revendique sa post-modernité, il n’est pas dupe de certains mirages de l’art contemporain: <<Je ne parviens plus à croire comme certains que l’art moderne fait encore question. Pour moi l’histoire de l’art moderne a été très vite plébiscité. C’est aujourd’hui une vieille dame assez conformiste qui ressasse ses souvenirs.>>. Cette lucidité est le fruit d’une longue et fructueuse réflexion: << J’ai souvent fait l’assimilation du peintre avec le détective et l’archéologue, ceux qui mènent l’enquête et dans mon cas l’enquête sur l’art - c’est à dire comment on “arrive” à l’oeuvre, l’enquête sur la “vocation” comment alors que rien ne vous destine, prédestine à cela, on devient artiste. Ce faisant, je ne suis pas là dans la déconstruction de la peinture, de ses moyens spécifiques mais dans le démontage du personnage du peintre lequel est passé de l’homme-médecine à l’artiste, puis à l’artiste plasticien d’aujourd’hui... Mon travail se situe entre image et peinture, lesquelles sont aujourd’hui inconciliables...>>

 

foto-1409.jpg


Si Le Gac n’a pas tout à fait à mon sens la place qu’il mérite dans le concert de l’art contemporain, c’est peut-être qu’il est difficile d’organiser une rétrospective de son oeuvre. Comment faire se jouxter ses farces érudite? Et quel lieu pour cela, les cimaises neutres des grands  espaces habituellement dévolus aux expositions institutionnelles ne lui conviennent guère. Ne sachant jamais quel pérégrin de la blogosphère peut s’égarer sur mon site, j’ose une suggestion, bien des villes se plaignent de l’inutilité de leurs églises, heureusement aujourd’hui désertée grâce au recul de la crédulité, cela serait une riche idée d’en offrir une à Le Gac, pour qu’il expose, de façon permanente, une de ses merveilles, recyclage en accord avec ce grand “transmutateur” de l’imagerie 

 

foto-1410.jpg

 

foto-1408.jpg

Saint-Germain en Laye, octobre 2007

 

foto-1414.jpg

mon Le Gac, au dessus de mon lit...

 


Commenter cet article