L'univers PIXI d'Alexis Poliakoff au musée Maillol

Publié le par lesdiagonalesdutemps

tintinpiximaillol.jpg

 

 

 

Pour fêter les 30 ans de l'entreprise Pixi, fondée par Alexis Poliakoff, le fils du célèbre peintre, et lui même célèbre dans le monde de la miniature BD, une exposition a lieu du 10 octobre 2012 au 10 février 2013 au Musée Maillol à Paris. Je suis tombé sur cette exposition par hasard en allant voir, dans le même musée, l'exposition consacrée à Canaletto. L'exposition Pixi m'a littéralement enchanté. C'est un voyage dans le monde de l'enfance (en tous cas de la mienne, et pas seulement). J'y ai retrouvé, en trois dimensions, les personnages de bande dessinée que j'ai adorés et qui continuent à me donner du plaisir, plus de cinquante ans après leur découverte.

On est en présence de nombreuses installations sous vitrine qui mettent en scène, pour la plupart, mais pas seulement, les héros de la bande-dessinée franco-belge.

 


 

couvmaillotpixi.jpg

      .

 

Certaine vitrines ne sont dévolue qu'à une seule série par exemple, Blake et Mortimer qui ont une place à part dans les collections Pixi, les premiers pièces datent de 1989. Une vitrine entière leur est consacrée, dont voici quelques photos. Ce qui n'empêche pas non plus de les retrouver à d'autres endroits.

 

 


 

expo1

 

expo3

 

 

DSC06008.jpg

 

DSC06009.jpg

 

 

expo4

 

 

DSC06010.JPG

 

DSC06011.jpg

 

 

expo6

 

expo5

 

Un pixi "aux albums" assez rare :

 

expo7

 

Et spécialement réalisé pour l'anniversaire de Pixi, un banquet improbable où Blake et Mortimer côtoient d'autres grands noms de la BD. Pas de prix ni de disponibilité pour cette fantastique pièce :

 

 

DSC05988.JPG

 

expo8

 

Qui a dit que Blake et Mortimer n'aimaient pas la compagnie des femmes...?

 

expo9

 

 

DSC05989.jpg

 

Becassine et Agrippine si malgré mon grand âge je n'ai que peu fréquenté la première, en revanche la seconde dont j'ai la collection complète des aventure est un des personnage de bande-dessinée qui me fait le plus rire.

 

DSC05990.JPG

 

Je n'ai pas encore tous les albums d'Achille Talon, certains ont été achetés dès leur parution, mais je m'y emploie. Il est un de mes maitre à penser et j'utilise beaucoup sa maxime: "Je me brosse le nombril avec le pinceau de l'indifférence" ce que je fais avec une belle régularité et de plus en plus.

 

DSC05991.JPG

 

Je suis de ceux qui regrette que les Schroumpfs, par ailleurs bien sympathique, aient éclipsés Johan et Pirlouit, fidèles compagnons de mon enfance (on peut aller voir le billet  Exposition Peyo à Artcurial).

 

DSC05992.jpg

 

Reiser irremplaçable, c'est le Cioran de la bande dessinée...

 

 

DSC05993.JPG

 

Floc'h et Rivière ont créé avec Olivia Sturgess et Francis Albany des personnages de papier que j'aurais aimé rencontrer dans la vraie vie qui est toujours plus grise que celles qui se cachent dans les albums cartonnés de B.D.

 

DSC05994.jpg

 

Tout le monde d'Adèle Blanc-Sec dont je relis très souvent les albums. Je regrette que Tardi ait, semble-t-il, abandonné cette série, pour il est vrai créer de bien beaux livres et puis j'ai une tendresse particulière pour son ptérodactyle comme j'en ai une pour Fafnir le gentil dragon de Peyo. Tardi ne nous a plus donné de nouvelles d'Adèle depuis 2007. La dernière fois que nous l'avons vue elle se promenait sur les toits de Paris en compagnie de sa momie égyptienne ressuscitée. J'ai trouvé le film de Besson assez réussi et j'y ai passé un bon moment.

 

DSC05995.jpg

 

Pourquoi je ne fais jamais d'aussi beaux rêves que le little Nemo d'Horace McCay?

 

DSC05996.JPG

 

 

Un échantillon, en trois dimensions des signatures du grand Franquin.

 

DSC05997.JPG

 

Un autre gentil monstre, le dinosaure du "Voyageur du mésozoique, une aventure de Spirou et Fantasio dessinée par Franquin.

 

DSC05998.JPG

 

DSC05999.jpg

 

Le marsupilami une des inventions les plus extraordinaires de la B.D. franco-belge.

.

 

DSC06003.JPG

 

 

Une scène de la vie de bureau de Gaston...

 

 

DSC06018.JPG

 

J'aime tous les albums de Spirou dessinés par Franquin et ceux où apparaissent Zorglub sont parmi mes préférés. Les zorglhommes m'amusent toujours beaucoup.

 

 

DSC06000.jpg

 

L'atomium de Bruxelles non loin duquel j'ai habité presque un an, ici revisité par Gaston.

.

 

DSC06001.JPG

 


Le village des Schroumpfs menacé par le méchant Gargamel.

 

DSC06002.jpg

 

Goscinny au milieu des créatures auxquelles il a donné la vie.

 

DSC06004.JPG

 

 

Le traditionnel banquet de la dernière case des albums d'Astérix.

 

 


 

DSC06006.JPG

 

 

Le premier album de bande dessinée que l'on m'offrit fut un des aventures de Tintin, c'était "Le trésor de Rackham le rouge". 

 

 

DSC06005.JPG

 

 

Ici c'est une case des "cigares du pharaon" qui est somptueusement évoquée.

 

DSC06007.JPG

 

un florilège des aventures de Tintin

 

DSC06019

 

Le journal de Shanghai que l'on voit dans le Lotus bleu a réellement existé. Il a été dirigé par un très curieux personnage Jean Fontenoy qui a très mal fini dont l'itinéraire chaotique est retracé dans Fontenoy ne reviendra plus de Gérard Guégan.

 

DSC06012.jpg

 

DSC06014.jpg

 

DSC06025.jpg

 

Le bureau de Serge Poliakof (comme sont atelier) est reconstitué, au mur un beau tableau de son père qu'entourent des oeuvres de Floc'h, Poirier, Tardi...

 

 

DSC06013.JPG

 

 

Mais il serait bien réducteur de limiter le champ d'action du talent d'Alexis Poliakoff à la seule bande-dessinée. Il a exploré bien d'autres univers comme cette reconstitution d'une partie du défilé imaginé par Jean-Paul Goude ( voir Goudemalion Jean-Paul Goude, une rétrospective aux Arts Décoratifs ) en 1989 lors de la commémoration du bicentenaire de la révolution française.

 

DSC06015.JPG

 

DSC06016.jpg


 

Belle reconstitution d'un tournage et d'une salle de cinéma d'antan... 

 

DSC06017.JPG

 

 

Ces petits coureurs du tour de France me font me souvenir d'un jeu auquel nous jouions sur la plage. Nous tracions dans le sable une grande piste en boucle sur laquelle nous propulsion une bille par une pichenette. Il ne fallait pas que la bille quitte la piste. Chaque joueur avait une bille et un coureur, comme ceux que l'on voit ci-dessus, et marquait l'avance de sa bille en positionnant le coureur à l'endroit où sa bille s'était stoppée. Le joueur qui faisait franchir le premier à son coureur la ligne d'arrivée avait gagné. J'ai joué des heures à ce jeu avec des camarade de rencontre. Je ne sais pas si on y joue toujours. Appel aux vigilants lecteurs: J'aimerais bien que l'on m'envoie des photos de ce jeu qui était très pratiqué dans les années 50-60.

 

Capture-d-ecran-2013-01-14-a-18.04.12.jpg

 

 

 DSC06020.JPG

 

 

DSC06021.jpg

 

DSC06022.JPG

 

Comme on le voit ci-dessus Alexis Poliakoff s'est également beaucoup intéressé à la mode.

 

DSC06023.jpg

 

DSC06024.jpg

      Paris, novembre 2012

 

Pour terminer cette promenade dans ces installations féériques qui je l'espère vous feront rêver autant que moi, une exposition dans l'exposition celle d'un amateur d'art africain au milieu de ses trésors.

 

 


 

 

Adresse de l'exposition :

 

Musée Maillol

Adresse : 61, rue de Grenelle
75007 PARIS
Métro : Rue du Bac

Commenter cet article

Bruno 19/01/2013 20:43

sur Spirou :
http://par-la-bande.blogspot.fr/

lesdiagonalesdutemps 19/01/2013 21:44



merci pour l'information. Je connais ce très bon site sur la B.D. mais je n'avais pas encore lu la critique sur le dernier Spirou que pour ma part j'ai lu semaine après semaine dans
l'hebdomadaire que je lis depuis plus de 50 ans.



bruno 14/01/2013 16:50

Belle expo et superbe compte rendu, merci
Comme suggéré dans le texte :
http://www.larecreative.com/wp-content/uploads/2012/06/IMG_2298b.jpg
Merci pour vos billets

lesdiagonalesdutemps 14/01/2013 18:05



merci pour le lien. J'ajoute de ce pas l'image à mon billet.



argoul 14/01/2013 11:43

Nous jouions au jeu du sable et billes avec des voitures. C'était dans la cour du collège (appelé alors lycée puisqu'il allait jusqu'en Terminale), où il y avait une grande lentille de sable due
aux crues annuelles de la rivière qui coulait juste derrière les haies.

lesdiagonalesdutemps 14/01/2013 12:39



C'est amusant car je n'ai jamais vu jouer à ce jeu avec autre chose que des petits coureurs était ce dans ces mêmes années. merci pour ce témoignage