L'enfant sage de Fabrice Cazeneuve

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

France, 1996, 1h 33mn

Réalisation: Fabrice Cazeneuve, scénario: Dominique Fabre & Fabrice Cazeneuve d’après le livre de Jean-Denis Bredin, Un enfant sage, paru aux éditions Gallimard, image: Pierre-William Glenn, musique: Michel Portal, montage: Jean-Pierre Bloc 

avec: Patrick Chesnais, Erwan Baynaud, assumpta Serna, Martine Sarcey, Philippe Morier-Genoud, Dalila Carmo, Jan Vancoillie, Morgan Fornes

 


Résumé

Julien, 12 ans (Erwan Baynaud), vit avec son père (Patrick Chesnais) depuis le divorce de ses parents, prononcé voici dix ans. Il ne voit sa mère (Assumpta Serna) qu'un week-end sur deux et les mercredis. A chacun de ses retours à la maison, son père le contraint à prendre sa température. Austère et triste, cet homme, en effet, n'a pas pardonné son départ à sa femme et cherche n'importe quel prétexte pour l'empêcher de voir leur fils. Julien, silencieux et anormalement sage, se soumet à la rude discipline que font peser sur lui ce père intraitable et son ennuyeuse famille. Jusqu'au jour où, apprenant que son ancienne femme a décidé de reprendre Julien et entrepris des démarches judiciaires, le père éclate en imprécations. Julien se retrouve otage du nouveau drame que jouent ses parents...



L'avis critique

Encore une fois Fabrice Cazeneuve réussit avec beaucoup d'habileté l'adaptation d'un roman. Sa tâche étant d'autant plus facile que son style cinématographique est à l'unisson du style littéraire de Bredin, auteur de l'histoire dont le film est tirée. Les deux homme sont chacun dans leur forme d'expression à la fois sobre et sensible.
Il n'en reste pas moins que ce très bon téléfilm pose la question du médium le plus approprié pour raconter une telle histoire. Et il me semble dans ce cas comme dans presque tous les portraits psychologiques, car "l'enfant sage" n'est pas autre chose que la descente dans l'âme d'un pré adolescent, le roman sera toujours plus subtile que le cinéma qui impose une image à son spectateur, alors que le livre la suggère à son lecteur. Ici la séquence de la fin est trop précise, alors que le roman laissait le lecteur dans un doute bénéfique tant pour le héros que pour la qualité artistique de l'oeuvre.
Comme dans plusieurs de ses films Fabrice Cazeneuve renforce l'homoérotisme de l'histoire qu'il adapte. La scène de bagarre entre Julien et son ami est un modèle du genre.
Ci-dessous vous trouverez quelques lignes, extraites du roman de Bredin qui narre une confrontation de Julien avec son copain Eric. la première différence avec le film est que ses bagarre sont hebdomadaire, rituelle, le livre installe ce rapport dans la longueur, le film n'en a pas le temps...
" Depuis un an ils s'étaient battus une fois par semaine, vainqueurs à tour de rôle, se départageant par des belles, décidant la revanche de la belle, attentifs à rester égaux pour être mieux rivaux, renonçant parfois à une prise victorieuse pour prolonger l'affrontement, ou feignant la défaite afin de rétablir l'équilibre. Le premier jour Julien avait redouté que quelqu'un ne les vît, mais ils savait maintenant que la mère et la soeur d'Eric veillaient sur ses combats... Julien ne refusait aucune des modalités nouvelles qu'imaginait Eric pour accroitre sa fureur. Parfois ils se huilaient l'un l'autre, avec de l'huile d'olive prise à la cuisine. Parfois ils luttaient dans la baignoire à demi remplie d'eau... Ils n'étaient pas amis, ils ne partageaient que le plaisir, ils n'auraient pas imaginé de se voir autrement que pour se battre..."
Bredin dans le style sec qu'il tient tout au long de son roman, qu'ouvre ce bel incipit - Julien avait mis plusieurs mois à fixer son itinéraire, de la maison au lycée. Il n'avait pas cherché le plus court, ni le plus agréable, mais celui qui offrait tous les avantages. -, donne beaucoup plus d'étrangeté à ce rituel de jeune mâle que ce que nous en montre le film qui parvient néanmoins à bien donner l'équivalence sensuel à l'érotisme innocent que décrit le romancier.
La distribution de l'enfant sage est impeccable. Elle offre à Patrick Chesnais un rôle à la mesure de son talent, qui est grand et vaut mieux que sa carrière. Erwan Baynaud que l'on avait déjà vu dans "Le maître des éléphants" en 1995, est très émouvant dans le rôle de cet enfant écartelé entre son père et sa mère. Ce garçon a joué dans quelques téléfilms jusqu'en 2001. 
Le Téléaste Fabrice Cazeneuve est l'auteur d'oeuvres qui sont parmi les meilleures qu'a pu nous offrir la télévision française depuis vingt ans. On lui doit entre autres  "Alcyon" en 90, "De gré ou de force" en 1998, À cause d'un garçon en 2001. 

Pour télécharger le film il suffit de cliquer sur les lignes ci-dessous


Format: avi (TV / VHS rip)
Size: 585 MB


http://www.megaupload.com/?d=56TFNEGU
http://www.megaupload.com/?d=V4YB0H2N
http://www.megaupload.com/?d=P4NPW032
http://www.megaupload.com/?d=RWH1V5GW
http://www.megaupload.com/?d=GGG83DSV
http://www.megaupload.com/?d=S7JL8QIZ

 

Pour lire les billets sur les films de Fabrice Cazeneuve sur le blog:











Publié dans cinéma gay

Commenter cet article