Kobayashi Kiyochika (1847-1915)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.19.10.jpg

 

Kiyochika est surtout connu pour ses gravures représentant Tokyo et ses alentours, qui reflètent les transformations de la modernité. Elle montre une ville à jamais disparue, détruite d'abord par le grand tremblement de terre de 1923 puis par les bombes américaines en 1945. Il a été décrit comme «le dernier grand maître de l'ukiyo-e et le premier artistequi a représenté le Japon moderne. On peut dire aussi qu'il a tenté d' adapter l'ukiyo-e au nouveau Japon de l'ère Meiji. 

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-09.00.03.jpg

Asakusa

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.18.21.jpg

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.17.22.jpg

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.16.30.jpg


Il est le fils d'un fonctionnaire du gouvernement. Kiyochika a été fortement influencé par l'art occidental. Il a étudié la peinture avec comme maitre Charles Wirgman. Il a basé une grande partie de son travail sur les gravures, lithographies et photographies , venant d'occident qui est devenu largement disponible dans le Japon dans l'ère Meiji. Pendant sa jeunesse Kiyochika a également étudié l'art japonais sous la direction de grands artistes comme Kyosai Kawanabe et Shibata Zeshin

 

 Feux d'artifice sur l'étang d'Ikenohata

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.15.37.jpg

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.12.40.jpg


Ses gravures sur bois se démarquent de clles de la  période d'Edo , en intégrant non seulement des styles occidentaux, mais aussi des sujets venant de cette peinture. Il représente des thèmes qui jusque là dans l'art Japonais paraissaient triviaux tels que voitures tirées par des chevaux, horloge , et les premiers chemins de fer à Tokyo.  On peut aussi voir dans ses paysages une influence considérable de ceux d'Hokusai et de Utagawa Kuniyoshi , mais l'influence occidentale est également incontestable; Les images de Kobayashi sont beaucoup plus sombres dans l'ensemble que celles des maitres japonais plus anciens, et partagent de nombreuses caractéristiques avec les lithographies et des gravures occidentales de l'époque.

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.13.07.jpg

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.39.10.jpg


Elles ont été produites principalement de 1876 à 1881. Kiyochika continuera néanmoins à réaliser des ukiyo-e imprime jusqu'à la fin de sa vie. Il a  aussi beaucoup travaillé dans les illustrations et croquis pour les journaux , magazines et livres. Il a également produit un certain nombre de gravures représentant des scènes de la guerre sino-japonaise et la guerre russo-japonaise (voir à la fin du billet).

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.12.40-copie-1.jpg

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.12.17.jpg

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-10.12.01.jpg

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-09.07.43.jpg

 

Capture-d-ecran-2011-11-30-a-09.06.45.jpg


Le merveilleux musée Ota de Tokyo possède une grande collection de gravures de Kobayashi Kiyochika. Mais comme tout l'espace de ce musée, à visiter absolument lorsque l'on est à Tokyo, est résevé pour les expositions temporaires, qui change tous les trimestres, il est difficile de voir les oeuvres de Kobayashi Kiyocha dans ce musée qui lui a déjà d'ailleurs consacré une exposition particulière. 

En revanche, on peut admirer l'aspect militaire de son oeuvre au musée Yushukan, musée du sanctuaire Yasukuni (auquel j'ai consacré un billet que vous pouvez retrouver en cliquant sur le titre du billet ci-après: Le sanctuaire de Yasukuni-jinja, Tokyo, Japon) dans les vitrines consacrées à la guerre sino-japonaise et à la guerre russo-japonaise. 
























小林清亲 

Publié dans peinture

Commenter cet article