Kenya 5, lac Manyara, Serengeti

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

IMG_4490
IMG_4494.
A peine a-t-on le temps, après le petit déjeuner, où nous avons trinqué au champagne sud-africain à notre prochain lion, d’admirer l’aube sur le lac Manyara qu’il nous faut repartir vers le Serengeti. Pour se faire nous longerons le cratère du Ngoro-Ngoro où nous serons demain.

IMG_4496

Après le singe du matin qui semble saluer invariablement notre départ nous nous engageons sur une bonne piste vers ce lieu mythique que nous découvrons avec bonheur la piste est sur l’arête de la couronne du volcan et à plusieurs endroit nous dominons le cratère du Ngorongoro dont le nom viendrait de la transcription du son que font les cloches du bétail des Masai qui va y paitre. Le cratère appartient à l'ensemble au vaste ensemble des 8288 km2 que couvre la Ngorongoro Conservation Area.

IMG_4497

IMG_4499.

Demain nous descendrons dans le cratère qui est en fait une caldeira de 20 km de diamètre et de 260 km2 de surface. C'est la plus vaste au monde qui soit restée intacte. Alors qu'un cratère est le cône sommital d'un volcan, une caldeira est formée pat l'explosion de ce cône, entrainant la destruction de la partie centrale du volcan. Il n'en reste plus que les anciens contreforts entourant cet espace évidé. Nous admirons la caldeira au sommet de ceux-ci qui la domine d'environ 600 mètres. La piste est sur une arrète d'un coté le vide qui tombe dans la caldeira et de l'autre des pentes plus douces couvertes d'une végétation dense.

IMG_4500

Après avoir longuement admiré le paysage nous repartons sur la piste qui une fois n'est pas coutume est confortable. Nous longeons toujours le Caldeira lorsque nous rattrapons un couple de jeunes lions qui chemine également sur la piste dans la même direction que nous. Notre chauffeur ralenti notre allure pour prendre celle des félins. Le petit cortège a parcouru ainsi une centaine de mètres lorsque le mâle commence à faire des agaceries à sa femelle.

IMG_4517

IMG_4515

IMG_4511

IMG_4519

IMG_4520

Et puis voilà que leur affaire prend un tour plus sérieux et qu'ils se mettent à faire la chose, devant nous, en toute impudeur, au milieu de la piste.

IMG_4522

IMG_4523

IMG_4527

IMG_4528

IMG_4529

Une fois leur petite affaire consommée, plutôt rapidement à mon goût, notre couple a repris sa route. Nous les avons doublé en douceur, pas plus effarouchés que cela, ils se sont rangés sur le bas coté lors de la manoeuvre. Avant de franchir les porte du parc du Serengeti la route domine des villages masais qui sont restés traditionnels. Plus en avant nous avions remarqué , intrigué que nous étions de voir des pelleteuses près de plusieurs villages, que les autorités tanzaniennes construisaient des toilettes pour les masais...

IMG_4531

IMG_4538

IMG_4545

Chemin faisant nous voyons de nombreuses bestioles sans quitter la route, des girafes broutant les acasias, une famille de phacochères auxquels je trouve une bouille bien sympathique et surtout un magnifique serpentaire.

IMG_4544

IMG_4548

IMG_4554

IMG_4559

Les serpentaires ou secrétaires sont de gros oiseaux qui contrairement à ce que l'on pourrait penser sont des rapaces. Même s'ils volent, ils sont essentiellement terrestres. Ils nidifient et passent la nuit au sommet des acacias. Lorsqu'ils chassent leur huppe se dresse. Ils ressemblaient alors aux secrétaires qui au début du siècle fichaient leurs porte-plume dans leur chignon d'où le nom donné à ces oiseaux. Comme son autre nom l'indique ils se nourrissent de serpents, mais aussi de criquets et de rongeurs. Pour tuer leurs proies ils les piétinent avec leurs fortes pattes.
Bientôt une forte troupe de zèbres nous barre la piste. Nous nous arrêtons pour les photographier. Fasciné par les rayures de ces animaux, différentes pour chaque individu, je tente d'en faire des gros plans. Mais le système autofocus de mon objectif s'affole à cause des dites rayures tout comme la vision des lions, leur principal prédateur. Une des défenses du zèbre est de courrir dans tous les sens ce qui perturbe la vision des félins.

IMG_4560

IMG_4563

IMG_4564

IMG_4565

A l'approche de l'hôtel nous voyons des impalas et comme souvent proche des hommes, des babouins.

IMG_4569

IMG_4571.

Nous avons le double plaisir une fois rendu à l'hôtel de constater que d'une part notre vaste chambre offre une belle vue sur le parc et que d'autre part la piscine est vaste. J'en profiterai dés la dernière bouchée de notre déjeuner avalée et juste avant de repartir en safari.

IMG_4575

the_serengeti_plains

pool_with_serengeti_view

En sortant de ma chambre je repère plusieurs lézards roses et mauves qui se chauffent au soleil dans le jardin de l'hôtel.

IMG_4574

Immédiatement après avoir quitté l'enceinte de l'hotel, nous traversons sur un petit pont de bois une petite rivière nauséabonde dans laquelle au loin se prelasse un groupe d'hippopotames.

IMG_4580

Après avoir traversé un petit bois dense peuplé d'antilopes nous débouchons sur la savane du Serengeti. La surface du parc est de 14763 km2 et il est situé entre 920m et 1850 m d'altitude. Il se situe au coeur d'un vaste espace protégé de 30 000 km2, incluant le parc de Masai Mara au Kenya et celui du Ngorongoro à une centaine de kilomètres de là. C'est dans cet aire qu'à lieu la grande migration annuelle des gnous et des zèbres. Fin mai ce sont des milliers d'animaux qui fuient la sécheresse du Serengeti pour aller paitre  de l'autre coté des rivières Mara et Grumeti dans le parc du Masai Mara. Il y aura une hécatombe de gnous au passage de la rivière. On considère que 5% des animaux  seront dévorés.  En regard de nombreuses femelles mettront bas. En ce mois de janvier le Serengeti, dont le nom dérive d'un mot masai qui signifie plaines infinies, est surpeuplé de gnous de zèbres et d'antilopes.

IMG_4614
.
La sécheresse du parc de Masai Mara fait que le Serengeti est en ce mois de janvier surpeuplé de zèbres et de gnous.

IMG_4583

IMG_4584

L'après midi je suis tout autant que le matin fasciné par le jeu de rayures des zèbres qui prudents se mettent souvent tête bèche pour mieux surveiller la savane d'où le danger peut surgir à chaque instant.

IMG_4585

Et puis toujours des gnous, des gnous par centaines, par millier...

IMG_4170

Il peut venir des arbres dans lesquels nous guettons d'éventuelles panthères, mais c'est une lionne que nous y découvrons...

IMG_4600

Malheureusement nous ne pourrons pas approcher, car en tanzanie, contrairement au kenya les guides n'ont pas le droit de quitter la piste. De plus on ne peut circuler dans les parcs du pays que flanqué d'un guide assermenté. Nous observons cette lionne assez longtemps sans déceler de sa part le moindre mouvement. Elle ne se mettra en chasse probablement qu'à la tombée de la nuit. Ce qu'ont du comprendre les girafes apparemment sans crainte qui se délectent des acacias .

IMG_4594

IMG_4593

Le phacochère est à mon avis un bien bel animal et comme ici il est peu farouche on peut l'observer facilement d'autant qu'il est diurne. La nuit il se repose dans sa tanière. Le mâle peut atteindre 150 kg la femelle est elle deux fois moins lourde. Il est essentiellement herbivore. Occasionnellement il peut consommer des charognes, des insectes et des petits animaux. Il est amusant de le voir s'agenouiller pour mieux goûter les graminées dont il est friand. Ils vivent en famille, les couples sont souvent durables et sont sédentaire sur un territoire qu'ils partagent sans trop de problèmes avec d'autres familles... J'aime beaucoup les voir se déplacer en courant en file indienne dans la savane. Mais alors le nuage de poussière que ces sympathiques familles génèrent, rend la scène difficilement photographiable.
.

IMG_4616

IMG_4619

Les deux photographies ci-dessus sont celles d'un mâle, reconnaissable à ses verrues faciales. Derrière une termitière une lionne se repose. L'après-midi avance, la chasse va bientôt commencer.

IMG_4623

Tout près de là des vautours sont perchés. Ils devront être patients car leur diner dépend de la chasse des lions dont ils mangent les restes souvent après les hyènes, leurs grandes concurrentes, mais avant les marabouts.

IMG_4625

IMG_4629

J'ai toujours aimé les vautours. Au moins une fois par an je visite ceux du jardin des plantes. J'ai une petite préférence pour le vautour de Pondichéry qui ont la particularité d'avoir une large surface nue sur chaque cuisse. Ce sont ces curieux volatiles qui se repaissent des cadavre que les zoroastres exposent en haut de tours à cet effet. En une demie journée tout est nettoyé. Pour ma part j'aimerais bien que mes restes finissent ainsi. Les masais également n'enterrent pas ils exposent leurs morts dans la savane laissant les animaux sauvages s'en charger. Certaines tribus d'Amérique du nord faisaient de même.
Le vautour africain c'est un peu une hyène à plumes. Leurs serres ne sont pas puissantes. Ils ne peuvent pas emporter leur nourriture et doivent la consommer sur place. Leur long cou dénudé leur permet de fouailler profondemment dans les entrailles du cadavre qu'ils nettoient. Les plus imposants peuvent atteindre 2 m 40 d'envergure pour un poid de 8 kg! Et ils peuvent vivre une vingtaine d'années. Ceux que j'ai photographiés sont de l'espèce, vautour africain (il y en a six autres espèces au Kenya). Ce sont des animaux d'habitude, Ils se regroupent tous les soirs dans les arbres deux à trois heures avant le couché du soleil et ils n'en repartirons que deux à trois heures après l'aube.

IMG_4642

Poursuivant notre errance dans le parc nous tombons sur un groupe de jeunes pourvoyeurs de norritures de mes amis les vautours. Puis nous arrivons près d' un petit lac où nous voyons les flamands roses que l'on nous avait promis à Nakuru.

IMG_4644

IMG_4648

Notre dernière image de Serenget sera cette girafe gambadant dans le couchant.

IMG_4655

IMG_4656.

Commenter cet article