Kenya 2, lac Nakuru - Masai Mara

Publié le par lesdiagonalesdutemps


Pendant que les bagages sont chargés dans notre petit car, une famille de singe Vervet (ou grivet) s’épouille sur le parking de l’hôtel. Ces sympathiques bestioles, d’une cinquantaine de centimètres, qui doivent leur nom aux reflets verdâtres sur leur robe grise, ont une particularité amusante, ce sont un peu des singes hamster! Ils possèdent des poches dans les joues dans lesquelles ils peuvent stocker de la nourriture. Mais ce que je trouve hilarant chez eux ce sont leurs couilles bleues! Ils passent leur vie dans les arbres et ne descendent au sol que pour se nourrir. Ce sont des animaux diurnes d’où la facilité de les observer.

IMG_4176

IMG_4178

IMG_4177
.
Après une matinée à être secoué comme graines en tamis sur des routes et des pistes de moins en moins carrossables nous arrivons à la porte du parc de Masai Mara, l’un des plus grands du Kenya. En fait ce n’est pas exactement un parc mais une réserve, c’est à dire que les pasteurs (des masais) ont le droit d’y faire paître leurs troupeaux. En outre les masais récupèrent la quasi totalité des droits d’entrée du parc. A chaque entrée de parc notre guide verse au gardien notre dîme. La réserve est donc une manne pour les Masais, 200 000 touristes par an. Cet argent doit théoriquement servir à l’entretien du parc et à financer des équipements publics, écoles, hôpitaux... Ce que mon dos constate, c’est que ce ne doit certainement pas servir à l’entretien des pistes! Une heure de secousses plus tard nous arrivons à l’hotel, le Mara Sopa lodge. Il est un peu moins luxueux que le précédent mais tout de même très bien. Les petits pavillons sont construits (très vaguement) à l’imitation des cases masai. C’est à dire rondes avec un toit pointu. Comme souvent, et comme celui que j’ai jadis occupé dans cette même réserve, l’hôtel domine la savane. Cette situation et la vue sur la savane avaient inspiré un beau tableau, "Oreste et Pylade", à Jean Claude Farjas...

Image_2

On nous propose une visite d’un village Masai, ayant déjà fait cette excursion il y a 20 ans je décline cette invitation (payante) comme mes compagnons de voyage. Tous nous préférons un safari plus long. Je ne suis ici que pour les animaux et je me méfie de toutes mascarades humaines... J’écourte le déjeuner, il est préférable de ne pas trop s’ alourdir avant un safari pour rester l’oeil vif et aux aguets. A un plantureux repas je préfère nager dans la piscine, remède souverain pour réparer les dégâts du “massage africain”.
Les premiers tours de roue dans le parc confirment la sécheresse du pays, ce qui n’est pas de bon augure pour voir des animaux. On roulera presque une heure avant de voir la moindre bestiole. Et puis au loin des taches grises se déplace lentement. Au jumelles! Des éléphants! Cap sur les pachydermes! On découvre une mère accompagnée de ses deux petits, dont un déjà "adolescent". C'est un peu surprenant et inquiétant  de voir cette petite famille isolée, à moins que le reste de la horde ne soit pas très loin. Nous scrutons l'horizon avec nos jumelles mais nous n'apercevons rien...

IMG_4196

IMG_4199

IMG_4200

Alors que le Masai Mara est célèbre par ses foules de gnous et de zèbres, j'avais été surpris de leur nombre en 1989, on n'en voit qu'une poignée.  Notre guide nous informe qu'en raison de la sécheresse, ils sont passés en Tanzanie, dans le parc du Serengeti où l'herbe est moins brulée. Nous ne rencontrons donc que des sédentaires. Heureusement nous devrions retrouver le gros de la troupe dans quelques jours puisque nous aussi nous allons migrer vers la Tanzanie. Le parc du Serengueti jouxte celui de Masai Mara pour faire une immense étendue d'un seul tenant. Malheureusement il n'y a plus de poste frontière entre les deux pays dans cet immense espace depuis de nombreuses années. C'est la Tanzanie qui l'a fermé pour une raison bassement mercantile. En effet les touristes du Kenya faisaient des incursions, de Masai Mara, dans le Serengueti sans payer à la Tanzanie un droit d'entrée. Maintenant il faut faire un long et fastidieux détour, repasser par Nairobi puis plonger vers le sud pour entrer en Tanzanie pour accéder au Serengueti.

IMG_4187

IMG_4189

Les buffles migrent moins que leurs petits camarades, en voici un petit troupeau. Prudence l'animal est imprévisible et très dangereux. C'est l'animal qui est responsabble du plus grand nombre de morts humaines en Afrique. Il peut mesurer, pour les plus grands, jusqu'à 1m 70 au garrot et peser jusqu'à 800 kg. Si son cousin d'Asie a été domestiqué ce n'est pas le cas du buffle africain. Il s'adapte à toutes les contrèes, ni l'altitude, ni les marais pas plus que la forêt ne le rebute. Mais son talon d'Achille est sa grande soif. Il doit boire environ 30 litre d'eau par jour...

IMG_4183

IMG_4186

En continuant la piste poussièreuse nous croisons un petit groupe d'éléphants dont un mère et son bébé qui doit encore téter, pas très loin, avec les tours et détours de l'endroit où nous avons vu la mère et ces deux enfants.

IMG_4211

IMG_4213

Il y a tellement de gazelles de Grant et de Thomson, il n'y a guère que la taille qui les différencie, ou encore d'impalas, que l'on oublie assez vite, lorsque l'on est au Kenya, de s'extasier devant ces animaux qui sont pourtant magnifiques, d'autant qu'on les rencontre au bord des routes bien loin des parcs qui, pour eux, contrairement à d'autres animaux, ne sont pas forcément synonymes de sécurité..

IMG_4201

La seule réprésente féminine de notre petite troupe, déjà surnommée oeil de lynx pour son acuité visuelle, décelle une présence au beau milieu des herbes. Aussitôt nous vérifions avec les jumelles et c'est pour découvrir, une scène assez rare, une maman guépard et ses deux jeunes.

IMG_4219

IMG_4228

Il faut se préparer, lorsque l'on fait un safari, à ne pas voir que des spectacles bucoliques et attendrissants. Nous sommes prévenu que ce qui nous attend ne va pas être très ragoutant lorsque nous devons éviter, pour ne pas l'écraser, une hyène affalée, repue, au beau milieu de la piste en pleine difficile digestion.

IMG_4231

Bientôt s'offre à notre vue un festin de charognard. Un gang de hyènes termine de dépecer les restes d'une jeune girafe, aidé dans sa besogne par quelques vautour. A quelques pas de la scène du meurtre, un marabout attend que les hyènes et les vautours en aient fini pour peaufiner le travail...

IMG_4236

IMG_4237

IMG_4238

Il ne nous reste plus qu'à trouver les meurtriers, sans aucun doute des lions qui ne doivent pas être bien loin des lieux de leur forfait. En effet, la panse pleine, ils ne sont qu'à quelques dizaines de mètres de là...

IMG_4241

IMG_4243

IMG_4255

IMG_4257

Nous sommes beaucoup avancé dans le parc et il est temps d'amorcer notre retour. L'hôtel étant à mon avis moins biensitué que celui que j'occupais, le Serena lodge, lors de ma première visite je ne reverrais donc pas la rivière Mara et son "hippo pool" qui est un de mes plus beaux souvenirs de mon premier voyage. Les parc sont si vastes que suivant les emplacements des lodges on peut avoir des impression très différentes d'un parc d'un voyage à l'autre. Conclusion il faut revenir au Kenya, en trois voyages je suis loin d'en avoir épuisé toutes les merveilles. J'espère que celui-ci ne sera pas le dernier...
Nous avons la chance de rencontrer la première grande troupe d'éléphants du séjour de l'éléphanteau au patriarche.


IMG_4262

IMG_4268

IMG_4266

IMG_4273

IMG_4274

IMG_4276

Comme il est tout près de nous, nous pouvons observer avec quelle méticulosité le patriarche de la horde se nourrit. Il commence par donner un coup de patte un peu avant la touffe d'herbe qu'il convoite. Puis pose sa patte juste à l'endroit où l'herbe sort de la terre, tire ensuite avec sa trompe enveloppante la touffe avant de la porter avec une délicate lenteur jusqu'à sa bouche.
La nuit tombe vite en Afrique à proximité de l'équateur. C'est déjà entre chien et loup que nous rencontrons quelques autruches

IMG_4280

C'est l'heure où les fauves se préparent à leur grande chasse et aussi à se diriger vers les points d'eau...

IMG_4283

Dernière image de notre safari à Masai Mara, des girafes dans le couchant...

IMG_4292

Nota: rectificatif, le poisson tant aimé des pélicans se nomme le tilapia et non le dont je les ai affublés dans mon premier billet sur mon voyage au Kenya
.

Commenter cet article