Keith Haring, The Political Line au musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Publié le par lesdiagonalesdutemps

DSCN0281.JPG

 

DSCN0267

 

DSCN0266.JPG

 

DSCN0269.JPG

 

DSCN0268.JPG

 

DSCN0270.JPG

 

DSCN0273.JPG

 

DSCN0272.JPG

 

DSCN0275.JPG

 

DSCN0277.JPG

 

DSCN0278.JPG

 

DSCN0280.JPG

 

 

DSCN0282.JPG

 

 

DSCN0284.JPG

 

La dernière toile, inachevée de Keith Haring

 

DSCN0285.JPG

Paris, juillet 2013

 

pour retrouver Keith Haring sur le blog:  Keith Haring, The Political Line au musée d'Art Moderne de la Ville de Paris,  Keith Haring, The Political Line au musée d'Art Moderne de la Ville de Paris(2),  pour se souvenir de Keith Haring à Lyon,  Keith Haring, The Political Line au musée d'Art Moderne de la Ville de Paris (3),  Keith Haring, The Political Line au musée d'Art Moderne de la Ville de Paris 4,

 

Keith Haring dessinant dans le métro parisien

Commenter cet article

xristophe 03/08/2013 13:09

Bien sûr ; c'est presque pour vous taquiner ; (en je vous loue comme photographe - tirant son épingle élégante, de cette glu visuelle ardente). C'est, à coup sûr un VIRTUOSE - mais, fatiguant...
(C'est un peu comme Paganini !)(trop de violon !) Surtout (pour moi) il participe, ajoute à l'assommante saturation visuelle, sonore etc du paysage ("mental" en fin de compte) de "notre époque" : à
coup sûr donc intéressant déjà "sociologiquement" (Mais, cette pertinence si journalistique-marxiste n'est pas de mon salon de thé !). Et, techniquement (je veux dire son talent, qu'il nous jette
indéniablement, moi compris, au visage) il est éblouissant, c'est sûr. Mais votre mise à distance discrètement photographique (dans certaines images) je me plais à dire qu'elle le "remet à sa
place" : comme un "fond", qu'à la fois on relègue et magnifie. (Position réac s'il en est la mienne !)

lesdiagonalesdutemps 03/08/2013 15:40



Très intéressantes vos considération. Ce qui est frappant lorsque l'on voit de nombreuse oeuvres de Keith Haring c'est cette folie du plein de ne rien laissé de vide. Alors qu'il parait dans sa
vie assez équilibré, surtout pour mener sa carrière beaucoup plus malin que Basquiat ou même Warhol, cette obsession de remplir la page est un des symptome de la schizophrénie, mais jefais de
même lorsque j'écris, à la main, sur une feuille pourtant je ne suis pas atteint de cette maladie, et puis j'ai passé l'âge, elle se manifeste généralement à la fin de l'adolescence.


Vous dites position réac que la votre, il me semble que je suis plus réactionnaire que vous, je suis si à droite que parfois je me retrouve à gauche, mais en art et en littérature j'essaye de
suivre ce grand (et gros) modèle qu'était Léon Daudet, j'essaye comme lui de faire une distinction complète entre mes idées politique et mon ressenti et mes connaissances artistiques.


La photo d'oeuvres d'art, mis à part un souci de documentation et de souvenir, n'est intéressante que par une mise à distance. Je vous remercie de l'avoir remarqué dans certains de mes clichés,
je n'ai donc pas complètement raté mon coup.



xristophe 03/08/2013 01:57

Quel emmerdeur, ce type, si on le laisse seul... J'm encore mieux César, ses compressions, au moins, elles en 3D (!)

lesdiagonalesdutemps 03/08/2013 07:57



C'est amusant que vous parliez de César dont j' ai justement vu une petite exposition à Elephantparnasse un nouveau lieu à Paris.


Vous avez sans doute compris que je ne suis absolument pas d'accord avec vous Keith Haring est un artiste très intéressant beaucoup plus profond que peut le laisser croire un regard superficiel
sur son oeuvre. En plus les films le montrant au travail montrent un dextérité extraordinaire de cet artiste qui réalisait de très grande peinture (à voir au 104 je devrais faire un billet sur
cette exposition) sans prendre aucun recul et à une vitesse extraordinaire, l'école du graffe lui a donné à la fois cette urgence et cette faculté d'avoir dans la tête tout son tableau dès le
premier coup de pinceau. Il n'y a aucun dessin préparatoire.