Joseph Bail (1862-1921)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 Joseph Bail (1862-1921) était surtout un peintre de la chose militaire mais il semblait faire une étrange fixette sur les garçons de cuisine, est ce la couleur garance de la chemise des commis (était-ce "l'uniforme" des gâte-sauces d'alors?) sur laquelle, comme un taureau il se focalisait? Les peintres sont parfois des animaux bien curieux comme en témoigne le choix de certains sujets... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 03/11/2013 19:40

OK - je n'extrapolais pas et restais sur le seul fétichisme sexuel ; mon texte m'apparaît confus et un mot a sauté : il faut l'être "un peu et passionnément" (fétichiste) "mais pas bcp" ! était le
sens... D'où ("en sexualité") une "tendresse" particulière, un "faible" savoureux tenace pour - disons - tel et tel détail, particularité dans, comme on dit, "l'objet sexuel". Cela, c'est pour
l'effet. Quant à la cause, elle remonte à l'enfance, comme chacun sait, et cette "initiation" particulière à ce domaine immense et passionnant de la sexualité n'est que la petite porte (ou le
portique)inoubliable - qui nous a introduit dans le domaine immense.

lesdiagonalesdutemps 03/11/2013 22:12



Je ne pense pas autre chose sinon qu'il y a d'autres portes. Notre époque est vraiment curieuse à la fois elle est d'un moralisme, qui n'est que le cache sexe du puritanisme, outrancier et en
même temps elle rapporte tout au sexe.



xristophe 03/11/2013 13:56

Ah non, je ne suis pas "confortable"... et pour mon regard sur les choses, je souffre de cet inconfort (ou "intranquillité") d'être souvent (et tout comme Dieu !) (pardon, mon Dieu...) "l'alpha et
l'oméga"... !

En tout cas très doué pour le pour et le contre. Trop !!! (cf Gide) Est-ce que je me trompe sur moi ? (je me vante, à coup sûr!) Mais vous vous trompez surement en disant que vous n'êtes PAS
"fétichiste"... un peu, passionnément... Sinon beaucoup et tout à fait - "il faut l'être"! Je l'entends dans un sens qui n'est sans doute pas si "entier" que vous le faites. C'est sans doute le
"chemin" qui m'a ouvert le monde (sexuel), dès l'enfance. Mais ça n'est pas "le" monde, pour moi ! Une saveur ("nostalgique" ?) particulière : mais pas le monde ("festin" immense) qui m'a été
ouvert par cet entrée "particulière"

lesdiagonalesdutemps 03/11/2013 17:50



Tout d'abord je ne ramenais pas le fétichisme qu'à la chose sexuel mais l'étendait à toutes les activité. Ensuite je suis comme vous ou ce que je crois comprendre ma sexualité a été une grande
chance. Elle m'a ouverte des portes qui ne se seraient pas ouvertes aussi facilement sans cela. Il faut dire que je n'hésitais pas à les pousser. C'est pour cela que l'éternel posture victimaire
des homosexuels (et autres) m'agace particulièrement. Il faut savoir profiter de sa (ses) singularite.



Bernard 03/11/2013 13:44

To fetishize the chiaroscuro effect after the age of the Grand Masters is often a vulgar exercise. Except, perhaps, in photography, like in this photo of Eugene Smith

http://www.foam.org/media/254183/Smith%20W%20Eugeune%20Juan%20Larra%20Spanish%20Village%201950%20C%20The%20Heirs%20of%20W%20Eugene%20Smith%20courtesy%20Black%20Star.jpg

xristophe 02/11/2013 19:35

...Aussi le cuivre martelé, le clair-obscur etc, mais bien quand m^eme et avant tout, le marmiton charmant qu'on reconnait - fumeur, buveur, et peut-^etre gaiment disposé à la paillardise... (Je
veux dire que les "focal points" et les "fixettes" n'emp^echent rien) (V. ma note irritée sur les "fétichismes" !)

lesdiagonalesdutemps 02/11/2013 23:38



Je dois dire que j'ai cette particularité de n'être pas fêtichiste. Je dis bien cette particularité car le fêtichisme me semble être la chose la plus partagée dans le monde. Je pense que souvent
(pas toujours) il empêche de voir la totalité du spectacle de la vie, mais c'est sans doute plus confortable...



Bernard 02/11/2013 12:26

The red is certainly a focal point.