José Maria Sert (1875-1945)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

José Maria Sert est né a Barcelone en 1875. Il est le fils d'un célèbre artiste tapissier catalan, José Maria Sert fréquente une école jésuite avant de suivre un enseignement à domicile. Encouragé par son père, il commence par produire des peintures murales et des fresques. Après la mort de ses parents en 1897, il se rend à Paris où il se lie rapidement avec de nombreux peintres parmi lesquels Utrillo, A. Besnard, M. Denis, J. É. Blanche, J.-L. Forain ; il a des amis influents comme les frères Natanson, directeurs de La Revue blanche. En 1900, l'évêque de Vic, José Torrás y Bages, un thomiste, lui commande la décoration de la cathédrale de la ville. Ces œuvres seront détruites pendant la guerre civile espagnole en 1936 par les flammes républicaines.  Il produit aussi de nombreux croquis qu'il expose notamment à Paris en 1908, attirant l'attention de la critique.


L’or monumental de José Maria SERT.


Durant l’exposition universelle de 1900 à Paris, Siegfried Bing, galeriste et champion de l’Art nouveau, initiateur du japonisme en France, confia à José Maria Sert, alors un tout jeune peintre espagnol, la décoration d’un des murs du restaurant de son pavillon de l’Art nouveau. Exécuté en trois semaines « l’hommage à POMONE, Pan y Baco et les porteurs d’offrande » est la première commande de peinture décorative de José Maria SERT, qui allait devenir l’un des plus grand peintre décorateur du XX° siècle.


Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.28.50.png
La Cène.Jésus est sur le point de prendre congé de ses Apôtres, que Judas s'enfuit par une porte loin dans l'arrière-plan.Peint 1927, détruits par un incendie, 1936.

  

Les personnages des fresques de José Maria Sert sont musculeux et sculpturals et ses thèmes allégoriques et intemporel. Certains de ses influences sont évidentes, la sculpture et la peinture baroque , Titien, Tiepolo, Goya.


genvetd8.jpg

wendeldtalme2.jpg

wendelfh5.jpg


Cette première grande commande orientera définitivement la carrière du jeune homme vers la peinture murale. Ses oeuvres sont facilement reconnaissable car le plus souvent les personnages se détachent sur fond d'or ou argenté. Il décore ainsi l'hôtel Waldorf-Astoria et le Rockefeller Center à New York, les palais de justice de Barcelone et de Saint-Sébastien, le palais des Nations à Genève, siège de la Société des Nations, ainsi que des résidences de personnalités espagnoles et étrangères.

 

 

Les fresques de José Maria Sert ornent le hall d'entrée du Rockefeller Center sur sur la 6ème avenue. Il est très peu utilisé. Les immenses peintures murales de l'artiste catalan ont pour thème le Progrès Américain. Ces fresques, décrivent l'évolution de l'Amérique au cours des 200 dernières années. Elles remplacent la composition d'origine réalisée par l'artiste mexicain Diego Riviera, jugée quelque peu révolutionnaire. Le plafond du hall d'entrée est orné d'une autre fresque de Sert, intitulée Time (Le temps). Elle comprend trois grandes figures représentant le passé, le présent et le futur.


Capture-d-ecran-2011-05-16-a-13.16.36.png


 

Il est un membre à part entière de la café society grâce à ses amitiés de gens fortunés, il obtient de nombreuses commandes (salle de bal de l'hôtel de Wendel, Paris, musée Carnavalet, 2 paravents pour Baba de Faucigny-Lucinge et son époux Jean-Louis de Faucigny-Lucinge). Plusieurs de ces décors privés ont été réalisés dans des villas des Baléares ou des demeures en Argentine. Alors Sert est un peintre cher. Très cher. Il a demandé aux Rockefeller 150 000 dollars pour leur faire un salon. Une somme hallucinante pour l’époque.



28_fevrier_2.jpg

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-13.46.24.png

le palais des Nations à Genève

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-13.50.44.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-13.50.22.png

pour l' Hotel Waldorf Astoria à New York


Si José Maria Sert est à Barcelone sa carrière s'est surtout développé à Paris. En 1921, il construit un atelier conçu pour lui,  peu de gens avaient accès. C'est là qu'il a réalisé les grandes fresques murales pour lesquelles il était connu.

 

 

Josep%2BMar%25C3%25ADa%2BSert%252BEl%2BpJosep Maria Sert dans la salle du Conseil de la Ligue des Nations, Genève, 1936 







Josep%2BMar%25C3%25ADa%2BSert%252BEstudiAtelier d'artiste à Paris 



Josep%2BMar%25C3%25ADa%2BSert%252BEstudiÉtude ce qui unit et sépare les hommes 


Josep%2BMar%25C3%25ADa%2BSert%252Bimagen

Josep%2BMar%25C3%25ADa%2BSert%252BEstudiÉtude catalane Revanche 

 

Josep%2BMar%25C3%25ADa%2BSert%252BEstudiÉtude à la population de marins 

 

Josep%2BMar%25C3%25ADa%2BSert%252BEstudiEtude pour l'abolition de l'esclavage 


Josep%2BMar%25C3%25ADa%2BSert%252BCaptur
Josep%2BMar%25C3%25ADa%2BSert%252BCaptur

 

imagen-113%255B1%255D.png

 

tumblr_kxuxs1CKKa1qzdzano1_500%255B1%255

 

jose-maria-sert-invitation%255B1%255D.jp

 

classical_482669s%255B1%255D.jpg

 

med_n-35-jose-maria-sert-photo-study-for

 

La-venganza-catalana-Estudio-p_541544166

 
Les archives photographiquesqui appartenaient à Leonard Manzini qui était son assistant révèlent les méthodes du peintre, qui avant de s'attaquer à ses oeuvres monumentales prenait des photo de ses modèles avec lesquelles il travaillait ensuite. Il concevait ses compositions murales en partant de mise en scènes de modèles ou de manequins qu'il photographiait puis mettait au carreau Il y avait un laboratoire photo dans l'atelier.

 


Capture-d-ecran-2011-05-16-a-13.20.14.png

costumes pour les ballets russes


Pour Claudel dont il conquit l'amitié, il illustra le Soulier de satin (1928-29). Il réalise aussi des décors et des costume de théâtre, des cartons de tapisserie et meurt avec le monde qui l’avait porté en 1945. Il est largement ignoré depuis. Il n’existe presque rien en français sinon "José Maria Sert, La rencontre de l’extravagance et de la démesure", de Jo Frémontier, aux éditions de l’Amateur ,aucune biographie ni recension de ses travaux. Aujourd'hui José Maria Sert est surtout connu par le biais de sa femme Misia, Misia Natanson peinte par Bonnard, Vuillard, Toulouse-lautrec, amie de Chanel, Diaghilev, Cocteau …Avec qui il se sépare... puis se retrouve à la fin de sa vie.



9782859174880.jpg


Entre temps la vie sexuelle et sentimentale du peintre ne sera pas calme. Il se remarie en 1930 avec la princesse Roussy Mdivani, à la santé physique et mentale précaire. En regardant ses fresques, je me dis en outre que notre esthète ne devait pas rester insensible aux beautés du corps masculin...

José Maria Sert y Badia, El tiovivo-The carousel
           

José Maria Sert y Badia, El vendedor de vino-The wine seller


           
José Maria Sert y Badia, Los pajareros-The bird sellers

En 1939 le financier Joan Mars, l'un des hommes les plus riches d'Espagne, réussit à convaincre Sert de décorer le palais qu'il s'est fait construire par l'architecte Luis Gutiérrez. C'est un immense palais de style Renaissance dans le centre de Palma. Pour cela le self made man accorde à Sert la somme énorme de 1.000.000 pesetas d'avance, en espèces dans une valise, avec ensuite un autre versement de 500 000 pesetas à venir.

 


Capture d’écran 2011-05-16 à 13.34.52

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-13.35.38.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-13.36.26.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-13.37.01.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-13.37.45.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-13.38.15.png

 



Josep%2BMaria%2BSert%252C%2B1930sRockefeFresque du Rockefeller Center, années 1930

Est-ce sa fréquentation des plafonds de la société des nations qui lui a donné la fibre diplomatique? En tout état de cause les chefs d'oeuvre du Prado doivent beaucoup à José Maria Sert.La guerre civile éclate en Espagne le 18 juillet 1936. L’un des premiers actes des républicains sera d’incendier la cathédrale de Vic le 21 juillet. Le décor de Sert part en fumée. De «plutôt à gauche», notre homme se montre du coup favorable à Franco. Il y a, comme ça, des choses qui vous bouleversent les idées... Grâce à ses  accointances genevoises en 1939 sert se retrouve au centre des pourparlers entre républicain et franquiste pour sauver les trésors du Prado. Comme Rouges et Blancs s’étaient mis d’accord sur la question du patrimoine artistique durant la révolution russe, il y aura ici des ententes suprapolitiques. En partie grâce à Sert, les Velázquez, Murillo et Zurbaran se retrouveront donc à Genève, où le Musée d’art et d’histoire les montrera avec un succès fracassant durant l’été 1939. Les toiles repartiront aussi vite que possible, en train, vers l’Espagne désormais dominée par Franco. Il y avait une exposition prévue de ces tableaux au Louvre n’a jamais eu lieu. Sert restera en Espagne.

 


Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.31.11.png

saint Luc, cathédrale de Vic, 1941

beforepilatodestruida120.jpg

Pilate montre Jésus à la foule. Sert, 1926. Détruite en 1936

christbeforepilatonuevo150.jpg

Jésus devant Pilate. Sert, 1941 

 crucifixiondestruida150-copie-1.jpg

La Crucifixion 1926. Détruite en 1936. 

crucifixionnueva.jpg

La Crucifixion. José María Sert, 1941


Il y peindra son troisième décor pour la cathédrale de Vic, mourant cette fois à la tâche en 1945. Mais le bougre ne faisait pas que peindre dans ses dernières années. En effet dans le Madrid de l'immédiat après guerre civile, il a une aventure torride avec la baronne Ströher, cocufiant du coup l’ambassadeur de Hitler chez Franco! Il fut aussi durant ces années l'ambassadeur de l'Espagne de Franco auprès du Vatican. Durant la dernière guerre le peintre, qui faisait de nombreux aller et retour entre la France et l'Espagne, s'est servi de son entregent pour faire libérer Maurice Goudeker, le mari de Colette d'origine juive qui avait été incarcéré au camp de Royallieu près de Compiègne. José Maria Sert est intervenu, mais malheureusement trop tard, pour sauver Max Jacob.



Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.09.16.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.09.36.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.10.11.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.11.29.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.11.50.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.13.51.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.14.10.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.14.35.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.15.01.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.15.28.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.16.02.png

Capture-d-ecran-2011-05-16-a-11.16.26.png


Je me demande bien pourquoi José Maria Sert n'est pas encore le héros d'un roman historique, lui qui a connu presque tous ceux  qui ont compté dans la première moitié du XX ème siècle et qui a eu une vie aussi pittoresque?

 

Publié dans peinture

Commenter cet article

Corinne Magne 18/02/2012 10:43

Nous préparons activement une exposition sur J.M.Sert au Petit Palais à Paris du 8/03 au 5/08/12: "le Titan à l'Oeuvre", venez voir...Voulez-vous le communiqué de presse par mail? C.M Conférencière
PtP.

lesdiagonalesdutemps 18/02/2012 12:12



Je vous remercie de ce message. Je suis bien sûr intéressé. Si vous le désirez vous pouvez m'envoyer des visuels et un texte pour que je les fasse paraitre sur le blog afin d'informer mes
lecteurs de cette exposition que je ne manquerai pas de visiter


cordaialement