Jonathan Wateridge

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Jonathan Wateridge, Dazwischen, 2011, huile sur toile, 282 x 400cm @ Courtesy All Visual Arts, London

Le Londonien Jonathan Wateridge, né en 1972 en Zambie, est un peintre que l'on pourrait ranger dans l'école des hyper-réalistes. Le rendu photographique de ses tableaux rappelle celui d'un Estes, mais au lieu comme ce dernier de peindre en plans larges des scènes de rue dans lesquelles l'humain n'est pas le sujet principal au contraire du décor, Wateridge représente des scènes de groupe où un détail fait basculer l'image vers l'étrange. Ultra-réalistes, ses oeuvres cherchent à explorer les idées de groupe, d’identité et de capter des moments collectifs tout en interrogeant le spectacteur sur les détails.

 

Jonathan Wateridge, Swimming Hole, 2011, huile sur toile, 282 x 400cm @ Courtesy All Visual Arts, London

Le pinceau de Jonathan Wateridge capte le réel dans son foisonnement infini. Il est un oeil photographique invitant à s’arrêter sur le moindre détail, à scruter les recoins du tableau.  Soudain, un détail met en branle l’immuabilité froide de la pure imitation pour dire l’intensité du réel, son essence extraordinaire. Il se rapproche en cela des grandes fresques de Guillaume Bresson. En captant la surface des choses on arrive à en toucher le fond. L’artiste nous invite à penser que les apparences sont loin d’être trompeuses

 

Jonathan Wateridge, Matinee, 2011, huile sur toile, 282 x 400cm @ Courtesy All Visual Arts, London
Wateridge, Untitled, 2011, huile sur toile, 382 x 600cm @ Courtesy All Visual Arts, London
Jonathan Wateridge, Interior Exit, 2011, huile sur toile, 282 x 400cm @ Courtesy All Visual Arts, London
Jonathan Wateridge, Repainting, 2011, huile sur toile, 282 x 400cm @ Courtesy All Visual Arts, London

Ci-dessous sa série "crash"

ship crash

 

Jungle Scene With Plane Wreck

air crash in jungle

 

Blue Iceberg

crash series

 

Jungle River Landscape with Plane Wreck

plane crash

 

Forest Pool

plane crash in forest

 

Icebergs with Wreckage

plane srach

 

Seascape with Wrecked Battleship

ship crash

 

The Wreck of the Constitution

ship under the sea

 

«Il a passé une dizaine d’années à travailler son propos, sans vouloir exposer, une démarche suffisamment rare pour être notée», fait remarquer Caroline Bourgeois, qui a accroché, en marge de la dernière bienale de Venise sept de ses peintures de grand format ensemble regroupé sous le titre d'Another Place, une série de sept grandes toiles, Wateridge dépeint une succession d’événements qui semblent tirés du tournage d’un film, librement inspiré de l’histoire de William Mulholland, l’ingénieur responsable de la construction et de l’effondrement du barrage de Saint Francis en 1928 - une tragédie qui a causé la mort de centaines de Californiens. Une atmosphère de désastre menaçant se répand ainsi à travers chacune des œuvres – mais le drame a lieu lui-même en dehors de la scène, dans l’univers factice d’une production cinématographique. Wateridge révèle subtilement l’inspiration cinématographique de ces images par divers indices visuels, comme la présence d’un maquilleur peignant une blessure sur l’épaule d’un acteur dans Directional Interchange. Pour produire ces peintures, Jonathan Wateridge utilise les mêmes techniques que celles d’un tournage : il met en scène avec précision chaque tableau en créant des scènes et des décors et en sélectionnant certains de ses amis pour interpréter les personnages. Ces derniers, représentés grandeur nature, invitent le spectateur à entrer dans chacune des scènes, immédiatement familières mais peu spécifiques, brouillant ainsi les frontières entre récit et processus de production. Dans ce qu’il décrit comme “des fictions complexes aux coutures visibles,” Wateridge questionne l’authenticité des images, qu’elles soient peintes, photographiées ou filmées. Le créateur introduit plusieurs registres d’un récit mis en abyme, mêlant vraie catastrophe et décor de cinéma. Comme dans les photographies de Jeff Wall, dont il s’inspire manifestement. On peut voir aussi bien dans ses procédés que dans l'instillation de l'étrange dans ses mises en scène également l'influence du photographe Gregory Crewdson.


 

jonathan-wateridge12

 jonathan-wateridge11

jonathan-wateridge10

jonathan-wateridge9

jonathan-wateridge8

jonathan-wateridge7

jonathan-wateridge6

jonathan-wateridge5

jonathan-wateridge4

jonathan-wateridge3

jonathan-wateridge2

jonathan-wateridge1

Publié dans peinture

Commenter cet article