John «Jack» M. Legrand

Publié le par lesdiagonalesdutemps



John Legrand en 1981 (photo Ted Heisler)




John «Jack» M. Legrand, a été un pionnier des artistes gay du quartier Hell’s Kitchen de Manhattan; il y déménagea en 1963 et y resta jusqu'à sa mort en 2005. Il est né à Elizabeth dans le New Jersey, le 29 août 1916. LeGrand a commencé à peindre au lycée. Après son diplôme d'études secondaires en 1934, il s’est rendu à New York, où il a étudié l'illustration au Pratt Institute et a travaillé comme coursier à Wall Street.







Il est entré dans l'armée américaine en 1939 et, comme beaucoup d'autres artistes dans l’armée, il dirigea des troupes chargé de divertir la troupe; alors qu’il était en poste à San Antonio, pendant la dernière année de la guerre, il est envoyé en France. Dans l'armée, il a poursuivi son développement en tant qu'artiste en dessinant ses camarades soldats. Il est aussi connu pour avoir peint une fresque murale dans un club d'officiers à Nancy.







Quittant en 1945 l'armée, Legrand est retourné à San Antonio dans le cadre de l'American Wing Theater, il débute une carrière en tant qu'acteur et baryton. À San Antonio, il a épousé une chanteuse qu'il avait rencontrée au théâtre. Après six mois, les jeunes mariés s'installent dans sa maison de famille à Elizabeth, dans le New Jersey. Le couple se sépare après deux ans, lorsque LeGrand admet son homosexualité bien qu'alors il soit toujours dans le placard. Il est connu qu’au début des années 1950, Legrand a eu un petit ami secret, "Ken", qu’il a souvent peint. Deux peintures de "Ken" sont dans la collection Heisler.







Legrand a poursuivi sa carrière de comédien pendant plus de trente ans tout en continuant à peindre et à dessiner.
En mai 1963, Legrand a quitté Elizabeth pour Hell’s Kitchen à Manhattan. Quartier ouvrier essentiellement latino-américain, qui en raison de sa proximité avec les théâtres et ses loyers bas attirait de nombreux jeunes danseurs, acteurs et écrivains. 







En Juin 1974, à l'âge de 58 ans, Legrand a changé de carrière. Il a rejoint l'United Artists Scenic Local 829 et est devenu un peintre pour les décors de théâtre et de télévision.

Avant son déménagement à New York, Legrand a peint surtout des natures mortes et des paysages autour de sa ville natale d'Elizabeth. A New York, sa passion pour le paysage s'est poursuivie avec une histoire d'amour pour Central Park, où il a passé beaucoup de temps. C'est aussi à cette période qu'il aborde le sujet de la nudité masculine. 






Au fil des années, Legrand a exposé ses dessins et ses peintures en groupes dans des galeries  et des appartements à New York et dans ses alentours. Tout au long des       l'années 70, il a été membre du groupe Esquisse de Joe, à SoHo. Environ 15 à 20 artistes ont participé à ce groupe gay-friendly, qui peignaient surtout des nus tant masculins que féminins. Il a aussi fréquenté le groupe de Charles Bell, le Bell Boys, qui a commencé à Greenwich Village.







A partir de 1993, il ne peint presque plus que des nus masculins et féminins. Legrand a également peint des modèles avec le groupe de dessin de la LGBT Community Center à New York. Par ailleurs, il dessine et peint les beefcake nus du magazine Playgirl (une énorme pile de magazines a été retrouvée dans son appartement à sa mort).
Alors qu'il a souvent donné des dessins et des peintures à ses modèles et ses amis, il a très peu vendu.







Dans son appartement, après sa mort ont été retrouvées plus de 100 peintures représentant des rues de New York et de Central Park et une centaine de peintures représentant des hommes, et peut-être un millier de dessins et de pastels.

Beaucoup de ses œuvres, en particulier les nus masculins, n'ont été ni signées ni datées. Il avait des sentiments mitigés sur la vente de son travail. Il se voyait ses œuvres comme ses «enfants» et aimait à les garder près de lui.
LeGrand était connu comme «Jack» par tous ses amis et collègues professionnels, mais comme "John" par sa famille. Telle était la métaphore de sa double vie. Son meilleur ami était son petit-neveu, Ted Heisler, qui a hérité de toutes ses peintures.







Au de dire à Heisler son homosexualité, il lui donna une lettre et un enregistrement sur bande, dans lesquelles il parlait de son homosexualité. La lettre elle-même est poétique et un peu triste. Une agression dans la rue une semaine avant son écriture  avait incité Legrand à divulguer son homosexualité à Heisler.

Les détails de la lettre de Legrand montre sa difficulté à accepter son homosexualité alors qu’il était  jeune homme et, enfin, son acceptation après avoir déménagé à New York .Bien sûr, Heisler connaissais déjà son homosexualité et n’avait absolument aucun problème avec cela. 







Legrand était un homme chaleureux, sympathique avec un esprit brillant. Mais il était aussi très conservateur - il détestait la contre-culture, les hippies, les Black Panthers, l'architecture moderne et l'art abstrait.

Au début de 2004, Legrand est tombé malade, mais a obstinément refusé les soins médicaux. Le 4 avril, Heisler l’a emmené aux urgences, où il a été diagnostiqué un cancer du côlon à un stade avancé.

Il est mort le 18 Novembre 2005, à l'âge de 89 ans.

(source: biographie de DAVID JARRETT sur le site de Leslie-Lohman Gay Art Foundation)

Publié dans peinture

Commenter cet article

Andry 08/07/2011 11:57


très bel article, bon à savoir.
Andry ^^