John Brosio

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

John Brosio est né dans le sud de la Californie où il vit et travaille encore. Au lycée il décide qu'il veut faire une carrière dans les effets spéciaux au cinéma. A la même époque Il écrit un brouillon d'un roman de science-fiction pour lequel il a dessiné toutes les créatures. Son plan était de participer à l'Université de Californie pour étudier l'art, et son rêve était d'obtenir éventuellement un emploi chez Industrial Light and Magic, la société d'effets spéciaux de George Lucas près de San Francisco. Mais une fois à l'université, il a compris que la peinture pouvait être une fin en soi.

 

Capture-d-ecran-2012-07-14-a-11.23.46.jpg.

 

 

Cependant, il a accompli le parcours de ses rêves et décroché un emploi avec Lucas comme stagiaire dans le département de la créature, où il sculpte divers monstres pour les films. Il a créé des modèles en argile, plâtre et finalement en latex pour Ghostbusters 2 et Retour vers le futur IIIAprès le tremblement de terre de San Francisco lui a demandé de réparer certains des monstres Star Wars. Mais après quelques temps John Brosio a démissioné pour se consacrer entièrement à la peinture

 

Capture-d-ecran-2012-07-14-a-11.22.02.jpg

 


John-Brosio-HBX9.jpg.

Fasciné par les tornades, durant trois ans John Brosio a accompagné des chasseurs de tornade. Cette impressionante série est aussi le prétexte à une sorte de déclaration d'amour à la couleur et à la matière et surtout à la couleur. C'est aussi un hommage à l'Amérique des grandes plaines avec leurs petites bourgades qui semblent hors du temps.

themainloop: John Brosio
Brosio est aussi un peintre animalier, mais d'un genre particulier associant la représentation de bestioles à l'idée de catastrophe. Dans le genre mon tableau préféré est celui où des poules d'une bonne taille s'égarent dans un paysage de banlieue industrielle typiquement américaine. D'autres oeuvres ne sont pas dénuées d'humour comme celle représentant un appétissant sandwich au... scorpion!

Capture-d-ecran-2012-07-14-a-11.22.48.jpg

 

 

Capture-d-ecran-2012-07-14-a-11.20.58.jpg

 

John_Brosio-_mloveizm_magazinecopy2.jpg

 


 

John-Brosio-Island2_L.jpg


John-Brosio_1066673176_3301497_532024450_n.jpg


John-Brosio_1250722843_n.jpg


John_Brosio-Fatigue__Large.jpg

 

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 16/07/2012 23:21

Tout à fait ; la maison carrée rouge, ou le café Liquor sont superbes (le fantastique "externe" n'étant que d'atmosphére (= météorologique) et de lumière, de nature picturale, très saisissante. (Et
merci de me l'avoir fait connaître)

xristophe 15/07/2012 23:26

Evidemment l'avantage de Hopper sur ce petit-maître c'est que l'on est débarrassé du "fantastique" de série B au profit du vrai spleen américain humble et "typique"

lesdiagonalesdutemps 16/07/2012 06:40



Vous avez tout à fait raison la supériorité d'Hopper auquel Brosio fait immédiatement penser c'est que l'anecdote de ses tableau est ancrée dans la réalité américaine la plus prosaique alors que
Brosio a besoin de l'extraordinaire pour forcer l'attention, il n'en reste pas moins que Brosio possède une belle science de la lumière.