Jeffrey Smart (1921-2013)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Croisière de luxe de 1972 à 1973.

 

 

Bien qu'il ait vécu plus de la moitié de sa vie en Italie, Jeffrey Smart est considéré comme un des plus grands artistes australien. Il a été de tout temps attiré par les paysages urbains préférant les usines, les camions et les squares de villes désertes à la nature.

Ses peintures de la maturité prendront comme sujets principaux les symboles quotidiens de la modernité. Smart les transforme en images singulières toujours remarquablement et harmonieusement composées. Souvent on y découvre des figures humaines petites et isolées perdues dans des immensités metalliques et minérales. Cette représentation de la figure humaine est considérée par beaucoup de critique comme une représentation de l'aliénation urbaine, mais pour Smart c'était sans doute simplement une exigence de composition.

Barry Pearce l'écrit dans son livre "Jeffrey Smart", qu'il avait un caractère charmant, démonstratif avec un sens de l'humour espiègle. C'était aussi un lecteur prodigieux, un brillant causeur et excellent auditeur.

 On peut voir les toiles de Jeffrey Smart un peu partout dans le monde, bien sûr surtout en Australie et en Italie... mais pas en France où il me semble que tous les musées l'ont ignoré! 


 

An image of The stilt race by Jeffrey Smart

The still race, 1960

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.38.31.jpg

 



Jeffrey intelligente au travail sur un paysage urbain Woolloomooloo Sydney en Janvier 1947.

. JeffreySmart au travail sur un paysage urbain Woolloomooloo Sydney en Janvier 1947 Photo: Harold Bryant Hutton

Jeffrey Smart est né à Adélaïde le 26 Juillet 1921, de François Isaac Smart et de sa seconde épouse, Mildred Emmeline (née Edson). Ils y avait déjà une fille, Aurore, née de sa première épouse défunte. 

Âgée de quatre ans, Jeffrey et sa famille voyagent à travers l'Europe, où le peintre situera ses premiers souvenirs. Ils rentrent en Australie peu de temps après, le début de la dépression la famille connait alors de grave déboires financiers. 

La situation de ses parent s'améliorant ils payent à leur fils âgé de douze ans ses premier courts de dessin qui aurait été une «obsession» pour Smart Junior. d'envisager une carrière, ils dissuadent leur fils d'embrasser une carrière artistique mais ses ambitions architecturales sont bloqués en raison des frais de scolarité qu'ils occasionnent trop chers pour la famille.

Le travail de Jeffrey Smart, Cahill Expressway (1962).

L Cahill Expressway (1962).

Il décide de suivre un enseignement pour devenir peintre à l'Adelaide Teachers College, puis à l'École du Sud australien des Arts et Métiers, et a été parmi les élèves invités à l'atelier de Dorrit Blake, dont les vues sur la symétrie et la composition l'influencèrent grandement.

Dans cette période il connait une grave crise spirituelle. Il abandonne le christianisme alors qu'il était choriste à la cathédrale Saint-Pierre.

Conjointement il connait ses premier émois amoureux. Depuis le début de l'école secondaire, il a réalisé qu'il était attirés par les garçons.
Si il aura par la suite plusieurs amants des deux sexes, au cours des 20 ans qui suivront, sa sexualité ne cessera pas de lui poser un problème.

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.44.57.jpg

Night stop Bombay, 1981

 

Jeffrey-SMART---04.jpg

 

Il a commencé à montrer son travail, à la Royal South Australian Society of Arts dans une exposition de groupe en 1941. Mais il a envi d'être en Europe. Trois ans plus tard, il monte audacieusement sa première exposition solo dans une galerie Melbourne.

 


An image of The wasteland II by Jeffrey Smart

 le terrain vague II, 1945

 Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.23.36.jpg

1945

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.32.05.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.33.45.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.34.52.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.35.59.jpg

 

.

blastedheath: Jeffrey Smart (Australian, 1921-2013), Three Youths, 1950s. Oil on paper on board, 24 x 30 cm.

1950


 

La stature artistique de Smart grandit. Il fait la connaissances du peintre Russell Drysdale. Son travail est bientôt acheté par les collectionneurs et les principales institutions telles que l'Art Gallery of NSW. En 1948, il monte dans un bateau pour Londres non comme passager mais comme homme à tout faire. Arrivé en Europe, il parcourt le continent pendant deux ans.

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.42.00.jpg

Guiding sphere II, hommage à Cezanne

 


Smart y visite les grands musés. Il admire plus particulièrement Cézanne, les peintres de la Renaissance comme Piero della Francesca et Roger van der Weyden, dont il vénère la maîtrise de la composition.

Il étudie à Paris à La Grande Chaumière et plus tard l'Académie de Montmartre sous la direction de Fernand Léger. « Ma technique grandissant, j'ai trouvé que je pouvais peindre ces choses que j'ai aimé regarder, les bidonvilles, les rues derrière la belle la ville ». En 1950, il a vécu sur l'île d' Ischia dans la baie de Naples, où il peint avec  Michael Shannon et Jacqueline Hick

À court d'argent, il rentre à Adelaide en 1951 avant de s'installer à Sydney, où il vit au début avec sa demi-sœur. Peu après son arrivée, Smart remporte le prix du Commonwealth du jubilé, mais n'a jamais été en mesure de vivre seulement de sa peinture pendant les 12 ans qu'il reste à Sydney.


 

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.28.42-copie-1.jpg

Rushcutters Bay Baths, 1961

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.31.43.jpg

surfeur, 1963

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.33.36.jpg

Contro tower, 1963

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.35.41.jpg

Morning practice, 1969

 


Il est brièvement critique d'art pour le Daily Telegraphe puis produit des émissions sur l'art pour les enfants d'abord à la radio et ensuite à la télévision.

Smart a commencé sa vie expatrié permanent en 1963, voyageant à travers l'Europe avant de s'installer à Rome en 1965. Il vit avec Ian Bent, un jeune artiste qu'il a rencontré alors qu'il enseignait à ce qui est aujourd'hui l'École nationale d'Art de Sydney. Ils s'installe en Toscane. Smart achète une maison à Posticcia Nuova Villa. Ce sera sa maison et son atelier jusqu'à sa mort. Les deux hommes se séparent en 1973 en raison de la toxicomanie croissante de Bent.

 

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.37.22.jpg

The traveller, 1973

 

An image of Truck and trailer approaching a city by Jeffrey Smart

Truck and trailer approaching a city, 1973

 

Jeffrey-SMART---03.jpg

 

Jeffrey-SMART---01.jpg

 


 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.40.04.jpg

The dome, 1977

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.41.11.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.43.33.jpg

piano at night

 

Jeffrey smart 1 Loeuvre du fameux Jeffrey Smart

Jeffrey smart 3 697x429 Loeuvre du fameux Jeffrey Smart
Jeffrey smart 12 Loeuvre du fameux Jeffrey Smart

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.59.47.jpg

David Malouf, 1980

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.47.31.jpg

The observer, 1981

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-23.01.16.jpg

Germaine Greer, 1984

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-23.02.26.jpg

Clive James, 1992

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.49.17.jpg

The oil drums, 1992


En 1976, Smart a commencé sa longue et heureuse relation avec Ermes De Zan, un artiste. .

L'oeuvre de Smart connait de plus en plus de succès. En 1999, sa stature est telle que la Galerie d'art de NSW  présente une importante rétrospective.

Entre ses fréquents voyages il travaille avec une grande régularité dans son atelier toscan mais il y travaille lentement, ne produisant qu'une dizaine de grandes toiles par an.

Il fait sa denière grande exposition en Australie en 2008. Il sait que c'est son chant du cygne.

ISmart a passé les deux dernières années de sa vie dans un fauteuil roulant et avait de la difficulté à respirer, a dit de son art: "Je pense qu'il est temps pour la peinture d'être en suspens."

Le partenaire de Smart de plus de 30 ans, Ermes De Zan, avec qui il a vécu près de la ville d'Arezzo, était près de lui, la semaine dernière quand il est mort...

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.51.39.jpg

The cable colis 2001

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.53.26.jpg

on the periphery, 2003

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.54.47.jpg

the cleaners, 2004

 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.56.06.jpg

Drive in cinema, 2004

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.28.06.jpg

 

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.29.37.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.30.47.jpg

 

 

Capture-d-ecran-2013-06-28-a-07.39.49.jpg


 

Capture-d-ecran-2013-06-27-a-22.58.01.jpg

Le labyrinth, 2011

 


Publié dans peinture

Commenter cet article