Je me souviens du souffle au coeur

Publié le par lesdiagonalesdutemps



image

image

image

image

image

image

image

J'ai adoré ce film que j'ai vu plusieurs fois à sa sortie en salle. Je m'aperçois, avec le recul du temps que je devais être amoureux de Benoît Ferreux, le garçon qui est la vedette du film et que je n'ai malheureusement jamais revu sur un écran, ce qui est bien dommage. Outre ce garçon tout me plait dans ce film de Louis Malle qui est à mon sens un cinéaste très sous estimé que l'on se souvienne de Milou en mai, de Lacombe Lucien, d'Ascenseur pour l'échafaud et l'extraordinaire musique de Miles Davis. Je crois que la critique rance parisienne ne lui a jamais pardonné d'être issu de la grande bourgeoisie de province.
J'avais tellement aimé le film que je me suis précipité acheté le scénario que Gallimard avait édité dans la prestigieuse collection blanche, ce qui n'est pas fréquent pour un scénario de film. J'ai même fait relier le volume en cuir. J'ai fait inclure dans le volume la jaquette du livre qui est illustrée par une photo du film. Il est toujours en bonne place dans une de mes bibliothèques.
Si Benoit Ferreux est adorable, tout le reste de la distribution est remarquable à commencer par Léa Massari dans le rôle de la mère incestueuse comme par inadvertance. Elle non plus n'a pas eu la place qu'elle aurait mérité dans le cinéma. Dans des rôles modestes Daniel Gélin en père absent et Lonsdale en curé libidineux sont parfaits.
J'ai attendu longtemps l'édition du Souffle au coeur en dvd. Je l'ai acheté dès sa parution. Dans les bonus, j'ai découvert une interview de Benoit Ferreux devenu adulte. Il a bien vieilli mais il n'explique pas pourquoi il n'y a pas eu de suites à sa carrière qui semblait prometteuse.

Commenter cet article

Martial 14/07/2014 16:53

Benoît Ferreux a tourné beaucoup de petits rôles sous la direction de sa tante Nadine Trintignant ou du compagnon de celle-ci, feu Alain Corneau. Mais son seul rôle consistant après "Le Souffle au coeur", il le doit à Claude Chabrol, dans un épisode de la série "Madame le juge", avec Simone Signoret : http://www.ina.fr/video/CPB78051357 (à noter qu'on trouve au générique de tous les épisodes de la série Didier Haudepin, qui interprète le fils de Simone Signoret).

Ce sont des images de Benoît Ferreux et de sa cousine, la regrettée Marie Trintignant, qui défilent durant le générique de "Ça n'arrive qu'aux autres", de Nadine Trintignant, tandis que Polnareff chante la superbe chanson qu'il composa pour le film : https://www.youtube.com/watch?v=3ONa8vXlKJ8

Benoît Ferreux a eu trois enfants avec Florence Maeght, petite-fille d'Aimé Maeght. Le JDD a récemment consacré un long portrait à leur fille Angèle (en oubliant de mentionner qu'elle a fait l'actrice dans "La Vie au ranch", de Sophie Letourneur) : http://www.lejdd.fr/Mes-dimanches/Le-portrait-d-Angele-Maeght-traiteur-bio-et-detox-669490

Benoît Ferreux est le frère de Laurence Harlé, célèbre scénariste de bandes-dessinées, disparue prématurément. Elle avait épousé le fils de la légendaire Catherine Harlé, immortalisée par Jacques Dutronc dans sa chanson "Les play-boys".

B.A.. 20/07/2014 19:59

un grand merci pour votre commentaire d'une grande érudition entre cinéphilie et people, si je connaissais l'épisode de madame le juge j'ignorais les autres prestations cinématographique de Benoît Ferreux.

Bruno 03/02/2013 16:45

Merci pour ce beau billet
Sur Louis Malle, lire la biographie de P. Billard
Un bel ouvrage, une belle empathie
Bien d'accord avec l'un de vos commentateurs : Le Feu follet est admirable
Mais Le Souffle au coeur est très bien, aussi ;-)

lesdiagonalesdutemps 03/02/2013 18:06



Je recommande également la biographie de Billard qui est très bien. Maurice Ronet n'est pas pour rien non plus dans la réussite du film.



Nirina 03/02/2013 13:16

Bonjour,
S'agissant de Benoît Ferreux, il me semble qu'il a eu une carrière assez bien remplie depuis Le souffle au coeur de Malle. Un petit tour par Wikipédia, pour vous en convaincre ?
Amicalement

lesdiagonalesdutemps 03/02/2013 13:31



Vous avez sans doute raison, je vais aller y voir, mais je ne garde aucun souvenir du reste de sa carrière. Nous ne nous sommes plus croisé.



pépito 03/02/2013 12:01

Louis Malle sous-estimé ? pas chez moi ! je le tiens pour un des plus importants de cette génération. zazie, milou, calcutta, l'inde fantôme, le souffle, lacombe, l'ascenseur, my dinner... tout
récemment, j'ai découvert le feu follet et en suis resté comme deux ronds de flan... sa période américaine en a désarçonné certains... il n'a fait que poursuivre son oeuvre... un maître !

lesdiagonalesdutemps 03/02/2013 13:28



Entièrement d'accord avec vous sur la période américaine tout aussi remarquable (et plus audacieuse) que la période française mais on voit rarement malheureusement, le mot maitre accolé au nom de
Louis Malle qui le mériterait bien.