hommage à Villeglé

Publié le par lesdiagonalesdutemps

blublu-9324.JPG

 

blublu-9325.jpg

 

blublu-9326.jpg

 

blublu-9327.jpg

 

blublu-9328.jpg

Madrid, Espagne, février 2013

Commenter cet article

xristophe 24/02/2013 18:18

On ne peut pas "se moquer" tout à fait des réputations si, bonnes, on les estime usurpées ou si, mauvaises, on les trouve injustes... Pour la défense, par Mr Ismau, de Villeglé (qui finalement
n'est pas si mal que ça, c'est vrai... du strict point de vue "esthétique" qui, comme j'ai dit, m'intéresse lui tout seul), je le remercie de m'apprendre qu'il n'est pas un brutal "lacérateur" mais
qq qui recueille, avec son oeil avant tout et d'abord, les "objets trouvés" que sont ces affiches déjà "bêtement" lacérées par d'autres, ou bien, au contraire, avec je ne sais quel talent qui les
dépasse, à moins que ce ne soit la chance, le hasard - qui fait si souvent bien les choses, surtout dans l'art moderne. Cela change tout : il est une sorte de photographe, un oeil attentif. Merci
donc de m'instruire de ça. (Cela ne change rien pourtant à cette histoire de l'idéologie ambiante dont je parlais, et qui peut se trouver valoriser de trop tel genre d'art ou tel autre, que ce
dernier soit "engagé" ou pas : histoire des réputations qqfois un peu gonflées et de ces fameux contresens qui vont toujours avec la "gloire". Enfin, on peut faire naturellement ou bien avec effort
abstraction ("épochè") du contenu politique et social etc d'une image esthétique : je fais cela très spontanément pour ma part, et en défendant cette option)

lesdiagonalesdutemps 24/02/2013 21:48



Je partage cette option également même si je ne parviens que rarement à complètement m'y conformer.



ismau 24/02/2013 00:45

Trêve de "mauvaise réputation" ... je reviens à Villeglé, pour dire et redire toute ma considération pour cet artiste . Pour moi ce n'est certainement pas un idéologue, ni surtout un exalté qui
déchirerait à "l'aveuglette" en comptant sur "le hasard", puisque justement ce n'est pas lui qui déchire ses affiches . Il intervient le moins possible . Tout l'intérêt de son travail consiste
seulement à les collecter (comme des ready-made)et à savoir regarder ce que des "lacérateurs anonymes" ont crée sans le savoir . Mais sa démarche d'artiste est déterminante . Il donne à voir par
son choix et ses cadrages, une matière étonnamment esthétique ( formes, couleurs ), et d'une iconographie très riche, fortement ancrée dans son époque . Ce qui ne faisait pas sens dans la rue, peut
prendre effectivement un sens politique ou sociologique dans le musée, et c'est tant mieux ! D'autant que les multiples lectures que suscitent ces strates d'images déchirées, évitent toujours la
lecture univoque, purement idéologique et réductrice .
Comme Villeglé, les autres membres du Nouveau Réalisme, ont d'ailleurs tous oeuvré en marge de "l'idéologie dominante" de l'époque, et il faut leur en savoir gré, ce n'était pas facile . Un
mouvement plus engagé politiquement comme la Figuration Narrative ( Rancillac surtout ), a beaucoup moins bien vieilli me semble-t-il .

lesdiagonalesdutemps 24/02/2013 08:34



Je n'ajouterais rien à ce que vous écrivez sur Villeglé tant je suis en complet accord avec vous.


En ce qui concerne la figuration narrative en revanche je ne vous suivrais pas. Les tableaux de Gilles Aillaud qui certes se sont éloignés de la politique, bien que l'on puisse gloser sur ses
images d'animaux prisonniers sont admirable. C'est pour moi l'un des très grands peintres du XX ème siècle et je déplore son relatif purgatoire actuel. Pour d'autres qu'heureusement une mort
précoce a épargné tel Erro, Fromanger ou Cueco, ils poursuivent une oeuvre convaincante qui a bien évolué sans pour autant renier leurs engagements passés.



xristophe 23/02/2013 13:35

Vous avez tout à fait raison ; je parlais surtout de cette "idéologie" qui charge, privilégie (doxa de l'air du temps) des oeuvres ou des auteurs éventuellement eux-mêmes peu concernés par ce
choix, cette prédilection ! prédilection d'époque qui jette sur eux, sur elles, son dévolu (ces auteurs ou ces oeuvres, du passé ou bien du présent) ; la "mode" en somme ! Par exemple je "déteste"
la réputation aujourd'hui de Deleuze, dont se réclamera n'importe quel post-soixante-huitard inculte et ne l'ayant pas lu (je veux dire, encore moins que moi): mais à chaque fois que j'en lis, moi,
quelque morceau, j'aperçois qu'on ne lui fais pas justice, et qu'il est bien mieux que sa réputation déplorable...

lesdiagonalesdutemps 23/02/2013 15:43



sont abécédaire, trouvable en vidéo est extraordinaire en particulier le chapitre sur le tennis et ses deux livres sur le cinéma mon laissé de bons souvenirs. Je me moque des réputations (ce qui
peut se comprendre lorsque l'on a la mienne, non que je me compare à Deleuze.



xristophe 23/02/2013 02:15

Sûr que la sensibilité et science "ethnologiques" de la France ou d'ailleur me font défaut... Je ne suis pas un Pic (comme vous) de la Mirandole... et respecte votre savoir universel et la
diversité impressionnante de vos palettes... Presque toujours, moi, un épidermique et phénoménologique regard borné esthétique... sur presque tout... ce qui est art... (J'avoue quand même une
résistance à ce qui transpire par trop l'idéologie... sans doute surtout - l'idéologie genre "art de la rue"... etc, dès lors du moins qu'elle devient une valeur, voyante et dominante : et je suis
donc, alors, injuste. Je ne dis pas que j'ai raison... sur toute la ligne)

lesdiagonalesdutemps 23/02/2013 08:20



ah l'idéologie dans l'art vaste problème en revanche je ne vois pas bien quel idéologie on peut déceler chez Villeglé...


L'idéologie qui transpire dans certaines oeuvres celle d'Arno Breker ou de Fougeron, pour prendre deux artistes à l'opposé du spectre politique ne m'empèche pas, dans une certaine mesure tout de
même d'apprécier leur travail.



xristophe 22/02/2013 16:20

Villeglé par exemple, est-ce si bien ? Le hasard, geste hardi, de déchirer, lyrique et virulent, à l'aveuglette, avec la chance ou pas derrière au rendez-vous, me semble surtout et bien trop ce
qu'on privilégie, selon une "idéologie" qui commence à s'user (depuis cent ans) d' "art de la rue" "sauvage" "anar" et tout - et bien plus qu'à considérer le résultat, calmons-nous, esthétique
assez piètre, de cette "chance" attrapée rarement au piège. Bon...

lesdiagonalesdutemps 22/02/2013 22:19



oui Villeglé c'est très bien (il faut un peu être catégorique parfois). D'abord il y a chez Villeglé une quête des strates d'affiche (chose qui ne se trouve quasiment plus en France en raison des
lois interdisant l'affichage sauvage, ce dont je ne me plains pas). Ensuite les déchirures sur les strates ne doivent pas complètement au hasard. Et surtout Villeglé choisissait des affiches
signifiante de l'époque. Ainsi ses différents rapts d'affiches racontent l'histoire de la France de 1955 à 2000 et demande pour bien apprécier son travail pas seulement une sensibilité esthétique
mais une réelle connaissance ethnologique de la France de ces années là.