Herbert List

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Herbert List (1903-1975) était le fils d'une famille aisée qui dirigeait une entreprise de courtage de café. List reçu une éducation classique en littérature à l'Université de Heidelberg. Tout naturellement il entra dans l'entreprise familiale dans la succursale du Québec. Il voyagea au Brésil, au Guatemala et au Costa Rica. Lors de ses voyages d'affaire il commence à prendre des photos en particulier des photographies homo-érotiques en noir et blanc de jeunes hommes. 

Ses premières photographies sont surtout des portraits d'amis et des compositions de natures mortes. Il utilise un appareil photo Rolleiflex. Lorsqu'il utilise des modèles masculins, il agrémente ses photographies de tissus drapés et de masques. Pour certaines de ses image, il prend le sujet avec une double exposition. Il a une fascination à la fois pour le surréalisme et la Grèce antique. List explique que ses photos << Tentent de capturer l'essence magique qui habite et d'anime le monde des apparences.>>. 

 

Herbert List:  North Sea. 1934. &#8220;Water games I&#8221;. 

 

Herbert List:  North Sea. 1934. “Water games I”. 

 


En 1936 List quitte l'Allemagne et devient un photographe professionnel. Il trouve du travail à Paris et à Londres. Il est d'abord embauché par des magazines pour réaliser des photographies de mode, mais bien vite il retourne à son travail personnel, produisant des photographies dans un style qu'il appelle "la photographie métaphysique», comme des rêves photographiés, des scènes fantastiques, utilisant des miroirs et sa techniques de double exposition. 



À la fin des années 1930, il voyage en Grèce, où il prend des photos des ruines antiques, des sculptures, et des paysages qui ont été publiés dans des livres et des magazines. Cependant, en 1941, au cours de la Seconde Guerre mondiale, il est forcé de retourner en Allemagne, où parce que l'un de ses grands-parents était juif, il n'avais pas le droit de publier ou de travailler professionnellement. En 1944, il est enrôlé dans l'armée allemande, en dépit de son homosexualité et qu'il est partiellement d'origine juive. Il sert en Norvège en tant que concepteur de cartes. La guerre terminée, il se rend à Paris et y réalise des portraits de Picasso, Jean Cocteau, Christian Bérard, Georges Braque, Jean Arp, Joan Miró et autres célébrités internationales.

 

 

 

Pier Paolo PASOLINI  (1953)  by Herbert List

 

Pier Paolo PASOLINI  (1953)  by Herbert List

  

Tout en travaillant comme directeur artistique de Heute (aujourd'hui) il rejoint la prestigieuse agence Magnum, fondée entre autre  par Henri Cartier-Bresson, entre autres. Il réalise dans ses dernières années moins de photographies qu'auparavant

Il concentre son travail sur l' Italie, où il commencé à utiliser un appareil photo 24x36. Il affectionne particulièrement l'objectif 35 mm. En 1960, il fait des portraits de Marino Marini, Paul Bowles, WH Auden et Marlene Dietrich (ci-contre). Peu après, il abandonne la photographie pour se concentrer au dessins, ils ont été récemment exposés à Berlin (Schwules Museum, Mehringdamm 61). Listest est mort à Munich au printemps de 1975, son style se perpétue dans le travail de Herb Ritts et Bruce Weber, en particulier. 

En 1988, Stephen Spender publié "Le temple", un roman à clef de ses années d'avant-guerre en Allemagne, le roman contient un personnage nommé Joachim, qui est inspiré d'Herbert List. L'édition française, du moins volume qui est dans ma bibliothèque a pour couverture une photo de List. 










Herbert List:  Peloponnes, Greece   (1936)

 

Peloponnes, Greece   (1936)

Herbert List:   Rome,  Bocca della Verita  (1949) Originally posted by dimshapes

 

Herbert List:   Rome,  Bocca della Verita  (1949)

Herbert List:  Naples  (1959)

 

Herbert List:  Naples  (1959)

 

Publié dans photographe

Commenter cet article

ismau 16/09/2013 21:50

Merci pour la découverte de Spender et de son émouvant roman . Mais le plus émouvant pour moi, c'est d'avoir après coup pu trouver des photos de List qui correspondaient exactement au récit : cinq
photos prises au cours du roman, et dont la prise de vue de l'une nous est même décrite en détail .
Malgré sa forme et le changement des prénoms, la première partie n'est pas une fiction comme je le croyais d'abord, mais une sorte de journal écrit en 1929, pendant son séjour à Hambourg . Il y
rencontre Herbert List qui a 26 ans ; Spender lui, en a 20 .
Un des principaux intérêts du Livre, en regard des photos d'Herbert List, concerne les réflexions sur cette époque troublante de libération du corps, et de glorification du sport, de la nature et
de la jeunesse, qui paradoxalement annonce le nazisme .
L'autre intérêt concerne sa rencontre et sa relation réelle avec Herbert List, dont il raconte la façon de vivre et les idées d'une manière assez précise : les fêtes dans un appartement meublé en
style moderniste Bauhaus, les livres et la pratique de la photo, les amis, les sorties, la liberté sexuelle, le sport : beaucoup de natation... et puis surtout leur très beau voyage randonnée
amoureuse le long du Rhin, avec le jeune garçon de rencontre qui figure en couverture du livre : Franz Büchner .Cette photo n'est donc pas choisie comme simple illustration : elle a vraiment été
prise pendant ce voyage, comme les quatre autres trouvées sur le site de Magnum :
http://www.magnumphotos.com/C.aspx?VP3=SearchResult&STID=2S5RYD19NNQQ

Pour Ritti, j'ai aussi trouvé des photos intéressantes :
http://www.magnumphotos.com/C.aspx?VP3=SearchResult_VPage&VBID=2K1HZOQ9QZFSL6&SMLS=1&RW=1007&RH=610
Les premières sont prises en 34 à Hamburg, les dernières en 37 en voyage en Suisse et en Grèce . La série d'une dizaine de photos du mystérieux esprit voilé au miroir, au Mont Lycabette au dessus
d'Athènes, se trouve finalement démasquée : il s'agit avec certitude de Ritti . « En Grèce il fait se promener un corps voilé de blanc, une momie réveillée qui à la place du visage renvoie les
éclats du soleil » écrit Hervé Guibert dans son très bel article du Monde en 83, lors de la première rétrospective d'Herbert List au Musée d'Art Moderne ( publié dans « La photo
inéluctablement » )
Sans certitude par contre sur son identité, la photo du Garçon au dalmatien, prise en 36 à Portofino, ressemble aussi beaucoup à Ritti : PAR302838

lesdiagonalesdutemps 16/09/2013 23:04



Merci, Je vais aller voir tout cela puis me rafraichir la mémoire avec Spender. Pour la question de l'homosexualité dans le Berlin de la République de Weimar il faut lire l'essai l'Histoire de
l'homosexualité en Europe, Berlin, Londres, Paris 1919-1939 de Florence Tamagne paru aux éditions du Seuil.


J'ai interviewé Florence Tamagne pour le bonus du dvd paragraphe 175 que j'ai édité. 



antoine La Rochelle 02/09/2013 11:51

Certaines des plus belles photographies de List ont pour modèle un jeune homme, surnommé Ritti, dont on ne sait rien, sinon qu'il était très beau.D'une manière générale, on sait vraiment peu de
chose sur List. Peut être un lecteur en saura t-il plus...

lesdiagonalesdutemps 02/09/2013 12:05



Merci pour cette information.


Je trouve que l'on connait tout de même les grandes lignes de la vie du photographe même si l'on a pas trop de détails sur sa vie intime tout en ne cachant pas ses goût, il se montra assez
discret sur sa vie.