Henry Scott Tuke (réédition complétée)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Henry%2BScott%2BTuke.jpg

Tuke est né en 1858 à York dans une famille de quakers. De 1860-1874, jusqu'à ce qu'il ait 16 ans, la famille réside dans Woodlane à Falmouth, où son père a exerce la profession de médecin. C'est alors que Tuke voit ses premiers navires qui entrent et sortent de la baie de Falmouth, qu'il représentera fréquemment.  Son père Daniel Hack Tuke était un important militant pour donner un traitement humain aux maladies mentales. C'était un pionniers en matière de santé mentale et a écrit plusieurs livres importants sur le sujet qui sont encore utilisés aujourd'hui par les étudiants en médecine. Son arrière-arrière-grand-père, William Tuke, avait fondé un des premiers hôpitaux psychiatriques modernes à York en 1792. Son arrière-grand-père Henry Tucke, son grand-père Samuel Tuke et son oncle James Hack Tuke étaient aussi des militants humanistes reconnus.


1tuke.jpg

Tuke enfant


En 1874, la famille déménage à Londres et Henry Scott Tuke fait ses études à la Slade School of Art de Londres à partir de 1875. Il a pour professeur Alphonse Legros et Sir Edward Poynter. En 1877, il obtient une bourse de la Slade et de 1880 à 1881 il voyage en Italie. Il poursuivi ses études à Florence, où il a fait ses premiers dessins de nu. De 1881 à 1883 il est à Paris (1883) où il étudie sous la férule de Paul Laurens. Dans l'atelier de ce dernier il fait la connaissance du peintre américain John Singer Sargent qui a aussi peint des nus masculins , bien que ce fait était peu connu de son vivant, et de Jules Bastien-Lepage, qui l'encourage à peindre en plein air.

 Durant l'année 1880, Tuke avait aussi rencontré l'écrivain Oscar Wilde ainsi que d'autres poètes et figures homosexuelles de l'époque. Dans les années 80, il fait partie d'un cercle de poètes et d'écrivains qui ont écrit et ont discuté de la beauté des jeunes hommes. Lui-même écrivit un poème célébrant l'adolescence titré "Sonnet to the youth", qu'il publia anonymement dans The Artist. Il contribua aussi à l'écriture du sonnet The Studio.


Tuke8.jpg

Sonnet à la jeunesse 

Jeunesse debout sucré, triomphant par la mer, 
Tous fraîcheur de la journée 
Et toute la lumière 
De l'aube de tes membres blanche, ferme, nu et lumineux. 

Henry Scott Tuke 

Tuke13.jpg

En 1883 de retour en Angleterre, il côtoie des artistes tels que T.C. Gotch et Stanhope Forbes. Il rejoint une petite communauté d'artistes de Newlyn dont faisait partie Walter Langley, Albert Chevallier Tayler et Thomas Cooper Gotch, ce dernier spécialisé dans la représentation des jeunes filles devint un grand ami de Tuke. Ce groupe est désigné par les historien de l'art sous le nom de Newlyn school.


Capture-d-ecran-2012-01-05-a-15.44.45.jpg

En 1885 Tuke s'installe à Falmouth, un port de pêche situé en Cornouailles. L'endroit est alors encore rustique. Mais il représente le lieu idéal pour Tuke car il lui permet de combiner deux de ses passions, la peinture et la voile. Il y passera le restant de sa vie. Sa fascination pour les navire ne le quittera jamais.

Henry Scott Tuke est plus célèbre aujourd'hui pour les jeunes gens dénudés peints sur les plages anglaises; la première moitié de son oeuvre contient de nombreuses marines (bateaux au large principalement) mais aussi des marins:

 

 

Toutes les mains sur les cordes!(1888-1889) Tate Gallery

 


Henry_Scott_Tuke_-_All_Hands_to_the_Pump
Le repos de midi

tuk34.jpg

tuk28+summer+of+1905+.jpg

Cabin boy
Henry_Scott_Tuke_-_Cabin_Boy.jpg

tuk08jseph+parker.jpg
tuk21.jpg
.
Pour ses tableaux marins Tuke a souvent utilisér les mêmes modèles qui l'inspirèrent pour ses tableaux de nus, quoiqu'il soit souvent difficile de les identifier, Tuke ayant tendance à mélanger les têtes et les corps et, reprenant ses huiles sur de longues périodes. Il faisait poser parfois différents modèles pour un même personnage.
.
Tuke et deux de ses jeunes marins sur son bateau la Julie
sailors1872.jpg
 
tuk13rowling.jpg
 Jack Rowling (1886)
JackRowling.jpg

tuk31.jpg

tuk32+rowling+%C3%A0+bord+du+Julie+of+na


Tuke et Johnny Jacket 
tuke_johnny_jackett_1896.jpg
Johnny Jacket posant Mercure (une des nombreuses études pour un tableau finalement détruit)
tuk23+jackett.jpg

Le garçon sur la plage de Newport est le jeune Thomas Lawrence, futur Lawrence d'Arabie

tuk16cadet+on+newport+beach+Thomas+Lawre


Ses premières œuvres sont narratives ou anecdotiques du type de la toile "Toutes les mains sur les cordes!" (1888-1889), par exemple, où l'on voit sept marins à bord d'un voilier dans une tempête luttant contre les éléments. Dans d'autres tableaux de cette période, Tuke place ses hommes nus dans des contextes mythologiques tel Cupidon et les nymphes de la mer (1898-1899).


Cupid%2Band%2Bthe%2Bsea%2Bnymphs.jpgCupidon et les nymphes de la mer (1898-1899) 

 


En 1886, le peintre achète son premier bateau, il en aura

Tuke, Newlyn - private collection

plusieurs. C'est un vieux brigantin français, la Julie de Nantes qui était en mauvais état et qui avait besoin d'une importante rénovation. Le bateau aurait couté à Tuke 41£, soit environ le prix qu'il a reçu à l'époque pour la vente d'un petit tableau. Avec l'aide de ses amis Arthur Tanner, John Downing et Jim Diamond, Tuke convertit le bateau en atelier flottant sur lequel il pourra développer sa passion pour la peinture des adolescents en toute discrétion. La plupart des modèles étaient des garçons du cru que les toiles montrent nageant, pêchant sur le bateau ou sur la plage.

 

.

tuke4.jpg


tuke3.jpg


tuke2.jpg


tuke1.jpg


Boys Bathing - Henry Scott Tuke - Hand-Painted Art Reproduction

 JohnnyJackett_Tuke.jpg

 

Portrait of Johnny Jackett


Tuke produisit aussi des travaux plus conventionnels sur des thèmes historiques et mythologiques. Ils sont plus facilement vendables que ces tableaux d'adolescents contemporains. Et puis ses toiles aux thèmes mythologiques lui permettaient aussi de placer des nus, mais les critiques de l'époque trouvaient le résultat plat, inanimé et conventionnel.


The Promise, Henry Tuke (1858 - 1929)
The Promise, Henry Tuke (1858 - 1929)

Tuke



The Steering Lesson

The Steering Lesson

Netting Lobster

Netting Lobster


Lors de ses voyages il peint également des paysages, souvent des aquarelles comme lors de son voyage à Venise en mai 1899.C'était sa troisième visite à la Sérénissime. Il y était venu spécialement pour peindre le portrait d'Horatio Forbes Brown (1854-1926), l'écrivain et historien, qui avait déménagé à Venise en 1879 avec sa mère. Pour les fétichistes des lieux je signale qu'alors Tuke avait dormi avec son ami Brown à la Casa Torresella, sur les Zattere...


stowing+the+headsails+1914.jpg

 

 

À partir des années 1890, Henry Scott Tuke abandonne les thèmes mythologiques et se consacre exclusivement à la peinture des garçons de la région, nageant et pêchant dans leur cadre habituel. En 1892, Tuke  voyage en Italie, à Corfou et en Albanie. A la suite de ce voyage sa palette s'éclaircit considérablement alors que certains de ses premiers portraits étaient caravagesques. Il utilise désormais des couleurs plus fraîches. Sa technique acquiert une nouvelle liberté. Son style se rapproche de l'impressionnisme. Il commence aussi à peindre de façon plus naturaliste, sa technique se libère. Une de ses toiles les plus connues pendant cette période est August Blue (1893-1894), une étude de quatre garçons nus se baignant à partir d'un bateau dans une eau cristalline sous un beau ciel bleu. Le tableau donne une image de la jouissance, de l'innocence, de la joie simples du soleil sur le corps, de la contemplation de la mer et du ciel bleu. Avec August blue, Tuke a créé un genre qui célèbre la beauté masculine et l'intemporalité de la jeunesse. Sa préférence pour des titres évocateurs plutôt que descriptifs vient de son admiration pour Whistler.


Tuke%252C_Henry_Scott_%25281858%25E2%258August Blue (1893) Tate Gallery 

Capture-d-ecran-2011-04-21-a-13.23.25.png

un hommage numérique à August blue


En 1886, Tuke est un membre fondateur du club anglais d'art Nouveau. Il est élu membre de la Royal Academy (RA) le 8 mai 1914.


Tuke+painting+%27the+fisherman%27.jpg

Tuke peignant


pinkie-brown: Henry Scott Tuke (English, 1858-1929), A boy with an oar, 1910. Oil on panel, 36.1 x 26 cm. (x)


L'homoérotisme de ses tableaux cause un certain malaise à l'époque. C'est sans doute pour cela que dans plusieurs toiles des années 1890, Tuke tente de situer ses études de nus masculins dans des contextes mythologiques tel "l'Amour et la Nymphes de la mer (1898-99). Si les peintures de Tuke évoquent clairement son attirance pour les adolescents, aucune d'elles n'est explicitement sexuelle. Le sexe des modèles est rarement montré et les sujets ne sont jamais en contact les uns avec les autres.

Le+maillot+orange++1915.jpg


SunBather_Tuke.jpg
Les+plongeurs++1898.jpg

Splendeur+matinale++1921.jpg

Dans  Noonday Heat (1903), par exemple, il représente deux jeunes gens qui se détendent sur la plage. Ils sont complètement absorbés par leur propre monde. Ils se regardent l'uns l'autre, peut-être engagés dans une conversation. Aucun regard s'adresses à l'éventuel spectateur, leur relation semble intime, exclusive, et ambiguë... De même, l'aquarelle, deux garçons sur une plage (1909) semble représenter une relation étroite et intense. Dans ce travail, l'absence d'un horizon renforce le sentiment d'intimité.


Tuke%2C_Henry_Scott_%281858%E2%80%931929

Two boys on a beach (A study in bright sunlight), 1909


Tuke développa des relations amicales avec ses modèles, mais il n'a jamais été prouvé qu'il ait entretenu des relations plus approfondies avec eux, que ce soit amoureusement ou sexuellement. On connait presque tous les noms des garçons qui posent sur pour les tableaux de l'artiste. Par exemple Tuke était très proche de Charli Mitchell, alors âgée de 15 ans, lorsqu'il pose pour première fois pour le peintre. Le garçon sera ensuite souvent employé comme modèle et il fut aussi un assistant du peintre. L'année de ses seize ans, en 1908, par exemple, Mitchell accompagne Tuke lorsque le peintre va à Shillinglee Park dans le Sussex pourt peindre le portrait du Prince Ranjitsinhji (portrait non localisé aujourd'hui) venu des Indes. Mitchell a posé dans des vêtements du prince pour la partie  du corps du portrait.  Même s'il est possible, et sans doute quasi certain, qu'il ait eu des relations sexuelles avec certains de ces jeunes hommes, il est également probable qu'il ait, comme beaucoup d'homosexuels de son époque, éprouvé le besoin de sublimer sa sexualité par l'art et dans des relations romantiques et platoniques.

 

TUKE-1924-012.JPG 

 

Capture-d-ecran-2014-04-22-a-07.53.56.jpg
.

Le baron Corvo, l'auteur d' d'Hadrien VII (1904) admirait l 'Oeuvre de Tuke. Il écrit de Venise en termes vifs et puissants toute son admiration: « Un peintre comme Tuke aurait le champ libre ici: car il n'y a pas un seul peintre pour peindre les jeunes vénitiens en équilibre sur les poupes très hautes, des gondoles sur la grande lagune, à l'aube blanche, quand les lueurs illumine leur chair blanche éclatante.  Tuke est le seul homme vivant qui pourrait faire des tableaux d' eux , et il ne les a pas vus ... ». Tuke a rencontré Frederick William Rolfe, alias le baron Corvo au domicile de Gleeson White, le rédacteur en chef du studio Il ne faudrait pas croire que Tuke, malgré la réticence qu'occasionnait le fait que les adolescents soient son sujet privilégié et qu'il habitât souvent loin de Londres ait été un artiste isolé et dénué de soutiens; il bénéficia en particulier de celui indéfectible de Charles Kains-Jackson, ex-avocat, rédacteur en chef de "L'Artiste" en 1888, et leader d'une coterie homosexuels, qui comprenait nottamment E. Bonney-Steyne et Joseph Gleeson White... 


image15631.jpg

Noonday Heat, 1911

 

 

fotocopi: Henry Scott Tuke —- Study for ‘Aquamarine’ c.1927

 

Henry Scott Tuke —- Study for ‘Aquamarine’ c.1927


Il serait réducteur de limiter l'oeuvre de Tuke à ses célébrations d'un naturisme apollinien. La grande connaissance de Tuke de la voile donne à ses peintures de pêcheurs de Cornouailles une vérité incomparable grâce à son attention portée aux détails et à sa connaissance de la vie de ceux qu'il représente. Les toiles de ce genre comme  "marins Yarning" (voir ci-dessus) ont la même sincérité que ses études d'adolescent. "Marins yarning" est emblématique de sa manière par le fait qu'elle intègre une foule de détails qui attire l'œil tel celui de la tasse en émail qui attrape un éclaire de soleil, ou encore le faisceau qui brille sur le dessus de la cuillère...


Sketchgleamingwaters_Tuke.jpg

Capture-d-ecran-2012-01-05-a-14.07.47.jpg

File:Tuke - Frank Hird - a comission for Lord Ronald Gower - colored chalks (29 x 24 cm.), 1894.jpg

À cause de ses sujets particuliers, Tuke n'arrivait pas à vendre beaucoup de ses œuvres, excepté dans les cercles restreints des collectionneurs d'art homosexuels. Il arrive néanmoins à vivre assez confortablement de son art car il était aussi reconnu comme portraitiste. Il a acquiert un atelier à Londres où il a passe les hivers. Il y travaille habituellement sur des commandes, surtout des portraits. Son travail dans ce domaine est très apprécié. Il a peint des personnalités aussi éminentes en Angleterre à l'époque que les joueurs de cricket WG Grace et Ranjitsinhji (Ranji) , deux des meilleurs joueurs de cricket de l'histoire du jeu, et surtout celui de Thomas Edward Lawrence (mieux connu sous le nom de Lawrence d'Arabie). Durant toute sa carrière Tuke alternera les portraits qui sont un peu son travail "alimentaire" et ses compositions célébrant la beauté adolescente. Son envoi en 1902 pour l'annuel et très officiel the Royal Academy's summer exhibition se compose de quatre tableaux, deux portraits et deux scènes maritimes avec des garçons, Ruby, Gold & Malachite et The Run Home. Un chroniqueur de l'époque mentionne que les toiles de Tuke sont bien accrochées et rencontre un grand succès.


Henry%2BScott%2BTuke_Ruby%252C%2Bgold%2B Ruby gold & malachite (1902) 



Home Run a été peint peint à bord du bateau  de Tuke. On y voit pour la première fois son nouveau modèle, Bert White, un jeune ouvrier de dix-sept ans qui travaillait à la fonderie locale. En tant que disciple de Jules Bastien-Lepage , Tuke souscrit à la philosophie de Millet qui voyait les paysans et les membre de la classe ouvrière pauvre comme les sujets privilégiés pour le grand art.


 Study+of+a+boy+1919.jpg


summer+dreams+1919.jpg

On peut dire aussi que Tuke est un portraitiste de... navires. Il s'est aussi intéressé au travail des marins.


Capture-d-ecran-2012-01-05-a-15.45.51.jpg


The%2BMissionary%2BBoat%2B%25281894%2529Le navire missionnaire (1894) 

Moored Clippers, 1914
Moored Clippers, 1914

Barque%2Band%2BTug%2B%25281922%2529.jpgRemorqueur  (1922) 

File:H. S. Tuke Four Masted Barque 1914.jpg

 

L'artiste est aussi un aquarelliste accompli, en 1911, il devint membre de la Royal Society Aquarelle. Il a également travaillé avec des pastels. Il a exécuté une unique sculpture, The Watcher, dont cinq bronzes ont été réalisés. Il a également exécuté des paysages marins.

The watcher  1916 Henry Scott Tuke


tuke%20watercolour%20copy.jpg

Boy (Charlie Mitchell) and His Dog at the Beach


Studymorning_Tuke.jpg
Tuke177.jpg

Return From Fishing, 1907

Return From Fishing, 1907

Man In A Rowing Boat, 1907

 Man In A Rowing Boat, 1907

Henry Scott Tuke  1907 - Italian man with hat

italien, 1907



Tuke 

Bien qu'une partie du monde de l'art britannique considérait Tuke comme un peintre un peu sulfureux il avait néanmoins une réputation établie et suffisante  pour lui permettre de vivre correctement de son art et de voyager, une autre de ses passions, en France, en Italie, comme aux Indes. En 1900, un dîner fut donné en son honneur à la Royal Cornwall Polytechnic Society. Il serait donc erroné de se représenter Tuke comme un marginale. Lors de ses séjour hivernaux à Londres, il avait une importante vie sociale. Il se rendait régulièrement aux réunions qu'organisait Charles Jackson Kains. Jackson, écrivain et photographe amateur dont Whitman était le mentor, à son domicile sur le Lower Mall, près du pont de Hammersmith presque tous les jeudi soir. Ces réunions étaient fréquentées par un cercle restreint d'artistes, écrivains, poètes et photographes on y rencontrait John Addington Symonds, John Gabrial Nicholson, Charles Mason Fox, Laurance Housmann, George Cecil Ives et Tuke lui-même. Le procès d'Oscar Wilde essais encore  dans leur mémoire et pour cette raison leurs rencontres étaient discrète. Ces messieurs y échangeaient des photos et avaient des discussions philosophiques sur la beauté de l'idéal grec...


tukerare2.jpg

tukerare3.jpg


tukerare5.jpg

 

Tuke était également proche de William Frederick Yeams (1835 à 1916), une figure bien connue de l'Académie dont il fut le bibliothécaire de nombreuses années, et du peintre Américain William Mark Fisher (1842-1923) et de son voisin George Clausen (1852-1944).


Johnny Jackett


Belize%252B1924.jpg Belize 1924         

En 1923, Tuke visite la Jamaïque et l'Amérique centrale. Il y produit quelques belles aquarelles. Il pénètre à l'intérieur du Belize où il est tombe malade et contraint de rentrer en Angleterre. Il ne se remit jamais bien que sa passion pour le voyage est restée intacte jusqu'à son dernier jour. Après une longue maladie, il décéde à Falmouth en 1929. Il est enterré au cimetière de Falmouth. 

La touche est clairement visible sur les toiles de Tuke. Son rendu est quasi impressionniste, à une époque où la technique lisse et le fini irréprochable du néo-classicisme sont préférés par les critiques et le public. Ce qui fait la particularité de Tuke c'est son grand sens de la couleur et son talent pour figurer la lumière naturelle dans les nuances douces et fragiles de celle de l'été anglais.   Si les sujets de ses peintures avaient été plus orthodoxes, Tuke aurait pu compter parmi les peintres britanniques majeurs. Mais ses choix en firent un peintre de niche, enfermé par son thème.

Si Tuke est connu pour peindre en plein air sur le motif, mais aussi en atelier avec des modèles, il n'est pas douteux que ce grand amateur de photographies en utilisait pour certaine de ses toiles. Comme le montre l'extraordinaire proximité entre un de ses tableaux et une célèbre photo de Sutcliffe.



Lieu+de+plong%C3%A9e++1907+the+model+was

Il ne faudrait pas considérer l'oeuvre de Tuke hors de son contexte historique, ce qu'incite le choix de ses sujets récurrents. En filigrane de ses représentations d'adolescents baignés de lumière on peut y lire:  l'esprit sain dans un corps sain. C'est une devise écrite en grosses lettres sur chacune des toiles à laquelle l'artiste a mis la main. Ce souci hygiéniste le rapproche de son contemporain, le peintre suédois Eugène Jansson (1862-1915), autre grand admirateur du corps masculin. A la même époque, en Angleterre d'autres artistes représentent des baigneurs nus sans alibi mythologique comme Edward Stott (1859-1918) et l'Américain William Mark Fisher (1841-1923).  Les images  de jeunes hommes en bonne santé exerçant sur les plages de Cornouailles peintes par Tuke s'insère dans les débats qui font rage au début du XX ème siècle sur la santé, la sélection naturelle et l'eugénisme. Ce sont des préoccupations très présentes de la classe moyenne urbaine et intellectuelle dans les premières années du XX ème siècle. Dans son empressement à devenir alors l'atelier du monde (on peut faire le parallèle avec la Chine d'aujourd'hui), la Grande-Bretagne a créé des conditions de vie misérable pour les ouvriers dans ses villes industrielles. Il y avait aussi une interrogation par la population anglaise créée par les pertes tragiques subit par l'armée britannique embourbée dans la guerre des Boers. Pour peut être la première fois, la virilité britannique était remise en question, certains voyaient là, une dégénérescence de la races britannique primitives. À l'ère de l'impérialisme triomphant, les Britanniques, avec les discours de Gladstone, avait grandi dans la croyance en leur supériorité raciale. Elle paraissait à l'aube du XX ème siècle menacée...

Si tuke peignait sur le motif, avec son ou ses modèles face à lui, comme en témoignent plusieurs photographies le montrant au travail, il réalisait aussi des photographies de ses modèles, voir immédiatement ci-dessous, pour peindre dans son atelier.



tukeandmodels.jpg 



447px-Tuke%2C_Henry_Scott_%281858%E2%80%
Under the western sun, 1917

Tuke%2C_Henry_Scott_%281858%E2%80%931929
Nude on the rocks, ca. 1917

Tuke%2C_Henry_Scott_%281858%E2%80%931929
Youth on beach, 1920

File:Tuke, Henry Scott (1858–1929) - Charlie Mitchell.jpg

Il y avait donc, comme Joseph A. Kestner l'a souligné, un parallèle qui était souvent fait entre les jeunes Britanniques et les Grecs de l'Antiquité. Pour Kestner, Tuke était «le plus grand peintre de l'homme nu dans la peinture victorienne» (Joseph A. Kestner, masculinités dans Victorian Painting, 1995, p. 259). Un volet important de la peinture victorienne illustré, certes de manière différente, par Lawrence Alma Tadema, Edward Poynter et Frédéric Leighton,  tendait vers l'exemple de l'idéal grec. Tuke était grec dans le sens où un beau corps, pour le spectateur Edwardian, signifiait une belle âme.


Tuke%2C_Henry_Scott_%281858%E2%80%931929
The three companions, 1905


Tuke%2C_Henry_Scott_%281858%E2%80%931929
Two boys and a dog, ca. 1914

Bailing_Tuke.jpg

1922
Tuke%2C_Henry_Scott_%281858%E2%80%931929
Figure study for Aquamarine, 1928

Aquamarine.jpg

Aquamarine (1928)


Le tableau immédiatement ci-dessus, "Aquamarine"" (1928-29) fut très probablement le dernier tableau auquel il travailla. Après sa mort en 1929, la réputation de Tuke s'étiola. Il fut presque oublié jusque dans les années 1970, pour être redécouvert par la première génération d'artistes et de collectionneurs d'art ouvertement homosexuels. Il est depuis devenu une figure des cercles culturels gays, objet de plusieurs publications et on assiste à une certaine inflation des prix de ses tableaux lors des différentes ventes aux enchères.


The Fisherman Poster

Deux importantes expositions se sont tenues en juillet 2008, en Grande Bretagne la première à Truro (au Royal Corwall Museum). Elton John, qui a beaucoup d’admiration pour Henry Scott Tuke, a prêté onze tableaux de sa considérable collection personnelle pour l’exposition. La seconde s'est déroulé à Falmouth (à la Falmouth Art Gallery) en Cornouaille, la région où Henry Scott Tuke (1858-1929) exerça son art et aussi durant ses voyages. La Fine Art Society de Londres lui a consacré, quant à elle, une exposition du 21 juillet au 28 août 2008. Afin de célébrer le 150 ème anniversaire de la naissance du peintre. Son travail peut être vu dans les collections publiques en Grande-Bretagne, par exemple à Falmouth, Plymouth, Truro, Bristol, Leeds, Nottingham et Londres à la National Portrait Gallery et Tate Gallery et aussi à la National Gallery of Australia, de Canberra et l' Art Gallery of New South Wales, à Sydney. De nombreux originaux de Tuke sont désormais détenues par Elton John. Mais attention, la dernière fois que je suis allé à la Tate Gallery, l'an passé, je n'y ai vu aucun tableau de Tuke.




The%2BBathers%2B%25281889%2529.JPGBaigneurs (1889)

9-henry-scott-tuke-noonday-heat-1902.jpgChaleur de midi (1903)

Midsummermorning_Tuke.jpgMatin d'été (1908)

July%2BSun.jpgDim. Juillet (1913) Royal Academy of Arts (Londres)

A%2Bbathing%2Bgroup%2B1914.jpgBaigneurs (1914) National Gallery of Australia

Tuke%2C_Henry_Scott_%281858%E2%80%931929
The youth in white trousers



tumblr_kysr9c9t3i1qaz0bso1_500.jpg
After the bathe



untitled5.bmp
.
mauriboy: Henry Scott Tuke, A standing male nude 1914
.
henry_scott_tuke_portrait_te_lawrence_pr
Portrait of T. E. Lawrence, 1922

tukesunbathers_hi.jpg
The Sunbathers

Capture-d-ecran-2012-01-05-a-17.09.25.jpg

Capture-d-ecran-2012-01-05-a-17.06.21-copie-1.jpg


Girlonbeach_Tuke.jpg

The%2BMarket%252C%2BBelize%252C%2BBritisLe marché, le Belize (1924)
HSTUKE1.jpg
HSTUKE2.jpg
Picture+185.png
The Bather (1924)
HSTUKE3.jpg
Henri Scott Tuke, ca. 1877, Royal Cornwall Polytechnic Society, Tuke Collection, Falmouth, UK

Tuke painting 'A woodland bath' - 1891 - private collection
le peintre sur le motif
.
Ralph Nicholas Chubb ,  Glyn Warren Philpot (1884-1937) , Duncan Grant (1885-1978) , JOHN MINTON,  Les garçons de Lucian Freud,  Lucian Freud 1922 - 2011,  Oliver Frey, alias Zack,  pour se souvenir de Bacon à la Tate Britain en 2008,   Henry Scott Tuke (réédition complétée)Philip Whichelo (1905-1989) Study of a Nude Boy,  Keith Vaughan (1912-1977)Albert Wainwright,  Francis Campbell Boileau Cadell (Ecosse, 1883-1937),  JOHN MINTONPeter Samuelson (1912 - 1996),  Christopher ’’Kit’’ Wood,  Edward Burra (1905-1976)David Hockney au musée Guggenheim de BilbaoLes polaroids "joiners" de David Hockney,  David Hockney chez Claude Bernard, il y a si longtemps,  Michael Ayrton (réédition actualisée) , William Bruce Ellis Ranken (1881-1941),  S. J. Peploe, Boy reading, 1920,  Robert Sivell, bathers,  Paul AllamCovan Corrigan,  Sylvia Sleigh (1916-2010)Stephen Tennant (réédition augmentée)
   
A ces britanniques il ne me semble pas abusif d'y ajouter les peintre australiens George W. Thomas Lambert et  Donald Friend (1915 -1989)  ainsi que le sud-africain Philip Swarbrick  

Publié dans peinture

Commenter cet article

JACK 02/11/2013 23:38

EXCELLENT article "EN FRANCAIS DANS LE TEXTE", avec votre touche personnelle éclairante... avez vous rédigé un article sur Sutcliffe ?

lesdiagonalesdutemps 03/11/2013 08:49



Merci, cet article est une reprise. Sur Sutclife je n'ai pas grand chose. Je connais ses photos. Il doit s'en trouver sur le blog. Je sais qu'il en avait sur l'ancien.


Je suis toujours à la recherche d'informations sur ces artistes.