Guido Reni, Atalante et Hippomène, 1612

Publié le par lesdiagonalesdutemps





Enchanté du succès (1) d'Atalante, Iasos la reconnut enfin comme sa fille; mais, lorsqu'elle arriva au palais, les premiers mots du roi furent : "Mon enfant doit prendre un mari !" C'était une phrase désagréable car l'oracle de Delphes l'avait prévenue de ne pas se marier. Elle répondit : "Père, j'y consens à une seule condition : c'est que tout prétendant à ma main devra me vaincre à la course, sinon, si c'est moi qui suis victorieuse, je le tuerai." "D'accord", dit Iasos.
De nombreux princes infortunés périrent ainsi, car elle était la plus rapide des mortelles; mais Mélanion, fils d'Amphidamas l'Arcadien, demanda l'assistance d'Artémis. Elle lui donna trois pommes d'or et lui dit : "Tu retarderas Atalante en laissant tomber ces pommes d'or, l'une après l'autre, pendant la course." Le stratagème réussit. Atalante s'arrêta à chaque fois pour ramasser une pomme et atteignit le poteau d'arrivée après Mélanion.

Le mariage fut célébré, mais l'avertissement de l'oracle se trouva justifié car un jour, comme ils passaient devant un sanctuaire de Zeus, Mélanion persuada Atalante d'y entrer et là, il s'unit à elle. Indigné que son sanctuaire ait été profané, Zeus les changea tous deux en lions : car les lions, croyait-on alors, ne s'unissent pas entre eux mais avec des léopards, et ainsi ils furent privés du corps l'un de l'autre. C'était là la punition d'Aphrodite à l'égard d'Atalante, d'abord parce qu'elle s'était obstinée à vouloir rester vierge et ensuite parce qu'elle avait été ingrate dans l'affaire des pommes d'or. 

Mais d'aucuns disent qu'avant cela, Atalante avait été infidèle à Mélanion et qu'elle avait donné à Méléagre un enfant nommé Parthénopaeos, qu'elle exposa sur la même montagne où elle avait été elle-même allaitée par une ourse. Il survécut, lui aussi et, par la suite, vainquit Idas, en Ionie,  et marcha avec les Sept contre Thèbes. Selon d'autres, c'est Arès et non pas Méléagre, qui était le père de Parthénopaeos; le mari d'Atalante n'était pas Mélanion mais Hippoménès; quant à elle, elle était la fille de Schoenée qui régnait à Onchestos, en Béotie. On ajoutait qu'Atalante et Hippoménès avaient profané un sanctuaire, non de Zeus mais de Cybèle qui les changea en lions et les attela à son char.

Publié dans peinture

Commenter cet article