Graeme Metz photographié par Cecilie Harris

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.26.08.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.23.57.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.23.32.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.23.01.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.22.47.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.22.35.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.22.14.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.22.02.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.21.47.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.21.35.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.21.16.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.21.02.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.20.48.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.20.35.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-01-19-a-09.20.22.jpg

      .

.

Pour retrouver les images de Cecilie Harris sur le blog: Jordan Taylor,  Tom & Jack photographiés par Cecilie Harris , Paddy Mitchell photographié par Cecilie Harris ,  Elliott Stevens photographié par Cecilie Harris,  Luke Worrall photographié par Cecilie Harris,  Paddy Mitchell photographié par Cecilie Harris (2),  Matthew et Will photographiés par Cecilie Harris,  Sim & Tom photographiés par Cecilie Harris,  Paul Paul & Toby photographiés par Cecilie Harris,  boys of a scandinavian paradise par cecilie Harris,  Daniel photographié par Cecilie Harris,  Jake,  Dovydas photographié par Cecilie Harris,  ROMAN KEMP & SAM HARWOOD photographié par Cecilie Harris,  Tom photographié par Cecilie Harris,  Max Wallis & Omar Majiauk photographié par Cecilie Harris,  Ben Waters photographié par Cecilie Harris,  Paul Farley et Toby Binge photographiés par Cecilie Harris,  Jed Texas photographié par Cecilie Harris,  Harry photographié par Cecilie Harris,  Fionn Creber photographié par Cecilie HarrisCecilie Harris photographie Charlie,  Cecilie Harris photographie Alexandre SzmytkoCecilie Harris photographie Tim Schuhmacher,  Cecilie Harris photographie GundarsCecilie Harris photographie Otto,  Cecilie Harris photographie Niclas,  Cecilie Harris photographie Roman Kemp,  Cecilie Harris photographie Alexandre,  Cecilie Harris photographie TeoCecilie Harris photographie Youri,  James B. photographié par Cecilie Harris,  Cecilie Harris photographie Jacobs,  James B photographié par Cecilie Harris,  Matthew Jackman photographié par Cecilie Harris,  Chris Field photographié par Cecilie Harris ,  Cecilie Harris photographie Jacob Scott,  Thibaut photographié par Cecilie Harris,  Graeme Metz photographié par Cecilie Harris,  Jakob Landvik photographié par Cecilie Harris,  Max Wallis photographié par Cecilie Harris,  Charlie Wheelhouse photographié par Cecilie Harris,  James Newhouse photographié par Cecilie Harris ,  Philip Ellis photographié par Cecilie Harris,  Flint photographié par Cecilie HarrisGraeme Metz photographié par Cecilie Harris

Publié dans modèles et mannequins

Commenter cet article

xristophe 08/05/2014 14:38

Il n'y a pas de "liberté" - et je n'emploie jamais ce mot dans ce contexte : je ne suis pas non plus (vous vous en êtes peut-être facilement aperçu) pour la "modernité-façon... moderne"
(c'est-à-dire un "concept", disons, journalistique... qui toujours exista sans doute, mais est devenu avec les media envahissants omni-crétinisant). Les "archétypes" dont je parlais (qui sont un
furet après quoi l'on court, un furet conceptuel, et une virtualité de l'avenir autant que du passé, une hypothèse intéressante) ne sont cependant pas n'importe quoi : c'est en trouvant du neuf, en
art, qu'on reconnaît la chaine à laquelle on est attaché sans le savoir : on se croyait peut-être libre et on découvre qu'on a forgé un nouveau chainon... (De dites-vous de ça ?)

lesdiagonalesdutemps 08/05/2014 21:29



On se croyais libre et l'on a forgé un nouveau chainon... Superbe et O combien vrai



xristophe 08/05/2014 01:23

Dans la photo de mode, les "conventions" c'est vrai sont le seul aliment semble-t-il d'une "inspiration" qui croit vivre de son noble dessèchement et se dégrade dans son exiguë consanguinité
stérile. Il me semble que seul l'humour peut pasticher les conventions en réussissant qqch. La vraie "règle" sinon est d'ignorer les conventions c'est-à-dire, le sachant ou pas, de les réinventer -
et c'est alors aux archétypes et non au conventions qu'on a affaire... ne croyez-vous pas ?

lesdiagonalesdutemps 08/05/2014 08:24



Je ne suis pas un admirateur de la nouveauté comme il n'est pas bien difficile de s'en apercevoir en parcourant le blog et encore moins du pastiche. Je préfère les gens qui travaillant dans une
convention la fait bouger d'un petit pas. J'ai toujours pensé que de la contrainte naissait l'art et la grandeur et qu'en un mot la liberté est souvent le cache sexe de l'insignifiance.



xristophe 07/05/2014 22:33

Il ne suffit pas de ne pas sourire ; si la pause "sans sourire" pèse sa tonne de plâtras conventionnel elle sera pire que le pire sourire Gipps mais ne passera jamais, elle, au stade même du plus
vague kitch rétro. (J'avoue, je trouve cette Cécilie navrante, et je me demande pourquoi elle s'obstine dans la photo...)

lesdiagonalesdutemps 07/05/2014 22:58



Je suis bien sûr pas de votre avis sauf à propos du mot convention, il y a en effet des conventions dans les pauses en photographie (comme en peinture) il est vain de vouloir aller contre cela.
C'est l'honneur des artistes de se plier aux conventions pour les transcender. Cela s'appelle le classicisme.



JACK 07/05/2014 16:29

Je le sais, vous aimez les garçons et modèles semblant "être en souffrance" fut elle affectée,en celà Cecila Harris excèle, je n'ai pu m'empêcher de le souligner. heureusement vous aimez aussi "la
joie de vivre", non affectée, et très souvent méditerranéenne aussi...

lesdiagonalesdutemps 07/05/2014 19:49



Vous avez raison j'aime les garçons en souffrance comme vous dites, c'est assez rigolo cette formule (mais souffreteux ne veut pas dire cela mais maladif) ou plus exactement je n'aime pas les
images où les garçons sourient, c'est rarement joli (parfois c'est beau mais c'est rare). Ce qui est très banal tous les photographes pensent cela et Cecilie Harris en bonne professionnelle pour
ne pas trop gâcher de cliches ne dit pas à ses modèles de prendre des mines rejouies. En revanche j'aime la photo de mouvement que j'ai beaucoup pratiquée d'ou peut être ce que vous appelez la
joie de vivre. Si les méditerranéens semblent posséder plus la joie de vivre que les nordistes, ce qui n'est pas sur, c'est simplement que le temps est plus clément chez eux et qu'ils peuvent
donc s'adonner à plus d'activités de plein air.



JACK 07/05/2014 11:16

il me semble bien "souffreteux"....

lesdiagonalesdutemps 07/05/2014 11:47



j'aime ces "souffreteux" de ce style (et celui de la photographe).