Gonzalo Orquín

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 


Gonzalo Orquín est né à Séville en 1982. En 2004, il s'installe à Rome, où il est resté comme captif par la lumière magique de la ville éternelle. Il expose dans diverses villes espagnoles et italiennes et aussi à Paris et à Berlin. Il met l'accent sur sa participation à l'exposition sur de von Gloeden à Pierre et Gilles, réalisée par Vittorio Sgarbi, qui a eu lieu à Florence, en 2007, et qui, en raison de la censure, n'a pas pu se dérouler à Milan, en raison de l'interdiction du maire Letizia Monti qui jugeait la manifestation scandaleuse. 
Sa peinture opte pour un figuratifqui ne renonce pas aux apports de la peinture classique tout en regardant irrémédiablement vers la modernité. 
Espagne, certaines de ses œuvres sont exposées dans des collections privées et publiques, comme la tauromachie Museum de El Palmar, l'ordre de San Juan de Dios à Séville et le Musée archéologique de séville.
Rien ne semble exceptionnel à le œil nu dans la peinture de Gonzalo OrquínEt cependant, les regards sont inévitablement piégés par ce magnifique et irréel quotidien qui respirent dans ses peintures. Toutes les petites choses qui nous entourent chaque jour qui sont vagues et imprécises pour nous, à cause de notre perception ténue embourbée dans la paresse de la suite des jours, sont, toujours exquises révélées par les travaux de Gonzalo Orquin... Toute une intimité, un univers ocre et anatomiques est exposé aux yeux du spectateur, dans une épiphanie à la fois étrange et poétique, que semble submerger la complicité et l'enchantement.
Dans les peintures et les dessins de Gonzalo Orquín, le corps de l'homme prend un nouveau sens. Ses clins de œil latiniste sont indéniables. La chair se sublime, devient presque transparente, satinée. 

 
























Publié dans peinture

Commenter cet article

mesfleursenphoto 13/05/2012 13:46

Superbe ces dessins et ces peintures !!