fraternité complémentaire

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Michel ne dédaignait pas de passer pour un snob et s’orientait assez adroitement parmi les snobismes opportuns et ceux qui sont de pures affectations. Guillaume, moins agile à détecter ces nuances, en gardait un oeil d’autant plus propre à faire sérieusement le point, et la nécessité de cette opération s’imposait souvent. Michel allait de l’avant, en fourrageur, rentrait avec des proies inégales, parfois assez grièvement désarçonné ; Guillaume occupait des positions travaillées en profondeur, solidement étayées. Dans les heures où ils revenaient à la chère étude d’eux-mêmes, ils se félicitaient longuement de leur “fraternité complémentaire”, ce roc où l’on reprenait souffle, d’où l’on pouvait faire face au monde entier, sans gloriole mais sans timidité, avec son petit baluchon, ramassé au temps naïf des collèges et des provinces, mais que l’on ne renierait jamais, qui enfermait quelques pièces d’or que l’on ferait toujours sonner fièrement.» 

Les deux étendards, Lucien Rebatet.

Publié dans citations

Commenter cet article