Foro italico (3), Rome

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 DSC03885.JPG

 

 

Tout nus la plupart, pourvus d'organes génitaux soigneusement et puissamment modelés, les soixante athlètes de marbre du Foro Italico de Mussolini forment la plus longue galerie et la collection la plus variée de fantasmes homosexuels qui soient jamais parues au monde. Ce stade n'attire guère de visiteurs ; il n'est pas inscrit parmi les monuments que les tours guidés de Rome proposent aux touristes. C'est pourtant une des curiosités les plus étonnantes de la ville éternelle, et à bien des égards une des plus belles. En tout cas, l'ensemble le plus cohérent de statues élevé depuis la ruine du monde antique. Si elles dérangent autant, si elles font honte, si on cherche à les faire oublier, est-ce seulement parce qu'elles portent une marque politique infamante ? 

 

Le rapt de Ganymède, Dominique Fernandez


 

DSC03886.JPG

 

DSC03887.jpg

 

DSC03888

 

DSC03889.JPG

 

DSC03890.JPG

 

DSC03891.jpg

 

DSC03892.JPG

Rome, mai 2012

 

 

Pour voir d'autres images de Rome sur le blog:  Musée National Romain - Palazzo Altemps, Rome,  Dans la cour du palais Spada à Rome,  Les chats du forum à Rome,  Le Foro ItalicoHockeyeur au foro italicoLes mosaiques du foro Italico ,  En se promenant dans les rue de Rome,  Galleria Nazionale d'Arte Antica dans le Palazzo Barberini,  En se promenant dans les rues de Rome (2),  Museo Nazionale Romano, Palazzo Massimo alle Terme, Rome,  En se promenant dans les rues de Rome (3),  Museo Atelier Canova Tadolini, Rome,  En se promenant dans les rues de Rome (4),  promenade romaine,  dans les églises de Rome,  L'autel Ara Pacis Augustae à Rome,  Le cloitre de Michel-Ange à Rome,  Foro Italico à Rome,  Rome, Foro Italico (2),  fin d'après midi d'hiver ensoleillée à Rome,  En été à Rome,  Rome, la villa d'Hadrien,  Villa Hadrien, RomeForo italico (3), Rome

Commenter cet article

argoul 28/02/2014 18:29

Vous avez raison sur l'espoir communiste et fasciste/nazi. Donc sur la vitalité artistique initiale. Mais très vite l'Organisation et la "ligne" ont pris le pas sur la créativité individuelle. Le
"réalisme socialiste" est devenu une suite de représentations kitsch pour obéir au politiquement correct stalinien.
Les racines de la peinture russe viennent principalement de Suède où, effectivement, l'observation minutieuse de la nature et des paysages envahissent la peinture, comme dans tous les pays
nordiques. Est-ce par longue histoire culturelle ? Les Vikings étaient des artistes souvent réalistes, parfois fantastiques. Est-ce à cause de la lumière particulière, faible et diffuse, qui fait
ressortir les détails plutôt que les contrastes ? Il y a eu de belles expos à Paris ces dernières années sur cette peinture nordique. Je ne connais de rétrospectives récentes pas sur le réalisme
socialiste, ni même un engouement. Il y a eu à l'inverse, engouement pour l'abstrait des débuts de la révolution bolchevique et pour la créativité artistique "révolutionnaire" jusqu'à ce que
Lénine, puis Staline, mettent l'étouffoir sur les moeurs (dites égoïstes), l'expression subjective (qualifiée de petite-bourgeoise) et sur l'art en général (au service du "peuple" = le parti = sa
ligne).
Pour le fascisme, son style de sculpture n'a pas connu de reviviscence après guerre. Seule la sculpture nordique (encore) avait une tradition réaliste et a poursuivi (à Oslo et Copenhague
notamment).
Je persiste à préférer la plastique équilibrée d'Alix aux outrances des Hercules du Foro. Mais c'est une sensibilité personnelle.

lesdiagonalesdutemps 28/02/2014 21:31



Merci pour ces commentaires. On pouvait voir dans l'exposition masculin masculin un bel exemple de réalisme socialiste fortement teinté d'homo érotisme. J'ai vu il ya quelque temps une petite
exposition d'affiches maoistes très belles à mon gout pour certaines au musée Miro de Barcelone. Pour la peinture abstraite je parlais en général en effet il y a un grand intérête pour les
constructivistes russes Il en y avait une belle exposition au musée Maillol à Paris.


Vous avez parfaitement raison Copenhague est un paradis pour les amateurs de scuptures réalistes. On y trouve en plus des artistes locaux un grand nombre de statues françaises du XIX ème siècle.
Ce courant est encore vif aujourd'hui, voir le "sirein" qui un temps a concurencé la célèbre petite sirène. J'ai photographié tout cela il y a trois ans lors de ma visite de la capitale danoise
(c'est sur le blog en cherchant bien). J'apprécie moins les sculptures du Vigeland parc d'Oslo que j'ai également photographié lors d'un voyage à Oslo en 1984. Ce sera sans doute sur le blog un
jour... 



argoul 28/02/2014 14:22

Je parle de la sculpture, pas des sociétés.
La violence est justement un indice d'énergie intime, alors que l'organisation est une administration collective.
La sculpture du socialisme réel n'est apparue que sur l'imitation de la sculpture mussolinienne puis nazie. Auparavant, la guerre civile empêchait tout artiste d’œuvrer et l'idéologie officielle de
triompher. Ensuite, il s'agissait de rivaliser. Même chose avec les grosses bagnoles des dirigeants dans les années 50 : la Tchaïka était l'imitation mimétique de la Cadillac américaine. Rien qui
vienne de la création intime, mais la volonté de voir qui avait la plus grosse.
D'où le désintérêt "historique" ou "universel" de cet art qui était pur squelette, carton pâte, sans rien à l'intérieur.

lesdiagonalesdutemps 28/02/2014 14:53



Toujours partiellement pas d'accord. Vous avez parfaitement raison en ce qui concerne "les grosses bagnoles" des dirigeants ce qui est amusant c'est que je peux vérifier ce que vous dites de visu
puisque j'ai les deux modèles réduits au 1/43 ème (je les collectionne et j'ai deux vitrines les contenant devant moi alors que je rédige cette réponse) de ces voitures. Pour la sculpture je vous
l'accorde mais en ce qui concerne la peinture, la technique des peintres du réalisme socialiste n'est pas sortie de nulle part. Elle vient des écoles des beaux arts tsariste où l'on enseignait le
dessin et la peinture naturaliste d'une manière très poussee cela continue plus ou moins encore aujourd'hui d'où des peintres avec un savoir faire très supérieur à leurs homologues occidentaux.
Il suffit de voir les récentes expositions des peintres contemporains venu de Russie (et de Chine). Dire que ces peintures étaient un art vide, cest aller un peu vite pour une minorité de ces
peintres pour ces artistes comme pour de nombreux hommes, le communisme et le fascisme ont représenté à un moment de l'Histoire un espoir, le nier est une vision amnésique de l'Histoire. Ces
peintres (la peinture est l'art que je connais le moins mal) avaient à coeur de transcrire leur foi dans leurs toiles. Bien sûr cela, d'une part a été éphémère et pour beaucoup n'était
qu'opportunisme (mais ils n'ont pas le monopole de l'opportunisme ni du suivisme). Je constate que le désintérèt historique pour ces courants artistiques diminue et je m'en félicite, espèrons que
cela ne sera pas au détriment d'autres courants, on peut par exemple que constater qu'en Europe l'abstraction est négligée... 



argoul 28/02/2014 13:33

Pas d'accord : c'est la différence entre Carlyle et Nietzsche. Le volontarisme énergique n'est pas l'énergie (qui sourd de l'intime). Les Grecs ont dégénérés en Romains, qui ont dégénérés en
fascistes, puis en réalistes communistes. Quel appauvrissement !

lesdiagonalesdutemps 28/02/2014 14:08



C'est votre point de vue qui n'est pas le mien. Curieusement les anciens grecs jouissent d'une sorte d'aura morale que d'ailleurs de nombreux historiens aujourd'hui remmettent à juste titre en
question. Les guerres entre les cités étaient souvent très violentes. D'autre part l'organisation politique romaine impériale était infiniment plus élaborée que celle des grecs, contraint qu'elle
était par le contexte géopolitique, l'étendu de l'empire... On peut que constater que le modèle romain a eu une descendance plus notable que le grec. L'organisation de systèmes aussi différents
que l'empire ottoman ou l'Etat américain s'en sont inspirés. D'autre part on ne peut pas dire que l'esthétique fasciste a dégénéré en réalisme communiste. Ces deux courants étant concomitants.
Soit pour le volontarisme énergique là encore votre jugement me parait être oblitéré par la doxa démocratique et concensuelle ambiante. C'est une vision de l'Histoire et de l'esthétique dans
l'Histoire certes majoritaire aujourd'hui mais il y a d'autres points de vues, pourquoi ceux-ci seraient ils obligatoirement erronés?



argoul 28/02/2014 10:45

C'est surtout, à mon avis, que ces statues sont outrancières. Une vraie caricature péplum du macho bodybuildé qui date... Rien d'harmonieux dans ces squelettes lourdingues, dans ces poses
déjantées.

lesdiagonalesdutemps 28/02/2014 12:31



L'outrance est-elle condamnable?  Pour moi de ces statues purement fascistes sourdent de cette énergie qui était l'aspect positif de cet idéologie.