Florent Routoulp

Publié le par lesdiagonalesdutemps


 
La sexualité des jeunes hommes est le thème majeur  de Florent Routoulp alias  Chocolat-Poire ou Poire-Chocolat, c'est selon. Florent aka Routoulp est un artiste montpelliérain de 22 ans qui aujourd'hui vit et travaille à Paris. Il semble vouloir illustrer la découverte de la sexualité à l'adolescence comme rite de passage à l'âge adulte, mais une sexualité qui se passerait de fille et même d'autres... En un mot un nouveau photographe français qui prend pour sujet l'adolescent, cela n'est pas courant surtout dans notre époque ou les Faucon et autre Nègrepont ne donnent plus de leurs nouvelles depuis longtemps. Il est significatif qu'il ne soit pas exposé en France mais aux Etats-Unis et en Suisse!
On peut voir ses images jusqu'au 20 novembre à l'adresse ci-dessous

Gallery Daeppen, Müllheimerstrasse 144, 4057 Bale, Suisse, 
Click on the image to go back to the profile page

Dans son travail Florent Routoulp  met en scène de façon très naturelle ce qu'il faut bien appeler de la pornographie. Non pas par provocation, mais simplement parce que, pour lui, la pornographie semble être inséparable de l'étude du nu. Il est fasciné par les photos d'amateur et  autres webcams que l' on trouve sur la toile. Gay ou hétéro, ces images ont une intimité qui touche à l'indécence. Ses garçons sont mélancoliques, posent avec une négligence étudiée ou parfois avec agressivité.

Il s'agit davantage de jeu que de perversion. Un type d'apprentissage d'une sexualité qui tente de s'affirmer , qui montre leur désir de prouver qui ils sont, une sorte de fierté à montrer leur virilité nouvellement acquise.Le pénis en érection peut être vu comme une sorte de permis, une première étape vers l'âge adulte, un moyen de séduction. 
 
routoulp_3.jpgroutoulp_1.jpg

Pour en savoir plus lisez l'interview ci-dessous donné en avril dernier à un autre site excellent, Comme des garçons.
 
Chocolat_Poire ?!
Oui, pour moi ça symbolise la douceur acidulée de la poire qui fusionne avec l'obscurité du chocolat noir. J'essaie d'introduire dans mon travail des éléments sombres qui contrastent avec un univers souvent coloré et empreint d'une douceur extrême.

Tu te souviens de la première image qui t'a donnée l'impression que tu étais doué ?
Oui très bien ! C'était sous la véranda de la maison familiale, avec l'appareil photo argentique de mon père. Un ami m'avait servi de modèle, un drap blanc de toile de fond... ça a donné ce que ça a donné mais la machine était lancée, j'étais séduit par le principe de prendre des gens en photo !

 

Comment est-ce que tu qualifierais ton style ?
En pleine évolution ! Mais je me force à faire des choix pertinents tant d'un point de vue plastique (retouche, couleurs, cadrage, format) que iconique (objets, modèles, vêtements). D'une séance à l'autre, les éléments varient mais pas le thème : la découverte de sa sexualité et de ses désirs, l'adolescence, la construction de soi et le rapport aux autres. Cela explique la trame douce, innocente et les éléments plus brutaux qui caractérisent les étapes de la vie d'un ado.

 

Quels sont les photographes que tu admires ?
J'aime autant les travaux de David LaChapelle, Ryan Pfluger et Slava Mogutin que ceux de Guy Bourdin, Martin Parr ou Brian Fike. La liste est tellement longue... Mais les influences me viennent souvent d'ailleurs. De la peinture avec Damien Comment et Norbert Bisky par exemple, du cinéma avec des films comme "Morse" ou "La Naissance des Pieuvres". La société et ses codes de fonctionnement sont aussi très intéressants à exploiter.

Comment choisis-tu tes modèles ?
Puisque mes thématiques tournent autour de l'adolescence et de la découverte de la sexualité, je choisis des modèles jeunes - entre 18 et 22 ans - qui ne répondent pas forcément aux critères du mannequinat. Je ne cherche pas des montagnes de muscles ou des corps imberbes, qui bien souvent n'expriment pas grand chose. J'aime travailler avec des garçons qui sont motivés à l'idée de contribuer à un projet artistique et qui ne sont pas là simplement pour satisfaire un besoin narcissique de s'exhiber. Si la séance permet au modèle de réfléchir autant que moi aux images que l'on réalise, alors je suis encore plus content de moi.


Tu fais un gros travail de retouche d'images. Cela fait partie intégrante du style Chocolat_Poire ?
Oui, la retouche est une étape essentielle de mon travail. Mais je ne fais jamais de la retouche pour faire de la retouche ! Elle doit servir le message ou l'idée véhiculée par la photo. C'est en cela qu'elle est importante : elle donne le ton, parfois même la référence. Le plus dur, c'est de savoir la doser, ne pas en faire trop ou pas assez.


Parmi tes modèles, un certain Tommy (ci-dessus) revient très souvent... Qui est ce garçon ?
C'est un ami, il n'est pas modèle professionnel. J'ai été subjugué par son potentiel et sa douceur lors de notre première séance, à tel point que je ne m'étais pas senti à la hauteur pour capter toutes ces émotions. Je le choisis souvent car c'est l'un des rares modèles avec qui j'ai une alchimie dès les premières prises.

Tu fais peu d'auto-portraits. Il y a pourtant matière avec ton physique, non ?
C'est gentil ! Mais je me sens plus à l'aise derrière l'objectif que devant... surtout le mien. J'ai beaucoup de mal avec certains photographes actuels dont l'œuvre ne consiste qu'en des séries d'auto-portraits cherchant à les montrer sous leur meilleur jour. Je ne trouve pas ce narcissisme très intéressant. Ce qui ne veut pas dire que je suis contre l'idée de poser pour un autre photographe ! C'est toujours utile de passer de l'autre côté pour comprendre ce que peuvent ressentir les modèles.


Quelle est ta définition du mot "beauté" ?
La beauté est totalement subjective. J'ai des critères, mais je ne pense pas être capable de les définir car je choisis mes modèles en fonction du thème de mes séries de photo, un peu comme dans un casting de cinéma. En ce moment par exemple, je cherche des modèles roux avec la peau claire et des tâches de rousseur... mais j'ai l'impression qu'il n'y en a pas beaucoup !

Ton objectif, c'est de devenir photographe professionnel ?
Dans un premier temps, je vais aller vivre sur Paris l'an prochain et poursuivre mes études. Pour ce qui est de la photo, mon but c'est d'avoir ma propre expo et d'être publié dans un magazine.


Ton travail a déjà été exposé ?
Oui ! Mon CV artistique n'est pas bien grand mais suite à une première expo réalisée avec un ami sur Montpellier, j'ai eu la chance de participer à l'expo "Born to be Punk" organisée par la Galerie Daeppen à Bâle. Mes images ont d'abord été voyagées à Berlin (au 5.Berliner Kunstsalon) avant de revenir en Suisse pendant trois mois.


routoulp_4.jpg

routoulp_6.jpg
routoulp_7.jpg
routoulp_2.jpgPour l'excellent site East Village Boys ( www.eastvillageboys.com ) Florent Routoulp, alias Chocolat_Poire , a réalisé une série intitulée Pull Marine


Le tournage a commencé comme un projet à propos de "bleu". Je voulais créer une histoire sur le bleu comme un sentiment, et a été inspiré par la chanson d'Isabelle Adjani et Serge Gainsbourg intitulé "Pull Marine", sur le suicide, l'amour, des piscines, et bien sûr la couleur bleue. Je voulais un sentiment très intime et j'ai donc utilisé les pixels de l'écran de l'ordinateur dans les photos. En fin de compte, j'ai réalisé un livre avec les photos et les paroles de la chanson. - Florent Routoulp
routoulp_florian_a.jpgroutoulp_florian_1.jpgroutoulp_florian_2.jpgroutoulp_florian_3.jpgroutoulp_florian_4.jpgroutoulp_florian_5.jpgroutoulp_florian_b.jpg
 

Publié dans photographe

Commenter cet article