Bernard Fleetwood-Walker (1893 – 1965)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Bernard Fleetwood-Walker:   Three Boys  (1934)

 Three boys, 1934

 

Au cours de la Première Guerre mondialeFleetwood-Walker sert en France comme tireur d'élite dans le régiment d'Artists' Rifles. Il est blessé et gazé.

Il continue malgré tout à servir et un autre soldat, des années plus tard, dans une lettre à la veuve de l'artiste, décrit les décorations murales qu'il a peint à Noël 1918 sur le mur d'un entrepôt utilisé comme cœur d’église dans le village déserté d’Auberchicourt. Il avait utilisé des teintes en poudre (à sec) trouvées dans un chantier de construction et les avaient mélangées avec une substance gluante à base d'avoine.

 

 


Après la guerre, il enseigne au King Edward's Grammar School d'Aston. Puis, à partir de 1929, il devient un influent professeur au Birmingham College of Art.

Il est élu membre associé de la Royal Academy en 1946 puis académicien royal en 19561.

Il devient aussi membre de la Royal Society of Portrait Painters, du Royal Institute of Oil Painters et du New English Art Club.

Toujours très fidèle à sa ville natale, il a déclaré qu'il était fier d'être le seul académicien royal qui ait toujours vécu et travaillé à Birmingham. Il était particulièrement heureux d'avoir été élu président de la Royal Society of Artists Birmingham (RBSA) en 1950.

En 1946, Fleetwood-Walker fut élu à la Royal Watercolour Society.

 





Portrait of a Boy
.

Billets du blog à propos de la peinture anglaise du XX ème siècle qui a souvent regardé du coté des garçons (mais pas toujours):

Ralph Nicholas Chubb ,  Glyn Warren Philpot (1884-1937) , Duncan Grant (1885-1978) , JOHN MINTON,  Les garçons de Lucian Freud,  Lucian Freud 1922 - 2011,  Oliver Frey, alias Zack,  pour se souvenir de Bacon à la Tate Britain en 2008,   Henry Scott Tuke (réédition complétée) , Philip Whichelo (1905-1989) Study of a Nude Boy,  Keith Vaughan (1912-1977)Albert Wainwright,  Francis Campbell Boileau Cadell (Ecosse, 1883-1937),  JOHN MINTON,  Peter Samuelson (1912 - 1996), réédition complétée ,  Christopher ’’Kit’’ Wood,  Edward Burra (1905-1976)David Hockney au musée Guggenheim de BilbaoLes polaroids "joiners" de David Hockney,  David Hockney chez Claude Bernard, il y a si longtemps,  Michael Ayrton (réédition actualisée) , William Bruce Ellis Ranken (1881-1941),  S. J. Peploe, Boy reading, 1920,  Robert Sivell, bathers,  Paul AllamCovan Corrigan,  Sylvia Sleigh (1916-2010)Bernard Fleetwood-Walker (1893 – 1965)

 

   
A ces britanniques il ne me semble pas abusif d'y ajouter les peintre australiens George W. Thomas Lambert et  Donald Friend (1915 -1989)  ainsi que le sud-africain Philip Swarbrick  

Publié dans peinture

Commenter cet article

Petrus 20/11/2013 15:10

Ça, c'est un peu un poncif... Je suis artiste et je sais dessiner de manière académique. J'aime même particulièrement faire des drapés, mais juste en exercice, comme une gymnastique. Cela ne
m'empêche pas de faire des choses plus contemporaines où ces "compétences" ne se voient pas. Je crois que c'est encore le cas de beaucoup.

lesdiagonalesdutemps 20/11/2013 23:09



non ce n'est pas un poncif. Il suffit de regarder les travaux des jeunes gens qui sortent de la pléthore d'écoles d'art. Il y a quelques années j'ai cherché des illustrateurs pour me faire des
dessins pour des jaquettes de dvd. Les essais ont été désastreux pourtant tous sortaient d'écoles réputées... 


Croyez moi les artiste comme Picasso qui ont une technique exceptionnelle pour mieux l'oublier sont rarissimes. J'ai eu le privilège de voir dessiner bien des dessinateurs de B.D. et là encore la
dextérité n'est pas ce qui est le plus fréquent. Franquin était une exception. Mais ce n'est pas le seul critère de jugement bien sûr...



Petrus 20/11/2013 12:40

Hélas, cette fois, je ne vois là que formalisme académique, peut-être pas sans âme, mais sans souffle (aucun).

lesdiagonalesdutemps 20/11/2013 13:08



et bien vive l'académisme on l'a si bien combattu que plus pernne ne sait dessiner à part quelques auteurs de bande dessinée et encore...



xristophe 18/11/2013 19:25

(Ce commentaire about Gilbert et G.)

xristophe 18/11/2013 19:24

Chouette, je rigole (je veux dire : souris finement) d'avance... (J'adore changer d'avis mais là, je demande ... à voir !)

xristophe 18/11/2013 17:39

Addid. : J'avais prévu (mot précédent), après "quelle poésie, graphique et sémantique..." : "...aux bords discrets d'un innocent surréalisme"...

lesdiagonalesdutemps 18/11/2013 18:03



Je dois quand même avouer que j'ai fait une sérieuse sélection dans les oeuvres de ce peintre.



xristophe 18/11/2013 17:29

Et encore un génie, je rêve ! selon mon cœur... Peut-être on rigole moins qu'avec (l'humour d') Henry et George, mais, ah, quelle poésie, graphique et sémantique... Ces enfants à béret, ces
garçonnets en culotte courte du début XXème siècle autour d'une (fausse) marquise du XVIIème et belle robe bleue, et ces deux petites filles aux yeux intenses...

lesdiagonalesdutemps 18/11/2013 18:02



Je vais vous trouver des culottes courtes chez Gilbert et george je me souviens d'en avoir aperçu.