Far-west

Publié le par lesdiagonalesdutemps

head_farwest

Far West

 


 

France, 2002, 16 mn

 

Réalisation: Pascal-Alex Vincent

 

Avec: Julien Gauthier, Jean Haas, Gilles Guillain, Tony Granger, Alex Michalik, Chloé Berthier, Sébastien Charles

 

img_farwest1.jpg

 

Résumé:

 

Une mère intime à son fils (Julien Gauthier) parisien en diable, la vingtaine follasse, d'aller rendre visite une semaine à son grand-père (Jean Haas) veuf qui se morfondrait seul dans sa ferme beauceronne. Le garçon obtempère et s'ennuie copieusement dans cette campagne, d'autant qu'il a été reçu plutôt fraichement par l'aïeul. Sa seule distraction consiste à mater le garçon de ferme, la trentaine mâle et vigoureuse qui se la joue cow-boy. Bientôt deux de ses amis, eux carrément folles perdues le rejoignent pour le distraire dans son exil...

 

img_farwest2.jpg

 

L'avis critique

 

Il ne faut surtout pas quitter Far-west avant la fin. Vous me rétorquerez que ce serait manquer considérablement de patience que de quitter un film se quinze minute avant sa fin. Mais les dix premières minutes de Far-west sont une telle enfilade de clichés jouée par des acteurs qui semblent être là par inadvertance et font ce que le réalisateur leurs a demandé comme pour passer le temps que cela pourrait en décourager beaucoup et que cet avertissement ne me paraît pas superflu. Il y a bien pour les amateurs de jouvenceaux le frai minois de l'acteur principal et pour les cinéphile la beauté de certains plans; car à défaut d'être exigeant quant à la qualité artistique de son casting et doué pour la direction d'acteur Pascal-Alex Vincent a un incontestable sens de l'image, de son cadre et du décor. Mais tout cela n'est pas toujours suffisant pour éviter la fuite des spectateurs en ces temps de grands zappings.

 

img_farwest3.jpg


Chose extrêmement rare au cinéma au deux tiers du film un miracle se produit à tel point que la fin fait changer radicalement l'opinion que l'on avait jusque là de Far-west. Jean Haas qui joue le grand père devient bouleversant de sincérité et Julien Gauthier se met à l'unisson de son ainé.

In fine Far-west devient un film juste et émouvant, un beau film sur l'homosexualité à la campagne.

Far-west démontre, ce qui restait à prouver, que pour un film comme devant un match de tennis il ne faut jamais partir avant la fin.  

 

img_farwest4.jpg

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article