Faites le mur de Banksy

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Capture-d-ecran-2011-09-08-a-09.57.54.jpg


Cette injonction libertaire définit parfaitement cette entreprise d'autopromotion de son oeuvre qu'a réalisée Banksy, le graffeur de génie dont personne ne connaît ni l'identité ni le visage ni même la voix, dans un esprit totalement anarchiste. 
Abandonnant les pochoirs pour la caméra, le réalisateur a l'intelligence de désamorcer son brulot par le rire. Pour se faire et pour mettre en valeur le clown blanc qu'il est, il a convoqué un auguste en la personne d'un certain Thierry Guetta un français vivant à Los Angeles. Personnage improbable, caricature de beauf du sentier qui n'a pas inventé la kippa, mais gagne confortablement sa vie à Los Angeles en achetant des vieilles frusques au poids pour des clopinettes qu'il revend très cher aux gogos californiens en les baptisant vêtements de créateur. Notre magouilleur à la petite semaine au physique de tâcheron bulgare et habillé en pur chic parisien année cinquante et s'exprime dans un anglais à l'accent qui ferait passer celui de Maurice Chevalier pour celui d'un collégien d'Eton. L'homme  meuble ses loisirs en filmant, à l'aide d'une petite caméra, d'une manière compulsive, d'abord sa famille puis tout ce qui l'entoure. A l'occasion de vacances en France chez des cousins, le fripier a toujours beaucoup de cousins, il a la révélation du street art, en voyant un de son cousinage qui n'est autre que Space Invaders et qui occupe ses nuits à maculer le paysage avec les silhouettes de créatures issues de l'antique jeu vidéo invaders. 

A partir de cet instant notre filmeur obsessionnel est saisi par le street art comme monsieur Le Trouhadec par la débauche. Il n'a plus qu'une idée suivre les graffiteurs et autres artistes de rue pour en faire des images. Il rencontre ainsi André, Zevs, Shepard Fairey (Obey), etc... Il s'accroche à eux tel un morpion. De Paris à Los Angeles en passant par New-York cela nous vaut un beau panorama du street art avec ces artistes au travail. Un jour son plus grand rêve se produit, il rencontre son idole Banksy. Il en devient le collant factotum. Ce qui donne l'occasion au film de nous présenter fort habilement un florilège des oeuvres de Banksy. En particulier des images de sa fameuse exposition américaine avec un véritable éléphant peint. Banksy un peu lassé de l'encombrant caméraman, qui entre temps s'était lancé à son tour dans le street art devenant M. Brainwash, décorant Los Angeles de ses effigies géantes le représentant l'oeil rivé au viseur de sa caméra, lui propose avec sa myriade de bandes sur le street art d'en faire un montage qui deviendrait en raison de la rareté de ces archives, un film incontournable pour cette forme d'art; car jusque là  Guetta filmait mais ne montait pas; des milliers de cassettes s'entassent chez lui en vrac, comme les fripes dans son entrepôt.  Quelques semaines plus tard Guetta présente, à Londres, son travail à son mentor. Et selon les mots même de Banksy, c'est de la merde. L'anglais parvient à convaincre Guetta de lui confier ses bandes pour qu'il les remonte. C'est (peut être) une partie du film que nous voyons. Pour atténuer la déception de Guetta et un peu pour s'en débarrasser, l'homme a un coté Séraphin Lampion, bien qu'il ne traine pas derrière lui sa famille, il faut bien garder la boutique, Banksy lui suggère de monter à Los Angeles une exposition où il montrerait ses propres créations en street art. 
A partir de cet instant notre Guetta déjà passablement piqué est alors atteint de mégalomanie artistique et cet homme sans talent ni savoir faire, il ne fait que plagier d'autres artistes, ses à la manière d'Andy Warhol sont particulièrement savoureuses, n'a plus qu'une obsession faire la plus grande première exposition jamais vue. Il engage une palanquée de petites mains pour réaliser "ses" oeuvres, expliquant que ce n'est pas à un génie comme lui de mettre la main à la pâte. Il cite comme exemple de cette manière de faire Damien Hirst. Banksy profite de son clown pour égratigner au passage plusieurs grands noms de l'art contemporain. La transformation de Guetta en M Brainwash n'est pas indolore pour son entourage. Le bon zigue niais se mue en un tyran capricieux et inconséquent qui doivent être selon lui inséparable du statut de grand artiste. Le film tourne alors au pur burlesque; c'est un peu Borat au pays de l'art moderne et toute la fin m'a évoqué celle du chef d'oeuvre de Blake Edwards, The party d'ailleurs comme dans ce film il y a un éléphant... Si l'exposition a bien eu lieu et a connu un succès considérable, rien n'indique, tout on contraire si l'on est vigilant, en revanche que le reste de la biographie de Thierry Guetta alias M Brainwash, telle qu'elle est racontée dans le film, soit vraie...
La véritable question que soulève ce film jubilatoire et totalement iconoclaste au sens premier du mot est dans quelle mesure Thierry Guetta est-il une création de Banksy, comme Ajar l'était de Romain Gary. Ce crétin d'anthologie est tout de même trop beau pour être réel. Banksy n'est pas avare pour parsemer le film d'indices qui nous indiquent que ce documentaire est surtout un hilarant documenteur qui dézingue quelques vaches sacrées d'aujourd'hui. On peut voir en "Faites le mur" une subtile charge antisémite, anti française, cette dernière étant tempéréé par le fait que Banksy présente Paris comme le coeur du street art et que c'est là qu'opèrent les artistes les plus talentueux de la discipline. En effet en ce qui concerne la démarche Bansky n'a rien inventé. Vingt ans avant lui, le Français « Blek le rat » a inauguré ce mouvement de pochoiriste, popularisé ensuite par Miss. Tic, Mosco et bien d'autres. L'Anglais, plus engagé, dit d'ailleurs tout ce qu'il doit aux artistes urbains français dans le film. Faites le mur est aussi anti américain. Le snobisme et la bêtise des collectionneurs d'art américains sont crument mis en évidence.
"Faites le mur" bénéficie de la  musique de Richard Hawley, dont le titre "Tonight The Streets Are Ours" accompagne les génériques de début et de fin.
Ceux qui attendent des révélations sur Banksy seront déçus. Il se montre que  la voix trafiquée et le visage masqué, dans de brèves interventions où il ne parle que de sa relation avec Thierry Guetta. A quand une rétrospective Banksy?
Faites le mur fait la preuve qu'avec beaucoup d'argent on peut créer un artiste de toute pièce. Mais l'exposition de Thierry Guetta qui se fait maintenant appeler M Brainwash aurait elle eu un tel retentissement, il signe la pochette du dernier disque de Madona, s'il n'y avait pas eu derrière ce fantoche l'extraordinaire réseau et savoir faire de Banksy on peut en douter c'est là le seul point faible de ce réjouissant canular, le film que l'on attendait pour égayer la fin de l'année.

Nota


1- Ceux qui marchent le nez dans leurs chaussures auront sans doute remarqué, à l'occasion de la sortie de film (?) que de très nombreux pochoir comme celui ci-dessous ornent les trottoir parisiens.


2-Sites :
 

 Un site très recommandable sur Banksy (version française)

 

Commenter cet article