Eustache Le Sueur (1616-1655)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

photo

 

 

File:Eustache Le Sueur - Portrait of a Young Man - WGA12617.jpg

 

portrait d'un jeune homme

Eustache Le Sueur bacchus ariane

Bacchus and Ariadne 1640

Bachus et Ariane, musée de Boston

 

Deposition

déposition

 

Capture-d-ecran-2013-08-23-a-17.41.23.jpg

L'amour ordonne à Mercure d'annoncer son pouvoir

 


JPEG - 40.5 ko


La Nuit des noces de Tobie et Sarah

 

 

Galigula déposant les cendres de sa mère et celles de son frère dans la tombe de ses ancètres

collection Windsor

 

le couronnement de Cupidon

Le Louvre

 

Le Louvre

la présentation de la vierge

L'Hermitage, Saint Petersbourg

 

Le Christ dans la maison de Marthe

Ancienne Pinacothèque de Munich

Eustache Le Sueur virgin

salutation angélique

 La Prédication de saint Paul à Éphèse 

 Le Louvre

 

Agar et Ismaël secourus par l'ange

musée des Beaux Arts de Rennes


Considéré au XVIIIe siècle comme « le Raphaël français », Le Sueur fut pendant longtemps une des plus grandes figures de l'histoire de l'art, l'égal au moins de Poussin et de Le Brun et l'un des fondateurs du classicisme. Mais il a connu, dès le milieu du XIXe siècle, une désaffection progressive. Toute une légende sentimentale s'élabora autour de lui, le présentant comme un peintre pauvre et persécuté, tendre et pieux, une sorte de Fra Angelico parisien. Cette célébrité équivoque devait le faire taxer de mièvrerie et d'académisme - d'autant plus que beaucoup de ses œuvres avaient disparu ou s'étaient mal conservées, et que certaines avaient été imitées jusqu'à l'affadissement. Aujourd'hui seulement, le renouvellement des recherches sur le XVIIe siècle français fait réapparaître dans sa variété et sa complexité un art très concerté, toujours en évolution, dont le charme demeure intact.

 

.

Les dieux de la mer rendant hommage à l'amour

J. Paul Getty Museum

 

 

Le Sueur fut injustement «oublié» au XIXe siècle, mais son travail a influencé nombre de grands peintres comme Ingres, Girodet, Puvis de Chavannes et Maurice Denis. Son œuvre a été «redécouverte» à la fin du XXe siècle, couronnée par une grande exposition au Musée de Grenoble en 2000.

  •  

 

Le songe de Polyphile

musée de Dijon

 

 

 L'Annonciation

 La Déposition

 Noli me Tangere

L'Annonciation

La Vierge et l'Enfant
 Jésus chez Marthe et Marie


Publié dans peinture

Commenter cet article