EN NOME DO PAI (AU NOM DU PÈRE)

Publié le par lesdiagonalesdutemps


Fiche technique :

Avec Elias Andreato (le père), Leonardo MiggiorinMiggiorin (le fils), Denise WeinbergWeinberg (la mère).

 

Scénario et réalisation : Júlio Maria Pessoa. Prise de vues : Tula Hatagima. Montage : Marcio Miranda Perez. Son : André Uesato.


Brésil, 2002, Durée : 17 mn. Disponible en VO ou VOST anglais.



Résumé :

Une famille moyenne dans une banlieue de São Paulo : la mère, le père, le fils et un bébé prennent le petit déjeuner. Plus tard, nous retrouvons la mère et le fils. Ils attendent le père qui rentre toujours ivre à la maison, tard dans la soirée. La mère va se coucher avant le retour de son mari. Le père revient titubant. Il essaye de rentrer dans la chambre du fils mais elle est fermée à clef... Un chien aboie...



L'avis critique

Souvent les films gays sont ce que j'appellerais des film loukoum, un peu trop sucré. Pour continuer à filer la métaphore culinaire, je dirais qu'Au nom du père est un film piment dont la brûlure se fera longtemps sentir chez son spectateur. Le film n’hésite pas à s’attaquer aux tabous les plus sacrés de la famille.



Un véritable choc qui amène le spectateur au bord du gouffre de la plus profonde perversité. Longtemps après avoir vu ce film, je suis certain qu’il hantera encore tous ses spectateurs tant il est dérangeant et nous force à nous interroger sur les motivations profondes des personnages. Un film bouleversant qui ne se soucie pas du politiquement correct et qui pourtant évite l’écueil du voyeurisme.



Le cynisme du scénario fait penser à certains courts-métrages d’Alfred Hitchcock et aux nouvelles les plus noires de Roald Dahl.

Pour son deuxième court-métrage, Julio Maria Pessoa montre un remarquable talent de cadreur. Un grand soin est également apporté aux couleurs ; quant à l'interprétation elle est impeccable.



Il est très difficile de parler de ce petit bijou sans le déflorer, je vous en ai dit et montré déjà beaucoup mais rassurez-vous, vous n'êtes pas au bout de vos surprises.

Lorsque vous aurez vu le film, je vous conseille de le revoir une seconde fois et de vous interroger sur les attitudes des personnages, en particulier sur celles de la mère...



Julio Pessoa a fait des études de cinéma à l’Université de São Paulo. Em Nome do Pai est son deuxième court-métrage. Il a été récompensé en 2002 par le prix Kodak du « meilleur film brésilien de fin d’études », d’un prix au Festival mexicain du cinéma en 2003 et d’un prix au « Golden Chest » de Bulgarie.



Son premier court métrage, Prohibidu's, a été tourné en 1999. Julio Pessoa a également écrit les scénarios de deux longs métrages qui n’ont pas encore été tournés (Ilha ra tim bum, un film pour enfants, et Alice).

Em Nome do Pai est un petit chef-d’œuvre de cinéma vénéneux qui déjoue toutes les attentes.

Nota: un grand merci à Alain M. qui m'a fait découvrir ce film.

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article