Elisabeth Peyton, première exposition personnelle à Paris

Publié le par lesdiagonalesdutemps

PEYTO_2010_00030-copie-1.jpg

 

 

Pour les passionnés de la peinture figurative contemporaine et en particulier de la place du portrait dans celle-ci une visite à la première exposition personnelle à Paris d'une artiste majeure en la matière comme Elisabeth Peyton est incontournable pour les autres mieux vaut passer son chemin tant cette exposition est décevante en regard des oeuvres que l'on a pu admirer ici ou la, en Europe principalement dans les foires d'art et surtout si l'on connait le très bel album qui recense la plupart de ses oeuvres majeures. Il n'en reste pas moins qu'il est toujours enrichissant de se trouver face à un originaux et non à une reproduction. La déception vient plus de la manière dont les tableaux, une trentaine, sont présentés que des oeuvres elles même. Celles-ci pour la plupart ne dépassent guère en format le A4 et se trouvent complètement perdues dans les deux grandes salles blanches de la galerie. La déception vient peut être aussi que de ne voir qu'une vingtaine de portraits, le reste est composé de paysages et de natures mortes peu convaincante. Il demeure que devant les êtres de papier, célèbres ou inconnus  d'Elisabeth Peyton la magie opère et souvent le spectateur sort ému de son face à face avec le sujet, ayant eu l'impression d'être entré dans l'intimité de celui-ci. Si la composition est classique le pouvoir d'attraction des figures peintes par l'artiste est certain. La plupart des portraits sont réalisés d'après photographie. On sait qu'Elisabeth Peyton commence par peindre un détail d'une physionomie que paradoxalement elle épure pour n'en garder que les traits signifiants. Elle unit les détails d'un visage par un fond de base, ce qui est une pratique loin des méthodes traditionnelles. 

 

elizabeth-peyton-2.jpg

 

elizabeth-peyton-4.jpg

 

peyto-2011-0001-high-res.jpg

 

peyto-2011-0016-high-res.jpg

 

Gagosian Gallery, 4 rue de Ponthieu, 75008 Paris

jusqu'au 28 juillet 2011

Publié dans peinture

Commenter cet article