Elie Grekoff (1914-1985)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 



 

Elie Grekoff est né en 1914 à Saratov, province du Don, en Russie dans une famille de militaires assez aisée. Il est jumeau avec Michel Grekoff. Né d'une lignée de cosaques et de militaires, son grand père est général et ses oncles officiers. Son père est ingénieur des chemins de fer. Sa mère est une brodeuse très talentueuse, ce don l'aidera à nourrir ses enfants (cinq garçons et une fille).

Zoom
1925 - Elie Grekoff en Turquie

 

Alexandre, Michel son jumeau, Pierre, Nicolas, ses frères, avec qui il n’aura que très peu de relations.


La famille se réfugie en Turquie après 1920, le jeune Élie Grekoff arrive à Paris en 1928 : il sera d'abord employé agricole dans le midi puis ouvrier d'usine à Puteaux dans une entreprise de postes de radio. En 1935, il croise un architecte à qui il montre ses dessins et celui-ci l'embauche dans son agence ; lassé, Élie s'inscrit à l'Académie de Fernand Léger : le célèbre peintre charge Grekoff d'exécuter une fresque pour le pavillon du Bois à l'Exposition universelle de 1937 (Paris) qui sera sa première œuvre.

grekoff4.jpg

Grekoff passe la guerre d'abord en captivité puis comme ambulancier au Val-de-Grâce où il croise le propriétaire des Éditions de Cluny qui lui commandera après la Libération desestampes (eaux-fortes et lithographies) pour quelques ouvrages dont Les Fleurs du mal et L’Enfer de Patrice de La Tour du Pin. Le résultat plait beaucoup et un autre éditeur, Crezevault, lui commande pour une édition limitée du roman russe Crime et Châtiment soixante-douze lithographies. Dès lors, le nom d'Élie Grekoff, dans cet après-guerre, est associé à la haute bibliophilie : de 1947 à 1960, Grekoff illustre une vingtaine d'ouvrages, dont certains ne purent être achevés, faute de moyens techniques, les gouaches de l'artiste nécessitant parfois plusieurs centaines de passages à l'impression. On peut remarquer plus particulièrement le Tiresias de Marcel Jouhandeau.

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.06.14.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.06.27.jpg

illustration by Elie Grekoff from Tiresias by Marcel Jouhandeau

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.24.50.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.24.42.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.24.31.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.24.20.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.24.10.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.23.54.jpg


Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.23.45-copie-1.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.23.31.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.23.21.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.23.11.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.22.51.jpg

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-16.11.56.jpg

grekoff3.jpg

grekoff2.jpg


 

Grekoff illustra aussi encore de lithographies « Le Bivouac » de Jean Schlumberger qu’un groupe de bibliophiles offrait à son auteur à l’occasion de son 70ème anniversaire, un conte populaire russe « La Princesse Ensorcelée », orné de soixante deux gouaches exécutées en 1943, reproduites en sérigraphie et éditées en 1962, en compte d’auteur, en 900 passages ; également un choix de « Poèmes latins » pour une édition privée, illustrés d’eaux-fortes.

Parmi les livres illustrés dont l’édition ne fut pas réalisée par suite de difficultés commerciales, il faut citer « Thésée » et « Corydon » d’André Gide. On peut le regretter d’autant plus que Gide ayant pleinement approuvé les eaux-fortes de Grekoff en avait autorisé l’édition. Un projet d’édition du « Bateau ivre »de Rimbaud ne fut pas non plus exécuté, la reproduction des gouaches très riches en couleurs qui l’illustraient exigeant des frais si élevés que les éditeurs ne purent l’entreprendre.


 

Enfin il faut comprendre dans sa production les transpositions de gouaches et de statues de son ami Zadkine pour la tapisserie. Il avait eu en effet cette idée qu’il soumit à Zadkine. Au premier essai celui-ci fut si enthousiasmé et chargea Grekoff de faire tisser les transpositions d’une vingtaine de gouaches, dessins ou sculptures.

Zadkine fut si satisfait du résultat et jugea si important le travail de Grekoff (« C’est une recréation, disait t’il ») qu’il lui demanda d’apposer leurs deux signatures sur les tapisseries. Mais Grekoff, respectueux de l’œuvre de Zadkine, déclina cette œuvre généreuse. Une exposition de ces tapisseries eut lieu à paris, à la galerie Lacloche, place Vendôme.


Elie Grekoff - Les Amoureux

 

C'est à l'occasion de l’Exposition internationale de Lyon en 1951 que Grekoff se fait aussi connaître en tant que peintre, il y présente une vaste fresque ayant pour sujet les métiers du bois, exécutée sur de grands panneaux en verre avec l'aide du peintre Pierre Monteret. Par la suite, il fut l'auteur de plusieurs fresques en France.

Zoom
Nicolas Bataille et Elie Grekoff

Grekoff se fait un nom également en tant que décorateur de théâtre auprès d'amis comme Nicolas Bataille. Citons, au théâtre Pigalle L’Idiot de Dostoïevski et Les Bas-fonds de Gorki ; au théâtre des Champs-Élysées Le Mariage de Gogol ; au Théâtre de poche Till Eulenspiegel ou encore, au théâtre des Mathurins, Électre de Marguerite Yourcenar.

Zoom
Grekoff Elie

Mais c'est en tant que maître cartonnier qu'Élie Grekoff semble s'accomplir pleinement : entre 1945 et 1980, il exécutera plus de 3000 m² de cartons à tapisserie, passant d'un style imagé à des motifs de plus en plus abstraits. La plupart des tissages furent entrepris dans les ateliers d'Aubusson par des maîtres artisans comme Pinton frères, Raymond Picaud ou Marianne Caron.


En 1962, Grekoff quitte Paris pour la région angevine où il établit son atelier ; ses motifs prennent leur source dans la nature. Il connaît alors une série d'expositions internationales et commence à travailler avec Zadkine sur des projets de tapisseries qui furent exposés en 1962. À partir de 1968, il réalise des cartons pour les Atelier des Tapisseries d'Angers (A.T.A.) qui venaient d'ouvrir.

Sa dernière exposition s'est tenue à Paris en 1981.

Zoom

Zoom
Combat de coqs - (138x208 Raymond PICAUD)

Elie GREKOFF Gémeaux

Elie GREKOFF Sagittaire

Elie GREKOFF Verseau

Elie GREKOFF (1914-1985) Fugue aux trois bleus Tapisserie d'Aubusson nouée

AskART Artist

Capture-d-ecran-2013-11-20-a-22.15.17.jpg

Publié dans peinture

Commenter cet article

Boltoukhine 21/09/2014 20:27

Quand on copie des images et des textes sur un autres site il faudrait avoir au moins la correction de demander une autorisation et avoir par déontologie et correction de mentionner vos sources. Merci de corriger cette lacune avant d'autres démarches que je ne manquerait pas de poursuivre.

B.A. 27/09/2014 23:05

Comme je ne sais pas qui vous êtes et à quel titre vous parlez il m'est difficile de combler une quelconque lacune. Ce que je suis sur c'est que ce billet rédigé il y a longtemps n'a pas qu'une seule source.

JACK 21/11/2013 12:38

MERCI De nous faire découvrir DES ARTISTES Méconnus de nos jours ou un peu oublié...

lesdiagonalesdutemps 21/11/2013 14:26



c'est un des buts du blog que de montrer qu'il n'y a pas que les artistes dont on parle ici.