Edward Hopper au Grand Palais

Publié le par lesdiagonalesdutemps

exposition hopper grand palais

  

L'exposition Hopper est une merveille, même si l'on écrit beaucoup de bêtises à son sujet, comme Hopper inventeur de la peinture américaine, ce qui a un peu près autant de pertinence que de dire Michel-Ange père de la sculpture italienne, d'ailleurs d'emblée l'exposition démontre la stupidité de cette affirmation péremptoire en montrant des tableaux, certes d' artistes européens, Fêlix Valloton, Degas et surtout Marquet, mais aussi de peintres américains à commencer par Thomas Eakins puis Robert Henri et John Sloan (il y a quelques années il y a eu une très intéressante exposition de Sloan et des artistes de sa mouvance au Guggenheim de Venise, c'était je crois une première en Europe), autant d'artiste dont les toiles ne sont quasiment jamais vues en France (excepté pour Eakins lors de la très belle rétrospective vue naguère au musée d'Orsay). Ce petit évènement rend déjà la visite à l'exposition Hopper fort instructive.

L'accrochage est sage, presque chronologique. Les tableaux sont bien éclairés, accrochés à bonne hauteur et correctement espacés.

 

Edward Hopper et ses "oiseaux de nuit" illuminent le Grand Palais


Une première partie nous présente donc les peintres qui ont influencé Hopper. On poursuit par les toiles qu'il a fait lors de ses séjours à Paris, voyage alors obligé pour tout artiste. Paris est au début du XX ème siècle la capitale incontestée de l'art.

 

DSC05150.JPG

 

DSC05149.jpg

 

Minuscule anecdote, il se trouve que pour me rendre au Grand-Palais, j'utilise le métro et que je descend à la station Invalides, en empruntant une sortie, un peu secrète de celle-ci, on en débouche au pied de cet escalier qui permet d'accéder du quai de la Seine au pont Alexandre III et qu'a peint, il y a un peu plus d'un siècle Hopper! Ce n'est pas si fréquent de voir, lors d'une exposition, la représentation d'un endroit où nous étions quelques minutes auparavant.

Une fois son complément d'étude à Paris terminé, il restera néanmoins toutes sa vie un fervent francophile et francophone, il s'aperçoit que ses premiers tableaux ne connaissent pas le succès escompté.

 

DSC05151.JPG

 

DSC05152.JPG

 

Pour gagner sa vie, Hopper se fait illustrateur. Ce sera sa seule source de revenu jusqu'en 1924. Hopper n'a jamais considéré ses illustrations comme faisant partie de son oeuvre mais seulement comme un travail alimentaire. Pourtant elles sont bien belles les images qui nous sont projetées sur un grand écran sur lequel on découvre tout un pan méconnu du travail de l'artiste. 

 




People look at a projection of Edward Hopper's (1882-1967) magazine cover illustrations at the Grand Palais in Paris October 5, 2012. REUTERS/John Schults
.
Il faut dire que si certaines sont d'inspiration patriotique et d'autres représentent des ouvriers au travail, notamment de construction navale, la plupart vantent la douceur de vivre de la classe aisée américaine dans une sociabilité bien étrangère à la morosité et à la solitude de la plupart des personnages que représentera l'artiste sur ses toiles. C'est à cette période qu'en marge de son travail d'illustrateur, Hopper s'adonne à la gravure dans celles-ci on voit l'artiste tiraillé entre une fascination pour la modernité, représentée par les trains et les rails, éléments récurrents dans son oeuvre et une nostalgie pour un monde qu'il voit disparaitre. On peut aussi remarquer que tous les thèmes  que développera le peintre durant les années suivantes se trouvent déjà dans ces gravures.
.

DSC05153.JPG

DSC05154.jpg

DSC05155.JPG

DSC05156.JPG

C'est aussi durant les années 20 qu'Hopper s'adonnera à l'aquarelle, réalisant avec ce médium de véritables portraits de maisons.


DSC05157.JPG

DSC05158.JPG

DSC05169.JPG

A partir de 1925, Hopper va vivre (et rapidement bien) de sa peinture. Il a déjà 42 ans, tardivement donc, heureusement pour nous il a encore quarante ans à peindre, mais il ne le sait pas.
J'aime Hopper pour différentes raisons, pour cette tension entre le passé et l'avenir que l'on trouve dans plusieurs de ses oeuvre, mais par le fait que tout comme moi, c'est un voyeur; c'est à dire qu'il aime voir sans être vu. Il met le spectateur dans cette position dans beaucoup de ses tableaux. Il est curieux que le voyeurisme draine un sentiment négatif, sans doute parce que dans l'esprit de beaucoup de gens il est limité à l'aspect sexuel de l'intimité. Mes le plaisir du voyeur ne se limite pas au fait d'avoir volé une image de copulation. La simple vue, le soir d'un intérieur qui se révèle grâce à la lumière électrique par l'ouverture d'une fenêtre qui n'aura pas été fermée ou dont les rideaux n'auront pas été tiré est un de ses petits plaisirs gratuit qui illumine parfois mes soirées d'été. Je suis certain qu'il en était de même pour Hopper qui semble toujours profiter d'une situation pour jeter un coup d'oeil chez autrui, comme ce tableau où l'on voit une femme s'activer au ménage.


DSC05160.jpg

 DSC05161.JPG

Malheureusement et heureusement pour lui Hopper est un des artistes dont les tableaux sont les plus reproduits. A ce sujet il aurait été bon que les organisateurs de la manifestation ne choisissent pas comme visuel "Nighthawks" qui était déjà celui de la rétrospective en 2004 à la Tate gallery de Londres. Nighthawks est un peu la Joconde d'Hopper et à tendance à masquer la richesse et la diversité de son oeuvre. La fréquence de ces représentations et de leurs utilisations ne doit pas vous détourner de prendre le chemin du Grand Palais car c'est une chose de voir une reproduction et une autre de voir un original, en ce qui concerne Hopper ls reproductions sont comme éteintes par rapport aux originaux, mais surtout on découvre nombre de tableaux jamais vus et jamais reproduits, peut être parce qu'ils viennent de collections privées ou de petits musées américains ou encore qu'ils sont rarement exposés, faute de place, par le musée qui les possède, je pense à ce propos au Whitney de New-York. Néanmoins pour être juste je précise que  le Whitney Museum of art consacre à son oeuvre des expositions régulières (malheureusement lors de mes voyages à New-York je ne suis jamais tombé aux bonnes dates!). C'est toutefois le MoMA de New York, temple du Formalisme qui, en, 1933, lui consacre sa première rétrospective.
L'immense popularité d'Hopper vient qu'il fait une peinture apparemment simple que tout à chacun pense pouvoir comprendre facilement c'est le cas. Mais c'est en même temps une peinture très savante extrêmement construite qui se découpe en formes simples, rectangles et trapèzes surtout, nettement délimités de plus en plus nettement au fil du temps, ce qui aide aussi sans doute à l'impression que l'on peut embrasser une de ses toiles du premier coup d'oeil. Comme on le vois dans les premières salles l'artiste connaissait très bien la peinture, du moins jusqu'au post impressionnisme, ensuite il semble se désintéresser de la suite de l'histoire de son art... Derrière la simplicité apparente des formes Hopper avait une grande maitrise technique de la peinture bien sûr, mais aussi de l'aquarelle et surtout du dessin, à ce propos on peut regretter que cette rétrospective n'expose aucun des dessins préparatoires que faisait Hopper pour l'élaboration de chacune de ses toiles, contrairement à ce que l'on pouvait voir en 2004 dans la rétrospective de la Tate. Mais que ceux qui ont eu la chance comme moi de voir celle de la Tate ne boudent l'exposition parisienne car plusieurs tableaux qui sont à Paris n'étaient pas à londres (et vice versa).
Dans le même ordre d'idée, je regrette l'absence de cartouches nous racontant les histoires à l'origine de certains tableaux. Hopper tout taiseux qu'il était a beaucoup écrit et raconté sur la genèse de ses toiles. 


DSC05162.JPG

DSC05164.JPG

DSC05165.JPG

DSC05166.JPG

DSC05167.JPG

DSC05168.JPG

DSC05171.JPG

DSC05172.JPG

DSC05173.JPG

DSC05175.JPG

DSC05176.JPG

Les tableaux célèbres sont là également, comme les deux immédiatement ci-dessous. 

 

DSC05163.JPG

 

DSC05174.JPG

 

On s'apprête à descendre, car il a fallu monter pour accéder aux premières salles, l'exposition est sur deux niveau, on passe alors par  une petite pièce obscure où l'on projette des images, comme pour les illustrations d'Hopper, mais cette fois ce sont des photos dues à Philip-Lorca diCorcia (immense photographe voir le cartouche de l'exposition, immédiatement ci-dessous, que j'ai photographié) de prostitués mâles! On se demande ce que cela vient faire là. Après la surprise, on profite de l'aubaine. Les photos sont extraordinaires. Je suis d'autant plus admiratif que j'aurais beaucoup aimé faire une série semblable (le talent en moins) sur les tapins de Saint Germain, que j'ai fréquentés assidument plusieurs années (décidément cette exposition à moult échos avec ma vie privée). Je subodore la difficulté d'approche qu'a du avoir le photographe pour que ces prostitués acceptent d'être photographié d'autant qu'il ne s'agit pas de photographies prises au débotté mais demandant une longue préparation de mise en scène, semblable à celle du tournage d'une scène d'un film. En admirant les photos, on ne peut être que subjugué par le travail d'éclairage et de préparation qu'a nécessité chacune d'entre elles.

 

DSC05177.jpg  

 

Je veux bien que le sens de la lumière de Philip-Lorca diCorcia se rapproche de celui de Hopper, l'éclairage de la plupart des photos est complètement artificiel comme celui dans beaucoup des tableaux du peintre; éclairage qui n'est pas pour rien dans la fascination que l'on éprouve devant certaines de ses toiles et de son influence sur un grand nombre de cinéastes et de photographes (on voit dans l'exposition une grande photo de Wim Wenders). Mais il me semble qu'il aurait été plus judicieux alors de choisir une autre série de Philip-Lorca diCorcia qui lui aussi est fort productif. Je trouve par exemple celle ci-dessous beaucoup plus hopperienne que celles des hustlers...

Il aurait été encore beaucoup plus pertinent de choisir Crewdson dont les photos me paraissent beaucoup plus influencées par Hopper que celles de Philip-Lorca diCorcia. 

 

Capture-d-ecran-2012-10-10-a-10.06.22.png 

 

Philip-Lorca diCorcia est un photographe américain, né en 1951 à Hartford dans le Connecticut. Il vit et travaille à New York. Ses photographies associent des éléments du style artistique documentaire avec un principe de construction maîtrisée et complexe propre à l'image de fictionAyant obtenu en 1989 une bourse d’État attribuée par la National Endowment of the Arts, diCorcia se rend plusieurs fois à Los Angeles entre 1990 et 1992 pour photographier des hommes prostitués sur Santa Monica Boulevard à Hollywood. Dans ce qui constitue donc sa première série de photographies : Hustlers, il continue de mettre en scène ses images, tout en limitant son intervention. Il photographie ses modèles dans leur environnement personnel et crée ainsi, comme le dit Peter Galassi, des scénarios représentant les fantasmes désespérés du Hollywood de diCorcia. (petite incise prise de ci et de là pour vous informer sur le photographe)

 

 

 

Capture-d-ecran-2012-10-10-a-10.09.08.png

Brent Booth; 21 years old; Des Moines, Iowa; $30

 

Capture-d-ecran-2012-10-10-a-10.10.49.png

Ralph Smith; 21 years old; Ft. Lauderdale, Florida; $25

 

Capture-d-ecran-2012-10-10-a-10.14.06.png

Joe Whitman; 24 years old; Los Angeles; California; $25

 


 

Capture-d-ecran-2012-10-10-a-09.59.09.png

 

Capture-d-ecran-2012-10-10-a-10.24.50-copie-1.png

 

 

On peut voir une palanquée d'images de cet extraordinaire photographe à cette adresse: http://www.lslimited.com/cgi-local/portfolio.cgi?level_1=1

Ce qui est particulièrement rigolo, c'est qu'à ces clichés, le photographe ajoute le prix de la passe, qui me parait bien modique par rapport aux tarifs que pratiquaient les gigolos de Saint Germain des près au tournant des années soixante dix... Si un de mes lecteurs a un avis sur la chose qu'il m'en fasse part. Un de mes fidèle commentateur (vous êtes toujours malheureusement rarissimes) se demandait ce qu'était devenu les "choupinous" que lui, comme moi, mais pas ensemble, avions photographiés au Trocadéro entre 1975 et 1990, en ce qui me concerne je m'interroge plus sur la suite des histoires des gigolos qui tournaient devant le drug store Saint Germain dans une ronde dont le circuit comprenait la rue de Renne et la rue du Dragon. Si quelqu'un à des informations à ce sujet...

 

De nombreux peintres ont également rendu hommage à Hopper, mais si l'exposition s'est intéressé aux cinéastes et aux photographe, elle a négligé les peintre comme Eduardo Urculo qui, ci-dessus avec ce phare dit toute son admiration pour Hopper. 

 

DSC05179.JPG

 

Après cette longue parenthèse, revenons à Hopper. Ce que l'on aime chez lui c'est aussi que certains de ses tableaux sont des invites au roman et l'on peut délirer à n'en plus finir sur ses personnages dont beaucoup ont l'air de s'emmerder ferme, ils paraissent comme prisonnier du cadre, de leur condition. Cette mégère qui fait semblant de lire, ne surveille-t-elle pas son pépère qui tente de mater, l'air de rien, l'accorte voisine qui s'exhibe dans l'appartement d'en face sous prétexte de passer l'aspirateur, et que le vieux marcheur aimerait bien rejoindre s'il pouvait se débarrasser de sa matonne...

 

DSC05180.JPG

 

C'est un vendredi soir et l'atrabilaire personnage en manches de chemise dégoise sur les collègues qui sont déjà parti depuis longtemps, les deux autres aimeraient faire de même. Est-ce le respect de la hiérarchie, le bavard est peut être leur supérieur, ou une malsaine curiosité qui les retient?

 

DSC05181.JPG

 

Le tenancier de cette humble station service, attend le client au soleil. Cela fait trente ans que sa femme l'engueule... Ca glisse...

 

DSC05182.JPG

 

La mère regarde sa fille qui guette la voiture de son amoureux. Elle se souvient qu'il y a vingt cinq ans, elle faisait de même. La vie est passée...

 

DSC05183.JPG

 

Dans le tableau ci-dessus, la chair est triste, le livre a été lu, l'homme a une tête à se jeter par la fenêtre.

 

Ce qui est magique chez Hopper c'est qu'il dépasse toujours l'anecdote. En 2004, à l'occasion de la rétrospective de la Tate modern, Philippe Dagen écrivait dans "Le Monde": << Hopper et Valloton font, si l'on peut dire, de l'ultrapeinture, en exaspérant tout ce par quoi elle se distingue des autres modes de représentation. Des supposées faiblesses de leur medium, ils font des forces paradoxales. Quand l'opération réussit, un assez haut degrè d'étrangeté est atteint, parce que tous les codes du réalisme sont à la fois parfaitement respectés et totalement pervertis. Mais quand elle rate, ne reste qu'une figuration assez morne.>>. On ne saurait mieux dire. A lire Dagen on pense bien sûr à l'influence qu'a eu Hopper sur plusieurs grands cinéastes maitre du réalisme perverti comme Wim Wenders et surtout David Linch. Il faut bien constater également, heureusement rarement, à Hopper de tomber dans la morne figuration en particulier dans quelques un de ses portraits de villas qui ne valent guère mieux que de médiocres élévations d'architectes.

Dagen fait le lien entre Valloton et Hopper, il se trouve qu'il y a quelques jours j'ai eu la chance, durant une semaine, de résider dans la villa au bord de la Méditerranée de la famille Valloton j'ai pu faire de visu le rapprochement. En outre en rendant visite à la petite fille de Félix Valloton, merci Heidi pour votre accueil d'une élégance d'un autre âge, j'ai pu découvrir que la fille du célèbre peintre avait elle aussi avait fait de bien beaux tableaux post impressionnisme.

Je m'aperçois que cette fois rendant compte d'une manifestation artistique j'ai beaucoup parlé de mes expériences lointaines ou récentes, ce qui prouve que l'art peut parler à notre mémoire de bien des façons... 

 

 

J'aime beaucoup cette toile vide d'Hopper, une des dernières qu'il ait peintes, il devait en avoir assez des hommes, ce n'est pas moi qui lui donnerait tort...

 

DSC05184.JPG

Paris, octobre 2012    

Commenter cet article

jezequel 10/11/2012 18:33

Claude ESTEBAN a publié "Soleil ds une pièce vide" FLAMMARION 1991,où, comme vous ms + systématiquement il nous offre "de courts récits que ces toiles m'ont proposées". 47 tableaux de Hopper sont
ainsi mises en fiction et c'est souvent émouvant.
A ma connaissance ce livre n'a pas été recensé ds tout ce qui ce publie sur l'expo en ce moment

lesdiagonalesdutemps 10/11/2012 18:37



Je ne connaissais pas ce livre merci de me l'indiquer.



JACK 11/10/2012 11:53

l'artiste et tout autant l'amateur sont toujours "voyeur" comme un photographe l'est naturellement et intrinséquement ; "le public" est toujours voyeur et s'en défend très certainement car le
public ne regarde ni ne VOIE ce que l'artiste et l'amateur voient. Inutile de préciser qui est le plus obscène et qui aime l'obscenité dans le regard.

bruno 11/10/2012 10:14

Merci pour cette belle recension de l'exposition Hopper; je ne manquerai pas de m'en souvenir lors de ma future visite.
Merci, aussi, pour la très sympathique allusion au Troca ;-)