des académies du musée des Beaux-Arts de Bordeaux

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Lors de cette exposition vue il y a quelques mois, j'ai appris que les séances de pose étaient très codifiées comme la position des élèves par rapport au modèle. Je ne savais pas qu'un modèle était choisi selon des critères particulièrement stricts, parmi lesquels la "propreté" qu'elle soit physique ou morale. Je dois dire que ce n'était pas mes critères lorsque je recherchais de jeunes bobines  pour les transformer en papier glacé. Les élèves, quant à eux, devaient rendre un dessin terminé après trois séances de pose, soit 6 heures de travail. Il avait toutefois tout de même le droit de le terminer et de le peaufiner à domicile. 

Où l'on voit que le modèle Saint Germain gagnait en une année ce que percevait le professeur de dessin pour une leçon, qu'il fallait prévoir l'huile de lampe et le charbon du poële, et où l'on retouve des noms de professeurs reconnus, comme Coypel...
En regard des dessins certaines poses devaient être de véritables épreuves d'équilibre. Si bien que fut inventé une sorte de machine, le "stabilaire" pour aider le modèle à tenir la pause. Elle était faite  de cordages et de tringles. Elle avait pour but d'éviter les crampes aux malheureux modèles et qu'ils puissent de tenir plus longtemps les postures inconfortables demandées par certains professeurs. Plus le XVIII ème siècle se déroulait plus les pauses devenaient extravagantes avec toujours moins de naturel, elle étaient aussi de plus en plus plus impudiques insistant toujours plus sur l'effort et la musculature. Après avoir été reluqué par une palanquée de besogneux le modèle devait briquer l'atelier, entretenir le poële, et parfois il faisait office de gardien en un mot l'homme à tout faire à l'école des Beaux-Arts. Certains y passèrent toute leur vie comme le fameux Deschamps, bien identifié dans les registres de comptes et qui y vécut 48 ans. De l'éphèbe au vieillard, l'habitué des musées a de bonne chance de le croiser un jour ou l'autre car il a été peint par une grande quantité de peintre français du XVIII ème siécle.







Publié dans peinture

Commenter cet article