Dear friend, un court-métrage de Sophie Boyce

Publié le par lesdiagonalesdutemps

cher-ami-fi

 

Christian et James sont les meilleurs amis du monde. Ils passent le plus clair de leur temps ensemble. À l'insu de James, Christian est tombé profondément amoureux de son ami. Il y a des limites, toutefois, que selon certaines normes non écrites ne doivent pas être franchies. Ainsi, même en tant que chrétien on ne dois pas aller au-delà des limites de l'amitié, c'est ce que se dit Christian. Mais cette règle tacite est difficile à tenir pour l'adolescent. Et puis il y a la figure du père encore toute puissante, malgré sa faiblesse apparente dans l'Angleterre des année 60.

En 1965 en Angleterre l'homosexualité est illégale. Cependant, Christian trouve en lui-même assez de courage pour dépasser les limites pré-établies. Comme le dit le philosophe Alan Badiou: << Le courage est le nom de quelque chose qui n'est pas réductible à la loi ou au désir. Courage est le nom de la subjectivité qui est irréductible à la dialectique de la loi et du désir.>>. Quand les deux garçons arrivent à la maison un peu ivre et s'affalent ensemble sur le même lit, Christian tente d'embrasser James.

James réagit mal et Christian décide de dormir dans le couloir, loin de son ami. Le lendemain matin, les deux garçons ont un débat assez animé à propos de ce qui s'est passé. Christian assure son ami que ses sentiments ont dû apparaître clairement << Comme situ ne le savais pas >> dit-il. James, néanmoins, se sent mal à l'aise et insulte son ami, le traitant de malade. Sur ce le père de Christian arrive juste à temps pour voir les garçons s'invectiver, James lui crie: << Votre fils est un pédé!>>. La révélation de l'homosexualité de son fils est un choc pour le père, et bien sûr, sa réaction est aussi mauvais que l'on pouvait ile craindre.

Déterminés à abandonner la maison, Christian fait ses paquets et part. Toutefois, le remords et la culpabilité pèse fortement sur James quil décide de retourner chez son ami. Les deux garçons se rencontrent. Après une explosion initiale de violence, il y a une étreinte finale entre les deux. Ils se sont réconciliés et, plus important encore, ils se sont réconciliés avec la vérité.

 

[2cmn8sz%255B3%255D.png]

 

 

Avec des visuels époustouflants et un scénario limpide, il suffit de quatorze minutes à Sophie Boyce pour camper ses personnages qui parlent toujours juste. Et si quelque chose reste indiscutable dans la conclusion du court-métrage est que la vie est tout ce qui compte.

 

Pour voir Dear Friend cliquez sur la flèche en bas et à gauche de l'écran.

 

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article