David McDermott & Peter McGough

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 



McDermott & McGough




David McDermott et Peter McGough se sont rencontrés au début des années 1980 dans le milieu de la scène artistique new-yorkaise. Proches de Julian Schnabel, ayant fréquenté Andy Warhol et Jean-Michel Basquiat, ils prennent rapidement part à l'effervescence de la scène artistique new-yorkaise de l'époque. Ils réalisent des peintures, des installations, des photographies, des sculpture et des films.




Portrait of the Artists (with Top Hats) 1865, 1991




Refusant de souscrire à la «théorie biblique du temps linéaire» et donc de se laisser enfermer dans le cadre contemporain du temps, McDermott & McGough en dépassent les frontières et en rejettent le principe de divisibilité chronologique. Ils considèrent que toutes les époques coexistent dans le même temps, établissant un lien simultané entre passé, présent et futur.




A True Story Based on Lies, installation view at Cheim & Read


11d1260c.jpg

Ils choisissent ainsi de vivre pleinement dans l'époque qui leur convient le mieux : l'époque victorienne, entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle. Leur attitude envers l'art et leur époque n'est pas sans rappeler celle d'un Beard quand à leur manière de fonctionner il est difficile de ne pas penser à celle de Gilbert & George. Ensemble, ils mènent des «expériences sur le Temps» à New York et à Dublin. Vivant et travaillant dans des intérieurs équipés uniquement d'objets authentiques du siècle dernier, vêtus de fracs et guêtres chinés ça et là, ils se présentent comme de véritables dandies, avec la même élégance et le même esprit d'impertinence.




Silhouette of Mc Dermott & Mc Cough 1928, 2000



Silhouette of Mc Dermott & Mc Cough 1928, 2000

McGoughandMcDermott_2010_Dreaming-Without-a-Dream-to-Dream-.jpg


Comme leur mode de vie, l'œuvre tant photographique que peint de McDermott & McGough illustre ce refus total de vivre dans notre «présent». Leur constant souci d'authenticité se retrouve dans les sujets et styles qu'ils ressuscitent, dans l'antidatation de leurs œuvres en conformité avec la scène représentée, comme dans les techniques et supports de leur création : peintures à l'huile sur toile de lin, photographies prises avec un appareil début de siècle, tirages cyanotype, palladium ou gomme bichromatée...

5fee62de.jpg
Leur démarche photographique s’appuie sur l’appropriation d’images et d’objets de la fin du XIXe siècle, ils s’affichent également comme de véritables gentlemen, prenant la pose de dandies érudits et impertinents.
ils considèrent que toutes les époques coexistent et qu’il suffit de choisir celle qui leur convient, en l’occurrence, des années d’effervescence générale. Entre Dublin et New York, ils vivent et travaillent dans un environnement entièrement reconstitué selon la mode de l’époque, des vêtements aux ustensiles, et photographient cette vie parallèle selon des procédés techniques de la fin du XVIIIe siècle. En toute logique, ils datent leurs clichés à l’esthétique entre 1850 et 1921.

mcdermott-mcgough-dandy-photographie.jpg


Quelle que soit l’époque incarnée dans leur œuvre picturale, photographique ou sculpturale, McDermott & McGough nous entraînent dans leur voyage temporel grâce à une scrupuleuse et minutieuse reproduction d’objets et de vêtements d’époque, donnant à leurs créations la plus grande authenticité possible et allant même jusqu’à y apposer les dates de l’époque explorée: 1877, 1915, 1931,1967…




deprived of head and limb 1989, 1992




Cette exploration du passé permet à ces artistes de traiter régulièrement de grands sujets sociologiques et politiques, à l’instar du racisme et de l’homophobie, comme dans la série des Conspiracy Paintings, 1928 (1998), œuvres imitant les gravures satiriques de l’époque, qui amènent le spectateur à s’interroger par le biais de l’image.




Incroyable Mc Cougt 1893, 1989




Les clés de leur inspiration et de leur pensée si spécifique sont peut-être à trouver dans leurs toiles récentes qui reprennent l’iconographie des films noirs hollywoodiens et des comics des années 1960, dont ils figent la séquentialité afin de faire apparaître différents instants dans une seule et même toile.
L’art de MacDermott & MacGough, parfois volontairement polémique et provocant, traite aussi de questions politiques et sociologiques sous l’angle de la subjectivité la plus totale (séries des Conspiracy Paintings ou Europa. The Lust that Comes from Nothing exposées à la Galerie Jérôme de Noirmont au printemps 1998), encourageant ainsi le spectateur à se libérer des normes mentales imposées et à penser par lui-même.




A question of youth 1900, 1993

collars-web.jpg


David McDermott est né en 1952 à Hollywood (Californie), il étudie de 1970 à 1974 à l'Université de Syracuse à New York. Peter McGough est né en 1958 à Syracuse et fait ses études en 1976 dans la même université. Leurs chemins ne se sont néanmoins jamais croisés avant qu'ils n'habitent tous les deux à New York City quelques années plus tard.




Two generally associated together 1990, 1999
13335.jpg




Parmi les expositions majeures retraçant leur travail on trouve : celle du Frankfurter Kunstverein en 1986 et le Whitney Biennale, New York, en 1987, 1991 et 1995. En 1997, ils ont présenté une rétrospective au Provincial Museum voor Moderne Kunst à Oostende en Belgique. Ils vivent et travaillent à New York et à Dublin. Ci-dessous quelques images de leurs différentes expositions.

0c4ecf15
5ffae3e1.jpg
78316e22.jpg
c038369a.jpg
bb416e07.jpg
Ils s'intéressent également au cinéma. Mean To Me, dont vous pouvez voir la bande annonce ci-dessous, est le quatrième film du duo. Mais c'est leur première véritable incursion dans le cinéma de fiction. Il est écrut et réalisé par Peter McGough. Il met en vedette Linus Roache et Agyness Deyn. L'histoire se passe dans les années 30 à Manhattan. Une courtisane (Deyn) découvre que son amant, Walter (Roache), un aristocrate britannique, a l'intention d'épouser une riche héritière pour "rester à flot", terrorisée à la pensée de retourner à une vie obscure, elle impose une issue tragique... Par ailleurs David McDermott a joué dans le film "Rome '78" de James Nares dans le rôle de Caligula l'empereur romain. Un classique du mouvement No Wave Cinéma, cinéma underground de l'East Village au cours des années 1970 et 80, Rome '78 est un film expérimental où l'on peut voir des artistes et des écrivains comme Lydia Lunch, Patti Astor et John Lurie.

 

 

 


sources:les artistes contemporains.com, Galerie Jérome de noirmont), http://www.mcdermottandmcgough.com/, 
On peut acquérir en France des oeuvres de McDermott and McGough par l'intermédiaire de la galerie Jérome de Noirmont (McDERMOTT & McGOUGH - Galerie Jérôme de Noirmont )



Nothing but stillness can remain 1896, ?





The representation of the male organ 1915, 1991





Valpion bather 1989, 1992





Vincent 1917, 1996





Schlitz Beer 1961, 2001





Erotic Circus, 1987





Chump into a Champ 1964, 2005





Don't be Half a Man 1964, 2005





After the teardrops start 1966, 2009





Men wiyh cloud (the 24731ST instance 1936) 1935, 1994-1995





Now after all things you told me 1965, 2006


75c8f68d.jpg


Something I’ve Never Had 1965, 2006
8eaf8898.jpg
c9787b7b.jpg
2759.jpg
2783.jpg
13355.jpg

exposition-mcdermott-mcgough-vienne.jpg



Something I've never had 1967, 2008

Publié dans photographe

Commenter cet article