Daniel Buren, Monumenta 2012

Publié le par lesdiagonalesdutemps

DSC04016.jpg

 

DSC03986.jpg

 

Il y a quelques années, dès que j'ai appris que la nef du Grand Palais serait investi par un artiste pour quelques semaines, pour y exposer une oeuvre monumentale, c'est du moins ce que suggère le titre de la manifestation, le nom de Buren m'est venu immédiatement à l'esprit. Si le premier artiste à se colleter avec cette gageure, Kiefer, ne comprit pas que le lieu devait dicter l'oeuvre (s) qui devait s'y déployer et si Boltanski ne fit que surdimensionner une de ses installations, Serra et Anish Kapoor réussirent parfaitement à investir le lieu. Serra jouait avec la structure du bâtiment avec ses immenses pièces métalliques, alors que Kapoor remplissait l'énorme volume, jusqu'à le nier, par son léviathan au rouge changeant. Avec Buren, pour la première fois un artiste utilise la formidable lumière venant de la grande verrière. Le dôme de cette dernière est transformé en un damier où le noir serait remplacé par un bleu-France.

On pénètre dans le Grand Palais par une entrée inhabituelle, une petite porte, comme dérobée qui après un couloir nous offre la vision de la nef dans sa plus grande majesté. On découvre une forêt de parasols, une canopée de cercles tangents en quatre couleurs, rouge, jaune, bleu et vert, selon un dessin qui serait celui d'un pavage de l'Alhambra de Grenade, en ce qui me concerne, la forêt des supports des cercles colorés m'a plutôt fait pensée à la grande mosquée de Cordoue... Les couleurs paraissent réparties d'une manière aléatoire mais en fait elles obéiraient à une contrainte mathématique. Marchant dans cette forêt chatoyante, on débouche bientôt dans une clairière dont la surface est égale à celle de la base de la coupole qui est juste au dessus d'elle. Buren a disposé au sol, dans cet espace vide, des grands miroirs, eux aussi circulaires dans lesquels se reflètent la dentelle de fer de la nef et, suivant la position de l'observateur, une partie de son intervention.

Lorsque l'on quitte cette clairière, de tout coté on retrouve les cercles, qui lors de ma visite étaient, il faisait un grand soleil dehors, irisés par la lumière tombant de la verrière; celle-ci à travers les cercles, dessinait, sur le sol, la projection, un peu déformée, de la géographie savante des cercles.

L'intervention de Buren produit la plus esthétique des Monumentas. Je vais essayer d'y retourner pour tester une autre lumière, l'effet doit être différent la nuit par exemple ou par un temps gris. En revanche mis à part cet émerveillement du Grand Palais investit par la couleur, et ce n'est pas rien, je n'ai pas ressenti une autre émotion, comme ce fut le cas lors des Monumentas de Kapoor et de Boltanski.

 

DSC03997.JPG 

 

DSC03987.jpg

 

DSC03988.JPG

 

DSC03989.jpg

 

DSC03990.JPG

 

DSC03991.jpg

 

DSC03996.JPG

 

DSC03995.JPG

 

DSC03994.jpg

 

DSC03993

 

DSC03992.JPG

 

DSC03998.JPG

 

DSC03999.jpg

 

DSC04000.jpg

 

DSC04001.jpg

 

DSC04002.jpg

 

DSC04003.jpg

 

DSC04004.JPG

 

DSC04005.JPG

 

DSC04006.JPG

 

DSC04015.JPG

 

DSC04014.JPG

 

DSC04013.jpg

 

DSC04012.jpg

 

DSC04011.JPG

 

DSC04010.JPG

 

DSC04009.jpg

 

DSC03983.jpg

 

DSC03985.jpg

 

DSC04008.jpg

Paris, mai 2012

 

En attendant d'acheter mon billet d'entrée, j'étais en compagnie détudiants en art, qui sont, en général, plus jolis que les apprentis charcutiers, allez savoir pourquoi? A l'itérieur des collégiens s'initiaient à lart contemporain...

 

D'autres Monumentas sur le blog: Monumenta 2010, Boltanski , Pour se souvenir du monumenta de Richard Serra , Monumenta 2011, le Leviathan d'Anish KapoorDaniel Buren, Monumenta 2012  

 

Pour retrouver Daniel Buren sur le blog:  Les anneaux de Buren à Nantes

Commenter cet article

JA 26/05/2012 10:55

Belle série de photos
je ne connais pas les anneaux de Buren à Nantes, je vais allez voir sur le lien
A bientôt
JA

xristophe 17/05/2012 02:24

Encore une fois, il y a sûrement autant de talent chez le photographe que chez le Buren... Encore qu'il semble en progrès (moins "conceptuel") Bon, plus besoin d'y aller...