Daniel Billon

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 

 

 

 

 

Daniel Billon est né le 7 juillet 1927 à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine). Son père, Pierre Billon (1889-1973), est dessinateur. Daniel Billon étudie à l'École des Beaux-Arts et devient illustrateur dans l'édition de jeunesse dès 1948, dans Filles de France. En 1962, il entre au journal Pilote où il réalise des bandes dessinées. En 1981, il rejoint L'Écho des savanes. Daniel Billon a également illustré de nombreux livres pour la jeunesse, telles que la série Bennett d'Anthony Buckeridge), édités dans la collection Bibliothèque verte. Il est mort le 7 janvier 2004)Daniel Billon est surtout connu pour sa collaboration avec Jean-Claude Forest (il reprend Barbarella en 1981) et avec Danie Dubos (Allô - ne quittez pas !, 1982 et Marie de Bois et les sœurs de la côte, 1985). En 1986, il dessine pour Okapi, une bande dessinée pour la jeunesse, sur un scénario de Patrick CothiasForce 9. Il illustra de nombreux livres en particulier pour l’éditeur Hachette. Durant les années 1970, il a illustré beaucoup d’ouvrages pour la jeunesse tels que la série Tony, de Huguette Carrière, édités dans la collection Bibliothèque verte.

 

 

 

 



Capitaines Courageux, de Rudyard Kipling.
Bibliothèque Verte, Éditions Hachette - 1975.

 

 

 

 

 

Texte: Erich Kästner
Éditions Hachette - 1968

 

 

 

Texte: Ève Dessarre
Éditions G.P. Collection Spirale - 1973


Tony et l’homme en habit – Huguette Carrière

Bennett fonde un club – Anthony Buckeridge

Bennett entre en scène – Anthony Buckeridge

Bennett champion – Anthony Buckeridge

Publié dans illustration

Commenter cet article

xristophe 01/02/2014 17:55

Bibliothèque verte; souvenirs, j'imagine... Taches de rousseur et culottes courtes grises des petits anglais vus du Continent. Dessins splendide, et aussi les couleurs, des bateaux en pagaille...
"Capitaine courageux"; quels beaux coups de crayon, taches d'aquarelle... Quelle aisance impérieuse ! En couleurs plus ocres, "technicolor", et chaudes, les dessins de l'histoire des "détectives";
dire que dans le wagon, le compartiment où ce garçon se trouve avec un monsieur, ses genoux nus en premier plan auraient suffi à créer un émoi, dès les années 50, suffisamment passable en moi pour
alerter une à peine en veilleuse et inquiète culpabilité... Merci raviver toutes ces sensations !

lesdiagonalesdutemps 01/02/2014 18:02



Ces livres pour enfants, souvent oubliés sur les étagères recellent parfois des trésors